Comment accueillir la vie sauvage au jardin via des aménagements spécifiques ?

Comment accueillir la vie sauvage au jardin via des aménagements spécifiques ? 
5 images
Comment accueillir la vie sauvage au jardin via des aménagements spécifiques ?  - © D.R.

Lors de la grande fête de Jardins & Loisirs à Chevetogne en mai dernier, Julie Michiels architecte-paysagiste depuis 20 ans a donné une conférence sur l’accueil de la biodiversité au jardin.

Après des années de vie en ville, Julie Michiels s’est installée avec sa famille dans un petit village en pleine campagne en bord de la Semois et s’est engagée dans Natagora comme bénévole. Là, elle a découvert le monde de la biodiversité et a suivi des formations pour accueillir la biodiversité au jardin.

Son jardin de 3 ares est en palier et avant de l’aménager, elle y a fait vivre les 4 saisons en y laissant tout pousser pour voir ce qui venait tout seul.

Après seulement, le plan de son futur jardin a été réalisé, un plan conçu pour accueillir la biodiversité.

Quelle plante pour quelle bébête ?

  • Le lierre : c’est la plante qui fleurit le plus tard. Ça nourrit les abeilles jusqu’à l’hibernale
  • Le sureau : bais pour les oiseaux et fleurs très tôt dans la saison pour les abeilles
  • Le houx : bais en hiver
  • La rocaille : accueille une certaine faune dont le lézard
  • La viorne : baies rouges – extra pour le merle
  • La haie vive : une haie vive avec des plantes indigènes qui fleurissent à des saisons différentes et plantées à 1 m l’une de l’autre. A entretenir tous les 4 ans si elle prend trop d’ampleur.

 

Pour la terrasse, oubliez les bois exotiques pour utiliser du bois local. Pour éviter les échardes si on marche à pieds nus, optez pour un bois composite (bambou) : 98% de bois et 2% d’une résine. C’est recyclable et facile à nettoyer.

Optez si vous le pouvez pour la plantation d’arbres fruitiers palissés en choisissant des variétés qui fructifient les unes dernières les autres.

Pour accueillir les hirondelles, qui mangent notamment les moustiques, mettez des clous pour que la boue de leur nid tienne.

En dessous de la corde à linge, plantez différentes variétés de sedum qui fleuriront à des moments différents.

Remplacez le gazon par des pairies fleuries en laissant s’installer ce qui vient de lui-même. Les premières années, ce sont souvent les graminées qui s’installent. Fauchez-les une fois par an au mois de septembre en enlevant le produit de la fauche.

Si vous optez néanmoins pour un gazon, un robot tondeuse est idéal car il coupe souvent le gazon en laissant le produit de la tonte qu’on appelle le mulch, ce qui va enrichir le gazon.

Pour attirer le hérisson, prédateur des limaces, former des petits tas avec les bois de la taille des haies et comme 80% des espèces d’abeilles nichent dans le sol, laissez un morceau de terrain à nu.

La mare attire une biodiversité très variée comme les libellules, les grenouilles, les oiseaux, les plantes. Veillez à l’alimenter avec de l’eau de pluie et laissez faire la nature aux alentours de la mare. Naturellement, les poissons ne s’installent pas dans une mare alors n’en mettez pas car ils mangeront toutes les larves de libellules.

Ecoutez l’entièreté de la conférence de Julie Michiels dans la vidéo et revoyez ICI le sujet réalisé lors d’un atelier Natagora

 

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK