Vianney, cet artiste qui croque la vie à pleines dents

Entre les deux vagues de confinement, le chouchou de la chanson française sortait son troisième album, le bien nommé, " N’attendons pas ". Hep Taxi a rencontré cette belle âme qui ne se la joue pas.

4 images
Vianney dans Hep Taxi! © Caroline Renard

Sincère, libre et spontané. Mais également proche des gens et habité par une foi indéfectible, Vianney n’est pas une énigme en soi. Mais un phénomène dans son genre. Rares sont les artistes qui évoquent volontiers leurs convictions religieuses à l’heure où il est de bon ton de les passer sous silence. Pour peu, le chanteur ferait figure d’élément perturbateur voire de rebelle insoumis. Alors que sa jeunesse et son parcours ont été marqués par le respect, l’humanisme et le goût de la discipline. Avec des parents militaires catholiques pratiquants, tout s’explique. Même son prénom, unique au monde, emprunté au patronyme du Curé d’Ars.

4 images
Vianney dans Hep Taxi! © Caroline Renard

Ce cénacle familial, berceau d’une éducation musicale

Fils d’un pilote d’hélicoptère et d’une pilote d’avion devenue professeure agrégée en économie et gestion, Vianney découvre la musique dans le giron familial. C’est qu’ils sont tous mélomanes chez les Bureau. Le paternel reprenait à la guitare Brassens, Leforestier et François Béranger ce qui a donné au second  fiston de cette fratrie de quatre garçons l’envie de s’y mettre lui aussi.

A douze ans, voilà qu’il commence à écrire des chansons et se met à gratter notamment du Neil Young. " Needle And the Damage Done, c’est un des premiers trucs que j’ai appris à jouer " dit Vianney qui reprend ce titre en acoustique rien que pour Hep Taxi ! A quatorze ans, il enregistre un premier disque autoproduit et deux ans plus tard, monte sur scène dans le cadre d’un concours amateur. Le jeune musicien autodidacte n’imagine pas une seule seconde faire carrière dans la musique.

D’autant plus qu’il est alors pensionnaire au très chic lycée militaire Saint-Cyr. Suivront des études de commerce où il considère n’avoir " tellement pas brillé. J’étais pas fait pour être un businessman. De looser, ça permet de savoir où se trouver ". Changement radical de direction. Lui, qui vivait une idylle à distance avec une mystérieuse suédoise, étudie le stylisme à l’École supérieure des arts et techniques de la mode de Paris dans le but de créer sa ligne de vêtements à Stockholm. Sa rencontre avec sa manageuse Isabelle Vaudey forcera son destin. " Elle y croyait tellement plus que moi. Seul, j’aurais gardé mes chansons dans mon mitard " confie-t-il.

4 images
Vianney dans Hep Taxi! © Caroline Renard

L’ascension fulgurante au petit bonheur la chance

"  Je n’ai pas rêvé d’être chanteur. Mais pour être super honnête, je savais que je pouvais écrire des chansons ". Et de fait. " Pas là " figurant sur son premier album "  Idées Blanches " le propulse en tête des charts et le révèle au grand public. Janvier 2015, Vianney remporte le Prix Talent W9 devant Christine & The Queens, The Do, Black M, Brigitte ou encore Camélia Jordana. C’est la porte ouvertes aux premières parties de Julien Clerc, Florent Pagny, Cats on Trees et Dick Annegarn. Nommé aux Victoires de la musique, il devra patienter jusqu’à l’année suivante pour décrocher le Graal. Sacré artiste interprète de l’année, il renchérit en 2017 avec " Je m’en vais " primée meilleure chanson originale. Et pourtant, " J’étais tellement sûr qu’elle ne serait jamais entendue " dit l’artiste. 

Pas de temps mort pour cet hyperactif dont le second album simplement intitulé " Vianney " a cartonné avec pas moins de 850.000 exemplaires écoulés. Avec la régularité d’un métronome, il enchaîne les concerts et les tournées, seul en scène à la manière des chansonniers. C’est un choix, la guitare- voix. C’est tellement d’où je viens musicalement " souligne-t-il. Mais ses amis musiciens ne sont jamais très loin. Tantôt Louane ou Véronique Sanson. Tantôt Alain Souchon, Big Flo et Oli ou Maxime Leforestier l’accompagnent le temps d’un morceau. 

De la chanson au cinéma

Cet orfèvre des mots a également prêté sa plume à Céline Dion, Patrick Bruel, Maître Gims, le rappeur Black M ou Alice on The Roof pour ne citer qu’eux. Un exercice qu’il apprécie particulièrement. L’occasion de côtoyer des univers différents. Porté par une curiosité sans bornes et une certaine audace, Vianney ne recule devant rien. Lorsque la réalisatrice Diane Kurys lui propose le rôle principal masculin de sa comédie " Ma mère est folle " aux côtés de Fanny Ardant, c’est bingo. Mais de là à faire carrière dans le cinéma... L’homme ne carbure qu’au plaisir et à l’envie. Et la musique demeure le centre de sa vie. " Ca m’obsède le jour et la nuit " avoue-t-il. 

Le 30 octobre dernier, Vianney publiait son troisième et nouvel album, " N’attendons pas ".  L’opus, épuré et organique, lui ressemble. Son titre résume à lui seul, la philosophie existentielle du bonhomme : "  N’attendons pas de vivre. Estimer que chaque jour est exceptionnel. L’occasion de vivre absolument en se préoccupant surtout du présent. Moi, je me fous de mon futur. Ce qui m’importe, c’est maintenant ". L’avenir de Vianney se présente néanmoins sous les meilleurs auspices.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retrouvez Vianney ce dimanche 6 décembre à 20h40 sur La Trois, en replay sur RTBF Auvio et bientôt sur la chaîne YouTube d'Hep Taxi ! 

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK