Etes-vous satisfaits d'auvio ?

Auvio compte aujourd’hui 2.545.000 abonnés. Pour Cindy Janssens responsable d’auvio, tout l’intérêt de la plateforme digitale est de pouvoir " consommer " en replay et aussi en direct les contenus radio et TV de la RTBF " quand et où on veut ". Mais pas seulement nous dit-elle. "On trouve sur auvio de plus en plus de contenus exclusifs : le nouveau serie corner propose des séries non disponibles en télévision, auvio développe également une offre sportive inédite (hockey, e-sport, mountainbike…), avec commentaires sportifs spécifiques. "

Alors, vous, utilisateurs, êtes-vous satisfaits ?  

Un nombre aussi élevé d’abonnés génère évidemment son lot de questions. Chaque jour, la RTBF reçoit une vingtaine de demandes concernant auvio. Des demandes d’aides, des avis ou suggestions, des insatisfactions aussi. Parmi les questions les plus posées, il y a la recherche de contenu et la qualité de vision. Françoise par exemple " ne comprend pas pourquoi elle ne retrouve pas les épisodes d’une série vue en TV ". Et Roland nous dit "ne pas savoir quoi faire quand la vidéo ne se lance pas".

Il faut savoir que certains contenus achetés pour la TV ne sont pas disponibles sur auvio pour des raisons de droits de diffusion. Concernant les problèmes de lecture, la majorité sont résolus quand l’utilisateur supprime son historique de navigation et met à jour son navigateur (internet explorer, safari, chrome…). Beaucoup d’explications sont données dans les FAQS auvio (disponibles en bas du site ou via le petit bouton bleu " besoin d’aide "). Il ne faut pas hésiter à s’y rendre. Autre information utile, l’installation d’un logiciel anti-pub peut provoquer des problèmes de lecture.

La publicité, en effet, est une insatisfaction marquée des utilisateurs. Olivier nous a exprimé son impatience récemment : "Les publicités imposées à chaque clic sur votre site auvio sont insupportables, en plus deux à la suite !!!! ".  


Pourquoi deux publicités ?

Le directeur des médias de la RTBF, Xavier Huberland nous explique que si la RTBF veut continuer à investir dans des contenus, elle ne peut pas se passer des revenus publicitaires. Toutefois, des règles ont été mises en place pour limiter le plus possible leur impact. Deux publicités au début d’une vidéo, c’est mieux que plusieurs coupures dans la vidéo. Xavier Huberland nous explique également que la RTBF respecte ses obligations en ne dépassant pas le seuil des 27,5% de recettes publicitaires. Recettes que le service public doit réinjecter dans la production de contenus. L’exercice, dit-il, est de trouver l’équilibre entre la satisfaction de l’internaute et le besoin de monétisation.

Parce que ce qui distingue auvio de gros concurrents comme Netflix ou Apple TV+, c’est la gratuité de l’offre et son catalogue. Il est large et local (info, culture, société, fiction, divertissement, documentaire). Sa mise en valeur passe aussi par l’importance qu’on donne à l’expérience de l’utilisateur, c’est-à-dire son confort et la découverte. Auvio développe un système de recommandations qui, nous dit encore Xavier Huberland, doit permettre à chacun de découvrir des contenus proches de ses centres d’intérêts mais aussi de l’ouvrir à des contenus différents. C'est le rôle du service public.

Auvio améliorera d’autant plus cette expérience utilisateur en se nourrissant de vos questions, de vos avis, de vos satisfactions et insatisfactions. Vos réactions - agacées ou non - sont donc précieuses parce qu’elles aident la RTBF à comprendre ce qui ne fonctionne pas ou fonctionne mal.

N’hésitez pas à vous rendre sur les FAQS auvio (en bas à gauche du site) ou à cliquer sur le bouton bleu " Besoin d’aide " (remarque : il faut donner votre avis avant de pouvoir entrer en contact avec le service support).

 

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK