L'amateur de sport belge ? Un grand gâté !

L’amateur de sport belge ? Un grand gâté !
L’amateur de sport belge ? Un grand gâté ! - © Tous droits réservés

Suivre les compétitions sportives, c’est un jeu d’enfant pour le téléspectateur ou la téléspectatrice belge. Nombre de compétitions sont en clair et la RTBF possède énormément de droits de diffusion.

Foot, cyclisme, F1, Moto,  Si vous aimez le sport, il vous suffit d’allumer le poste ! Et si votre sport, c’est le foot, le moins qu’on puisse dire c’est que votre vie de fan est bien plus simple que celle du français. En France, pour suivre ses clubs préférés, il faut ouvrir son portefeuille et s’abonner à quantités de chaînes. Chez nous, l’offre en clair est énorme et la RTBF cherche à proposer de nombreux matchs. Ainsi depuis 2018, la RTBF offre des soirées Europa League en direct sur La Deux 

Un investissement assez lourd qui est récompensé par de belles audiences pour la Deux avec une moyenne de 200 000 personnes pour ces soirées. 

Je viens de vous écrire " Investissement lourd " donc vous, vous pensez aux droits de diffusion. Michel Lecomte, directeur de la rédaction des sports et grand négociateur devant l’éternel ne donne pas les prix… La négociation, ça marche mieux quand c’est secret… Mais il est content d’avoir fait une belle affaire : l’Europa League c’est un peu moins prestigieux que la Champion’s League mais c’est 4 fois moins cher ! 

Cela dit, une fois les droits payés… Il faut encore filmer les matchs ! Chaque pays diffuseur doit filmer ses propres clubs et mettre ses images et sa réalisation à disposition des dizaines de télévisions qui ont acheté les droits à l’UEFA. Les images RTBF sont donc diffusées aussi bien en Albanie qu’en Irlande et en échange, la RTBF diffuse ce qu’elle veut des 24 rencontres qui ont lieu à chacune de ces soirées. 

45 personnes travaillent en studio pour une soirée Europa League, auxquelles il faut ajouter les 55 qui travaillent sur le terrain quand le Standard joue….Le Standard ou un club belge francophone car les clubs néerlandophones, c’est la VRT qui s’en charge.  Un coût moindre que les droits de diffusion, certes, mais à ne pas négliger. Le plus fort, c’est que ce travail fourni par la RTBF doit correspondre aux critères émis par L’UEFA qui, non seulement vend les droits de diffusions, mais, en plus, impose des critères de qualités Nombre de caméras, positionnement sur le terrain, type de directs : on ne fait pas ce qu’on veut.  En gros, on paie pour diffuser notre propre travail selon leurs critères ! Mais il n’y a que moi que ça choque : dans le monde du sport, tout le monde trouve ça normal ! 

Découvrez l’envers d’un match et d’une émission Europa League dans la vidéo ci-dessous. 

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK