Julien Clerc, ce grand Monsieur de la chanson française toujours bien entouré

53 ans de carrière. 26 albums studio dont son nouvel opus, "Terrien ". 13 albums live. Des tubes à profusion. Des tournées sans interruption qui ravissent encore et toujours son public, principalement féminin. Pour Hep Taxi, il revient sur son parcours béni des Dieux

"J’ai eu de la chance. J’ai eu une vie, quand même, assez longue dans ce métier. J’arrive toujours à composer comme au premier jour quand je me mets derrière mon piano. Ca m’amuse toujours autant d’inventer des mélodies. C’est le métier que je me suis choisi un jour, quand j’avais 20 ans " confie Julien Clerc. Non sans avoir auparavant tenté Science-Po dans l’idée de faire l’ENA pour plaire à son père, haut fonctionnaire à l’Unesco. Recalé à l’examen d’entrée, le jeune homme fera un an de droit. Puis, un cursus d’anglais à la Sorbonne. Des études avortées pour la bonne cause, cette fois. Le succès s’invitant dès le 9 mai 1968, date de sortie de son premier 45 tours, " La Cavalerie " signé Etienne Roda-Gil. Julien y véhiculait lessirs de liberté des jeunes adultes. Et le monde de la chanson française découvrait cette nouvelle voix au vibrato particulier, qu’on aime ou déteste.

Les prémisses d’une carrière exemplaire

Ce fils de divorcés mis au piano classique dès ses 6 ans par sa belle-mère claveciniste, jouait tout à l’oreille à 13 ans. Chez sa mère, Julien prénommé au civil, Paul-Alain, écoute Piaf, Brel, Montand, Aznavour et surtout Brassens, le plus grand mélodiste à ses yeux. Tout comme le jazz pour lequel il s'enflamme littéralement. A 17 ans, il découvre le potentiel de sa voix en relevant au pied levé, un chanteur de reprises d’Ottis Redding et des Kinks durant des vacances entre potes en Corse. Un avant-goût de ce l’attendra trois ans plus tard.

Les ficelles du métier, il les apprend en premières parties d’Adamo. " C’était incroyable. C’était une tournée avec un public formidable parce que le public de Salvatore est très populaire et très bienveillant. Alors pour un débutant comme moi, c’était l’idéal " se souvient-il. Celles de Gilbert Bécaud furent tout aussi formatives. Qui plus est, sur la tournée de " Monsieur 100.000 volts " à l’Olympia, Julien est approché par les producteurs français de la comédie musicale, "HAIR " dont il tiendra la vedette aux côtés de France Gall, première femme de sa vie. Lorsqu’elle le quitte pour Michel Berger, Julien commande à Roda-Gil, " Souffrir par toi n’est pas souffrir ".

 

Un père de famille comblé

Fin de son agonie sentimentale sur le tournage du seul film à son actif, le bien nommé " D’amour et d’eau fraîche " (1976) réalisé par Jean-Pierre Blanc où il partage la tête d’affiche avec Miou-Miou. Ensemble, ils auront une fille, Jeanne Herry-Leclercq devenue réalisatrice et écrivaine. Julien adoptera Angèle, la première fille de l’actrice et de Feu Patrick Dewaere qu’il a élevée alors qu’il n’avait que 27 ans.

La paternité ne l’affole pas. C’est le moins que l’on puisse dire car il est également le père de la chanteuse Vanille et de Barnabé nés de son union avec une cavalière émérite, descendante de Gustave Eiffel avec qui il partageait sa passion pour les chevaux. Mais aussi de Léonard, le petit dernier conçu à 60 ans par amour pour son épouse, la romancière Hélène Gremillion de trente ans sa cadette. L’heureux patriarche de cette famille nombreuse n’a rien trouvé de mieux pour éloigner le spectre du divorce de ses parents qui a miné toute son enfance.

2 images
Julien Clerc © Martin Godfroid

Ces paroliers inspirés, partenaires incontournables

Le chanteur romantique connaît son véritable envol discographique avec son troisième album, " Ce n’est rien " à nouveau écrit par Etienne Roda-Gil. La rencontre avec celui qui fut l’un de ses paroliers attitrés eut lieu au QG estudiantin, l’Écritoire. Julien y lance à la cantonade : " qui veut m’écrire une chanson ? " Et Roda-Gil de s’exécuter. Il lui en écrira plus d’une centaine dont les tubes indélébiles que sont " La Californie ", " Si on chantait " ou encore "  Jivaro Song ". Certaines, franchement libertaires ont conféré à leur interprète, une image engagée. Et ce malgré lui. " Roda-Gil était anarchiste. Moi, je pense qu’on peut tout chanter. L’engagement, il est d’abord artistique et poétique. Tant que c’est des chansons et des bonnes si possibles, comme disait Gainsbourg : " J’achète ! " ".

A Jean-Loup Dabadie, Julien Clerc doit notamment son pamphlet contre la peine de mort, " L’Assassin assassiné ",  " Ma Préférence "  et " Femmes, je vous aime ".  La seconde, est l’une, si pas sa plus personnelle : " Elle me représente le mieux parce que musicalement, elle a un côté inattendu. C’est une chanson qui a l’apparence de la facilité et qui est tout sauf facile. En ça, je ne le fais pas exprès, mais ça me ressemble. Et puis, quand je la chante, toute la salle continue. Des chansons comme ça, on n’en a pas tant que ça. Chaque chanteur en a trois, quatre dans sa vie ".  

Mélodiste hors pair, l’homme a le chic pour s’entourer d’auteurs de talent. C’est même le secret de sa longévité. Chacun d’entre eux suscitant chez lui de nouvelles couleurs musicales. Ainsi au cours des années 80,  sous la plume de Luc Plamondon, Julien Clerc s’électrise avec " Cœur de rocker " et " Lili voulait aller danser ". Tandis que David McNeil et sa " Melissa " lui inspirent une musique caribéenne aux rythmes chaloupés qui fait écho aux origines guadeloupéennes de l’artiste côté maternel.

Toute ma vie, j’ai cherché des auteurs. Toute ma vie, j’ai été bien servi " résume l’artiste qui fait aujourd’hui appel à la jeune garde. Parmi elle, Benjamin Biolay, Julien Doré ou encore Alex Beaupin. Mais aussi Carla Bruni que Julien révéla le premier comme auteure sur son album "  Si j’étais elle " (2000), Clara Luchiani, et Jeanne Cherhal pour ne citer qu’elles. Toutes trois ont collaboré à son nouvel et vingt-sixième album, " Terrien ". Avec ses problématiques actuelles telles l’écologie,  les violences sexuelles faites aux femmes ou le Brexit, Julien Clerc offre ici, son opus le plus sociétal. Sans négliger pour autant les balades sentimentales chères à ses fans.

Retrouvez Julien Clerc dans Hep Taxi, ce dimanche 25 avril à 20h40 sur La Trois et en replay sur RTBF Auvio !

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK