" Amuka, l'éveil des paysans congolais " : un documentaire porteur d'espoir

Chantal et Colette dans "Amuka, l'éveil des paysans congolais"
3 images
Chantal et Colette dans "Amuka, l'éveil des paysans congolais" - © Tous droits réservés

Pour ce deuxième rendez-vous de Fenêtre sur Doc, Ghizlane Kounda nous emmène en République démocratique du Congo à la rencontre de femmes et d’hommes " cueilleurs d’espoir ". A travers les témoignages de quelques-uns d’entre eux, portés par des images magnifiques, le réalisateur Antonio Spanò donne ici de la voix aux centaines de milliers d’agriculteurs congolais.

Un film à voir le samedi 19/09 sur La Trois à 23h50 et à revoir sur Auvio.

Avec ses ressources, la superficie des terres agricoles, la diversité de climats et la possibilité de cultures très variées, ​​la République Démocratique du Congo pourrait nourrir près d’1 personne sur 2 sur Terre. Pourtant 1 congolais sur 6 souffre de la faim alors que les agricultures représentent 70% de la population. Face à ce paradoxe, de nombreux paysans se regroupent en coopératives agricoles.

A travers ce film documentaire, une poignée d'entre eux nous partage leur quotidien. Eugénie, Biaba, Augustin et enfin Chantal et Colette produisent, avec les moyens du bord, du café, du riz, de l’huile de palme ou encore du lait. Avec un courage et une volonté impressionnante, ils se débrouillent comme ils peuvent pour survivre et se développer. Même s’ils ne se connaissent pas et vivent à des milliers de centaines de kilomètres les uns des autres, leurs voix résonnent ensemble dans ce documentaire porteur d’espoir.

Rencontre avec le réalisateur Antonio Spanò

Comment est née l’idée et l’envie de faire ce film sur des agriculteurs congolais ?

L'idée initiale vient de Benjamin Stiénon, le producteur. C'était en 2015 et nous faisions des recherches pour un autre documentaire en RDC. J’ai tout de suite accepté sa proposition de réaliser ce film Amuka, parce que je suis tombé amoureux de l'idée de faire un film sur les agriculteurs au Congo. C’était une opportunité de tourner un film positif au Congo. Cela a été un long voyage avec pas mal de problèmes et d'obstacles mais finalement nous avons réussi à l'accomplir.

Les agriculteurs sont très nombreux en RDC et pourtant on entend peu parler d’eux. C’est aussi pour cela que vous aviez envie de faire ce film ?  

Oui c’est insupportable pour moi qu’on les entende si peu. Les agriculteurs représentent plus de 70% de la population et si le sol congolais était bien exploité, il pourrait nourrir 3 milliards de personnes chaque année. 3 milliards ! Vous imaginez l’incroyable potentialité que le Congo et ses agriculteurs pourraient avoir! Je suis tellement fier que ce film aborde ce paradoxe et révèle enfin un Congo caché qui doit sortir de l’ombre. C’est malheureux que les informations en provenance du Congo soient toujours liées aux guerres, aux maladies et ou alors aux minerais.

"Les histoires racontées dans le film portent un message de résilience, de volonté, de courage et d'espoir extraordinaires"

Vous dites de vos personnages que ce sont des " cueilleurs d'espoir " : c'est cela le message essentiel de votre film ?

Les histoires racontées dans le film portent un message de résilience, de volonté, de courage et d'espoir extraordinaires. Au milieu de tous les défis et problèmes auxquels ils sont confrontés quotidiennement, ces agriculteurs et agricultrices n'abandonnent jamais. Ils vivent dans des régions différentes, parlent des langues différentes mais partagent tous un fort espoir. Oui, je pense que le message central d'Amuka est l'espoir.

L’espoir vient aussi de leur collaboration. L’un d’entre eux dit même que tous ensemble, ils peuvent faire progresser le pays tout entier. Au fond, ils ont un discours très politique aussi ?

Mon intention n’était pas du tout de faire un film politique. Néanmoins, Amuka contient un message politique, mais dans le sens le plus noble et pur de la politique. Pour moi effectivement la seule issue est la collaboration à tous les niveaux. Pour les agriculteurs, c’est se rassembler pour être plus fort, mais c'est une ligne directrice valable pour le gouvernement, pour les entreprises privées et publiques, les institutions nationales et internationales. On le voit sous nos yeux que les schémas suivis jusqu'à aujourd'hui n'ont pas fonctionné. C'est un fait. Il est temps de changer et d'écouter sérieusement les agriculteurs.

Je suppose que vous avez envie de montrer le film en RDC ?

Nous avons toujours eu l'intention d’y retourner et d'organiser des projections publiques de notre film dans tous les lieux où nous avons tourné. Comment ne pas partager avec eux le résultat de notre travail commun ? Absolument, la production y travaille. La sortie internationale va démarrer bientôt et nous espérons qu'Amuka sera projeté dans de nombreux endroits pour porter la voix des agriculteurs congolais !

 

Amuka, l’éveil des paysans congolais : un film d’Antonio Spanò produit par Popiul SPRL en coproduction avec la RTBF

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK