Jardin de rêve : Les potagers du château de Chambord

Château de Chambord
5 images
Château de Chambord - © RTBF

Le château de Chambord constitua un des plus importants chantiers de la Renaissance, incluant des éléments dessinés par Léonard de Vinci. Monument historique, Chambord est le seul domaine royal demeuré intact depuis sa création en 1519 par François 1er.

En périphérie des jardins historiques, une nouveauté, les légumes qui étaient cultivés ici au 17e siècle sont de retour.
C’est dans les ruines des écuries du Maréchal de Saxe, que les premiers espaces de cultures ont été aménagés en 2009.
A l’abri des murs de pierre qui coupent le vent et accumulent la chaleur du soleil, place aux cultures telles que les aubergines, les poivrons et surtout les centaines de tomates installées sous une structure qui va soutenir les plantes.

Comme dans les potagers de châteaux de jadis, des arbres fruitiers palissés profitent de la tiédeur des murs pour offrir de belles récoltes.

Une grande serre moderne a été érigée dans les ruines. Les cultures y débutent précocement.

Dans un second temps, les potagers sont étendus à l’extérieur sur une parcelle de cinq hectares.

Sur les fils tendus entre les poteaux vont s’étendre les branches d’un large choix d’arbres fruitiers dont des pêchers et des figuiers, sans oublier des arbustes à petits fruits et des cultures basses. Les haies ainsi formées ne seront pas seulement productives, elles favoriseront un microclimat.

Tous les légumes qui ne nécessitent pas un semis en pleine terre sont développés en mini-mottes, d’abord sous serre chauffée avant le printemps, puis sous un abri. Le repiquage permet d’obtenir une régularité parfaite des planches et surtout de raccourcir le temps de présence en pleine terre. On peut ainsi effectuer une rotation supplémentaire.

Les récoltes sont réparties entre une échoppe pour les visiteurs, les restaurants sur le site, des paniers par abonnement pour le personnel du domaine et des habitants des environs, des cantines scolaires, les magasins bio… Rien que du circuit court.

Chambord, cinq siècles après sa fondation, se pare d’une nouvelle esthétique.