Gare aux cochenilles

Il suffit qu’une nouvelle plante verte en soit porteuse pour que les cochenilles farineuses soient vite présentes dans toute la maison. Ces insectes piqueurs et suceurs ont la particularité de porter sur le corps des filaments blancs cireux qui font penser à de la ouate. D’autres cochenilles peuvent aussi être présentes. Elles sont collées sur les feuilles, protégées par une carapace. On ne peut laisser les cochenilles se multiplier sans subir des dégâts aux plantes. 

Un signe de présence de cochenilles ?

Les feuilles deviennent collantes de même que les alentours de la plante. Il s'agit du miellat sécrété par les cochenilles. Cette substance collante peut être envahie par un champignon et se transforme alors en un dépôt noir semblable à de la suie : la fumagine. Les rameaux touchés eux s'affaiblissent par manque de sève. Si les cochenilles tuent rarement leur hôte, elles peuvent néanmoins causer des dégâts importants.

Il est possible de les traiter avec un produit à fabriquer soi-même. Diluer une cuillère à café de savon noir dans un litre d’eau, puis ajouter une cuillère à café d’huile de colza et une cuillère à café d’alcool à brûler. À l’aide d’un pinceau, badigeonner les cochenilles farineuses et les cochenilles à carapace. Si la plante est fortement infestée, il est aussi possible de pulvériser la préparation.

 

Et pour la fumagine ?

Nettoyer le feuillage et les tiges à l’aide d’une éponge ou d’un chiffon imbibé d’eau et de savon noir.