Les médias nous racontent-ils des histoires ?

Construire un contenu, un reportage, un documentaire, c’est raconter quelque chose de cohérent, donc de construit. Il y a toujours un début, un milieu et une fin. Une accroche, un développement et une chute. Quelle que soit la personne aux commandes du contenu médiatique, la question " comment vais-je expliquer, par quoi vais-je commencer ? " se pose.  

Raconter une histoire ne veut pas dire pour autant inventer des choses. Les journalistes racontent des faits sous la forme d’une histoire. Parce qu’elles aident à mettre de l’ordre dans les idées et rendent le discours cohérent.

Pour raconter une histoire, les médias utilisent tous les moyens à disposition : le ton de la voix, la musique d’ambiance, le commentaire et bien sûr les images…. Le cadrage raconte beaucoup mais aussi la succession des plans. 

On utilise les plans en raison des messages qu’ils véhiculent ou des émotions qu’ils suscitent. Le gros plan pour une émotion forte du visage, le plan d’ensemble pour montrer où on se situe. Le travail du réalisateur est de penser cet ajustement de plans pour créer l’histoire et y faire entrer le spectateur.

Les histoires ont un pouvoir unique pour persuader et motiver, parce qu’elles font appel à nos émotions et à notre capacité d’empathie. Ou parce qu’en créant des liens de causes et d’effets entre les événements, elles permettent de mieux les comprendre, de les retenir.

L’art, c’est évidemment de jongler avec tous ces éléments qui composent le récit, qu’il s’agisse de faits réels ou fictionnels.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK