Omar Sy, de Trappes à Hollywood

Partout où il passe, c’est l’hystérie collective et le ballet de selfies. Omar Sy ne refuse jamais de prendre la pose. La superstar se plie même à l’exercice avec un réel plaisir, ce qui renforce son capital sympathie. De fait, ses fans bruxellois ont apprécié son entière disponibilité. L’acteur d’envergure internationale n’oublie pas d’où il vient. Trappes, cette cité HLM des Yvelines où ado il côtoyait Jamel Debbouze, l’acolyte de ses débuts d’humoriste sur Radio Nova puis sur Canal +. Parmi les souvenirs de son sérail banlieusard, un constat édifiant évoqué non sans ironie : "Il pleuvait de la culture en France mais nous on était à l’abri (...) Découvrir la culture sur le tard m’a rendu curieux".

L’avenir de ce fils d’une femme d’ouvrage mauritanienne et d’un ouvrier sénégalais d’origine peule semblait tout tracé entre son bac technique en chauffage et climatisation et ses projets de retourner au Sénégal. Mais sa rencontre avec Fred Tesot à Radio Nova a changé la donne. Ensemble, ils créeront en 2002 pour Canal +, le duo "Omar et Fred" qui prendra dès 2005, la forme du fameux SAV, "Service Après-Vente "des émissions. Avec sa galerie de personnages truculents, ce rendez-vous télévisuel leur a assuré une énorme popularité. Sur la banquette du taxi, Omar ressuscite l’inénarrable Doudou rien que pour nous !

Pour Omar Sy, le tsunami déboulera en 2011 avec "Intouchables" d’Olivier Nakache et Eric Toledano, film aux 49 millions d’entrées dans le monde, numéro 1 au box office des comédies françaises. Son interprétation de Driss, repris de justice reconverti en auxiliaire de vie auprès d’un riche tétraplégique incarné par François Cluzet lui a non seulement valu le César du Meilleur acteur et le Globe de Cristal 2012. Mais aussi le statut d’acteur favori des Français.

Le tandem Nakache-Toledano lui avait ouvert les portes du cinéma en lui proposant un rôle dans leur deuxième long-métrage, "Nos jours heureux" en 2006. Le trio a réitéré sa collaboration sur "Tellement proches " (2009) puis "Samba" (2014) où Omar donnait la réplique à Charlotte Gainsbourg et Tahar Rahim. Depuis sa venue dans Hep Taxi, Omar Sy a remporté en 2017, un second Globe de Cristal pour "Chocolat" de Roschdy Zem. Il y incarne Rafael Padilla, surnommé chocolat, premier clown noir de l’histoire du music-hall français.

3 images
Omar Sy, de Trappes à Hollywood © Tous droits réservés

Installé depuis août 2012 avec femme et enfants à Los Angeles afin de fuir les trop nombreuses sollicitations, Omar a conquis le cinéma américain. On l’a vu notamment dans les blockbusters "Xmen - Days of Future Past" et "Jurassic World". Mais aussi aux côtés de James Franco dans "Good People" et dans "Candy" avec Robert De Niro ou plus récemment en compagnie d’Harrison Ford dans "L’appel de la forêt" (2020). Il n’en délaisse pas moins le cinéma hexagonal. En février, il était à l’affiche de la comédie enchantée, "Le Prince oublié" de Michel Hazanavicius et en mars, dans "Police" d’Anne Fontaine.

Comment se plaindre en regard de cet incroyable parcours ? "Je suis le dernier à pouvoir le faire, je crois. Il y a une forme d’ingratitude aujourd’hui si je me plaignais", nous confiait-il. Un bémol cependant. Omar Sy est de son propre aveu : "un chanteur frustré" qui se rattrape dès qu’il en a l’occasion. Pour preuve, sa reprise a capella de "Formidable" de Stromae. Dans ce taxi aussi, quelques traits d’esprit car dit-il : "J’ai le sentiment d’être relou quand je parle sérieux. Je préfère quand ça déconne". Nous aussi !

3 images
Omar Sy, de Trappes à Hollywood © Tous droits réservés

Retrouvez Omar Sy, ce dimanche 3 mai à 20h40 sur La Trois, en replay sur RTBF Auvio mais aussi sur la chaîne Youtube d’Hep Taxi !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK