Le dormeur éveillé : voyage au cœur de la nuit

Un cinéaste cherche les raisons de ses insomnies chroniques. Son enquête prend la forme d’un film poétique. Primé lors du récent Festival Millenium (Prix de la SCAM pour le meilleur scénario en compétition belge), Le dormeur éveillé est un voyage au cœur du mystère de nos nuits et nous interroge sur notre rapport au sommeil.

Le dormeur éveillé : un film de Boris Van der Avoort à voir le lundi 26 juillet à 22h30 dans Fenêtre sur doc été sur La Trois et à revoir sur Auvio

On estime qu’en Belgique environ une personne sur dix souffre d’insomnies. Et la crise du Covid n’a rien arrangé puisque selon une enquête de Sciensano, la majorité de la population belge (73%) a souffert de troubles du sommeil cette année. Toujours selon cette étude, 12% de la population adulte belge utilisent un somnifère.  Ce qui place la Belgique dans le peloton de tête en Europe pour la consommation de somnifères.

Une nuit, alors qu’il en avait assez de lutter contre ses insomnies, le cinéaste Boris Van der Avoort a décidé de sortir de son lit et de regarder différemment dans la nuit. Plutôt que de subir ces nuits à se retourner dans son lit, le cinéaste insomniaque a transformé ces heures d’insomnie en filmant sa propre enquête sur le sommeil.

Ce film est né lorsque j’ai pris conscience que je devais arrêter de lutter contre mes insom­nies et que je devais les accepter. A partir de ce moment-là, j’ai retrouvé une nouvelle énergie, j’ai éprouvé le sentiment que la nuit était un espace-temps à protéger explique le réalisateur.

Il a alors commencé à tenir un journal d’impressions, de réflexions et d’observations nocturnes. Habitant à côté de la forêt, il a placé des caméras pour voir les animaux la nuit. C’est le départ de son film. Grâce à une mise en images pleine de poésie, il nous emmène à la découverte des mystères de la nuit. Et il s’en passe des choses dans la nature pendant que les humains tentent de dormir !

Il s’intéresse au cycle de la nuit et du sommeil calqué sur les changements de lumière et les hormones qu’elle génère. Il s’interroge sur ces différents états de conscience et sur la difficulté des humains à synchroniser leur rythme biologique et social. Il nous livre ses réflexions sur l’insomnie et notre rapport au sommeil. " Je me sens bien la nuit parce que je sens qu’elle peut m’appartenir " dit-il. " Son intimité est un droit face à un monde qui m’impose son rythme ". Et si nous confondions insomnie et inadaptation aux normes imposées par la société qui voudrait que l’on dorme d’une seule traite pour être rentables ? Existe-il d’autres façons de dormir ? Que se passe-t-il dans le corps d’un dormeur ? Il nous emmène aussi dans ses recherches de solutions. Il entreprend, en temps réel, des thérapies pour soigner son sommeil. Il nous emmène même jusqu’en salle d’opération.

Son film se construit comme un puzzle autour de toutes ses observations de nuit, ses questionnements, ses lectures et ses thérapies.

Mieux comprendre son sommeil  rend beaucoup plus serein, moins fataliste.

Et quand on demande au réalisateur, si aujourd’hui il dort mieux, voici ce qu’il répond : Mieux comprendre mon sommeil me rend beaucoup plus serein, moins fataliste. Ce " film-enquête " a transformé mon regard sur le sommeil et j’espère que mes recherches apporteront des pistes de réflexion aux autres.

Sous la forme d’une enquête poétique, Le Dormeur éveillé nous réconcilie avec les insomnie.  Il nous plonge avec légèreté entre les mondes du réel et du rêve, du sensible et du savoir.

Production : YC Aligator Film en coproduction avec la RTBF – Proximus - CBA Centre de l’Audiovisuel à Bruxelles - L'Atelier Cinéma du GSARA et Shelter Pro

 

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK