Zoom sur le Pinus densiflora 'Umbraculifera'

Amour de plantes : Pinus densiflora 'Umbraculifera'
2 images
Amour de plantes : Pinus densiflora 'Umbraculifera' - © Tous droits réservés

Cette semaine, zoom avec Francis Peeters sur un pin d’une extrême élégance et qui attire les regards au jardin.

Dans les jardins japonais, on trouve essentiellement deux conifères, des pins plus précisément. Il y a le pin noir, Pinus thunbergii, et plus facile à cultiver, le pin rouge Pinus densiflora que l’on rencontre à l’état sauvage non seulement au Japon mais aussi en Corée et en Russie. Dans les forêts, il peut monter à 20 ou 30 mètres. C’est donc beaucoup trop grand pour nos jardins. Mais vous le savez, les Japonais sont les champions du modèle réduit grâce à la technique de la taille que la plante soit en pot ou en pleine terre.

Celui que Francis a planté dans son jardin est un pin rouge (Pinus densiflora) mais une sélection particulière, dès le départ beaucoup plus petit : 'Umbraculifera' qui signifie en forme d’ombrelle. Attention que si vous le laissez faire, il va monter à + /- 7 mètres et les nombreuses branches finiront par supporter une large couronne en forme de parasol.

Comment reconnaître ce conifère ?

Le 'densiflora' a des longues aiguilles souples, réunies par paire mais surtout avec l’âge, le tronc pèle par plaques de manière éblouissante. Ses cônes sont particuliers : très petits et surtout nombreux qui s’agglutinent autour de la branche. Chez ce pin, une mue s’opère en plein été. Ensuite, de nouvelles aiguilles apparaissent à profusion ce qui donne un petit air joyeux au feuillage.

C’est un arbre très rustique qui vit très longtemps. Certains spécimens ont plus de mille ans. Il aime les sols profonds et le plein soleil. Il n’y a donc pas vraiment de difficulté de culture. De plus, il n’ennuie personne car sa racine est pivotante.

Vous pouvez le maintenir éternellement 'petit' en le taillant en juin/juillet. Pour amplifier l’effet évasé et horizontal, il faut supprimer, dès le jeune âge, les tiges latérales inutiles qui se croisent ou qui densifient inutilement l’intérieur. A ce stade, ces tiges sont tellement minces que la coupe ne laisse aucune trace. Puis vient l’épouillage : ne vous inquiétez pas de voir des aiguilles brunes, comme pour tous les pins, ces aiguilles sont arrivées en fin de vie et tombent naturellement.

Démonstration d’épouillage dans la vidéo.

Newsletter Tv - Jardin & Loisirs

Recevez chaque mois un condensé de l'actualité des travaux au jardin. Au menu: conseils pratiques, agenda des sorties, bricolages sympas.

OK