Jean-Pierre Jeunet : l'incroyable conteur d'Amélie Poulain

Jean-Pierre Jeunet dans Hep Taxi !
Jean-Pierre Jeunet dans Hep Taxi ! - © Benoit Bouchez

Près de 20 ans après la sortie de son plus grand succès, le réalisateur et scénariste Jean-Pierre Jeunet revient sur la genèse des personnages qui ont fait le succès de ses films.

Vous connaissez sûrement le réalisateur du " Le fabuleux destin d’Amélie Poulain ". En plus d’avoir été un des plus grands succès français au box-office mondial, c’est aussi le point culminant de la carrière de Jeunet. Durant 20 ans, il a amassé notes, détails et idées, qu’il a intégrés dans un seul film. Chaque détail du film est pensé avec soin, et on le perçoit dans la plupart des films du réalisateur français.

Bientôt une suite au "Fabuleux destin d’Amélie Poulain" ?

Pour rappel, le film suit la vie d’une femme qui rend service, sans rien attendre en retour. On y retrouve une foule de personnages attachants, dans des lieux devenus cultes à Paris. Bourré d’effets visuels en tout genre et de scènes inoubliables, il est resté dans l’imaginaire collectif.

Une suite ? N’y pensez pas, les studios sont trop frileux pour lui donner du budget suffisant.

Une série ? Non plus, l’actrice ne serait plus Audrey Tautou et Jeunet refuse.

Une comédie musicale ? Déjà fait à Broadway, et il a détesté.

Et soudain, une idée ! Un mockumentary : un faux documentaire sur la réalisation du film ! Petit budget et grande liberté, un eldorado pour le réalisateur. Réalité ou fiction, l’avenir nous le dira.

Un style décalé

Dès ses premiers films, Jeunet est admiratif des réalisateurs qui savent utiliser tous les outils mis à leur disposition. Comme un enfant qui utilise tous les jouets de son coffre ! Il va développer un style visuel très marqué, avec un découpage de plans extrêmement précis. Rien que pour le générique de son premier long métrage Delicatessen, il va utiliser une caméra articulée sur un bras programmé par ordinateur au millimètre près. Une première pour un film en France !

Avec un peu d’entraînement, un spectateur peut reconnaître un film de Jeunet au premier coup d’œil. Au-delà du célèbre gros plan avec une courte focale, qui déforme les personnages et que Jeunet a beaucoup utilisé, il adore les personnages décalés, des acteurs avec une gueule improbable, et surtout ceux qui savent en jouer.

Chacun traîne son Ogre

Dans les films de Jeunet, les personnages sont souvent des opprimés, avec des caractéristiques uniques qui les mettent au ban de la société, et c’est en s’en servant de leur imagination qu’ils vont se débarrasser de leur rival. Souvent, avec une certaine ironie du sort : le couteau qui tue le boucher de Delicatessen, ou le docteur Wren (tête pensante du projet de renaissance des Xénomorphes) qui meurt à cause de la naissance de l’Alien.

Pour Jeunet, c’est la métaphore du petit poucet qui doit se défaire de l’Ogre. Il peut avoir plusieurs formes. L’Ogre, c’est le Xénomorphe dans Alien ou le boucher monstrueux de Delicatessen. Mais il peut aussi être lié au personnage : l’introversion d’Amélie ou la culpabilité de T.S. Spivet.

Et vous, quel est votre Ogre personnel ?

Ne manquez pas notre tout dernier Hep Taxi ! de la saison avec Jean-Pierre Jeunet, ce dimanche 2 juin à 23h sur la Deux ou sur RTBF Auvio.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK