Jacqueline Bollen : "Les femmes en ont marre d’être invisibles à partir d’un certain âge"

Dans la série belge Invisible, certain·e·s acteurs·trices ont dû se dénuder complètement pour les besoins du scénario. Un challenge particulièrement compliqué pour l’actrice Jacqueline Bollen, 62 ans, qui dénonce aussi la sous-représentativité des femmes "âgées" sur nos écrans.

Dans la ville de Creux, une drôle d'épidémie survient : certaines personnes deviennent invisibles. Voilà le point de départ de la série belge imaginée par Marie Enthoven. Les "malades" deviennent invisibles, mais les vêtements qu'ils portent ne le sont pas. Pour rester discret, les invisibles sont donc contraints se balader entièrement nu afin de ne pas attirer l'attention. Une contrainte qu’ont dû également expérimenter plusieurs acteurs et actrices de la série. En plus de l’inconfort de se dénuder devant une équipe de tournage en plein hiver, les comédiens ont aussi dû se faire à l’idée que des milliers de spectateurs allaient les voir dans leur plus simple appareil…

"Quand on m’a téléphoné pour le casting, on m’a dit : ‘C’est le rôle d’une femme de 62 ans qui est invisible et quand elle est visible [à l’écran], elle est nue’. J’ai trouvé ça marrant qu’on demande ça à une femme de 62 ans, car […] on en a tellement marre, nous les femmes, d’être invisibles à partir d’un certain âge […] Passé 50 ans, une actrice trouve difficilement du travail. Cela aurait donc été un peu contradictoire de refuser à mon âge… Je dois me mettre nue ? Bah je me mets nue et puis voilà ! Mais ce n’est pas pour ça que c’est facile", nous confiait Jacqueline Bollen (Angèle) lors d’une interview. Il est en effet rare de voir des héroïnes de plus de 50 ans sur le petit et le grand écran, et encore moins dénudées...

Coups de gueule de stars contre l'âgisme

C’est à Hollywood, temple du cinéma, que cette invisibilisation des actrices " âgées " est la plus forte. L’âgisme (stéréotypes, discriminations et préjugés à l'égard des personnes âgées) y est régulièrement dénoncé par de nombreuses actrices révoltées contre cette problématique malheureusement inhérente à leur métier. "L'âgisme est omniprésent dans cette industrie. On voit rarement des femmes d'une soixantaine d'années jouer des rôles romantiques, et pourtant on voit des hommes d'une soixantaine d'années jouer des rôles romantiques avec des partenaires qui sont des décennies plus jeunes", confiait Jessica Lange (71 ans) à l’AARP en 2017.

L’actrice Patricia Arquette est de son côté fatiguée d’en parler, comme elle l’expliquait en 2015 au magazine ELLE. "J'aimerais ne plus avoir à en parler. Je pense que les hommes n'en parlent pas du tout. Vieillir est tout simplement normal ! C'est tout ce qu'il y a à dire... C'est pathétique, et ça a l'air pathétique, quand j'entends qu'un acteur de 55 ans ne veut pas jouer avec une femme de 42 ans parce qu'elle est trop vieille pour lui".

Ces voix qui s’élèvent font doucement bouger les lignes. Depuis 2015, Jane Fonda, 82 ans, et Lily Tomlin, 81, sont par exemple à l’affiche de la série Grace & Frankie qui raconte la vie de deux amies d’une septantaine d’année qui apprennent à vieillir et à se réinventer. Et le succès est au rendez-vous puisque la série s’étale sur six saisons avec une septième prévue pour 2021. "On accorde beaucoup plus d'attention à des sujets plus profonds et plus sérieux lorsque les personnages sont plus âgés. Je savais que je n'allais pas me retrouver sans emploi, mais je n’imaginais pas que j’aurais un rôle principal dans une série de cette envergure…", raconte Tomlin au ELLE.

Une nudité qui ne dérange pas

En acceptant de se dénuder dans Invisible, Jacqueline Bollen craignait surtout les réactions des spectateurs. "J’ai très peur d’avoir des haters sur Internet, des gens qui disent : ‘Mais c’est quoi ce boudin ?’. Mais en même temps, il y a quelque chose de revendicatif dans le fait d’avoir accepté ce rôle. J’espère au moins qu’on reconnaîtra mon courage !", confiait-elle avant la diffusion de la série. C’est finalement une floppée de commentaires positifs qu’a reçu l’actrice sur les réseaux sociaux : "J'adore la série et c'est en grande partie grâce à vous. Nue ou pas, peu m'importe, vous jouez superbement bien. BRAVO, vous êtes magnifique… nue ou habillée", ou encore, "Moi, je regarde la série et je trouve que votre nudité passe très bien ! Je n'ai même pas eu l'idée d'analyser votre plastie. Vous avez le profil de la plupart des femmes "dans la vraie vie". Bravo pour votre combat, c'est justement l'occasion de stopper les idées, les objectifs de "corps parfait" qui ne font que donner des complexes à la plupart des femmes ! Bravo pour votre rôle "au naturel"! Et surtout, vous jouez très bien !", peut-on lire sur Facebook parmi des centaines de commentaires élogieux.

À lire aussi : "Invisible" : un tournage en pleine pandémie, ça ressemble à quoi ?

La nudité effrayait aussi la jeune Elisa Echevarria (Lily) : "Je n’étais pas du tout à l’aise avec mon corps. Ce tournage m’a beaucoup apporté, parce que je devais m’accepter petit à petit. Ça m’a permis de me sentir mieux dans ma peau, d’aimer mon corps et de me dire que j’étais belle et que je ne devais avoir honte de rien du tout. On a tous le corps qu’on a et tous les corps sont beaux !". C’est sans aucun doute grâce à la bienveillance de l’équipe de tournage que les actrices et acteurs ont pu relever ce défi. "Il y avait un très très grand respect. À aucun moment, je n’ai senti un regard dérangeant", nous confirme Jacqueline Bollen.

Les six premiers épisodes d’Invisible sont à (re)voir sur Auvio. Les deux derniers épisodes de la série sont diffusés ce dimanche 13 décembre dès 20h55 sur La Une.

2 images
© KWASSA FILMS - RTBF - PROXIMUS
Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK