Al-Sissi, l'homme fort d'Egypte

Al-Sissi, l'homme fort d'Egypte
Al-Sissi, l'homme fort d'Egypte - © Tous droits réservés

Depuis que Abdel-Fattah al-Sissi a pris le pouvoir en 2013, les arrestations arbitraires, la torture et les disparitions forcées ont atteint des niveaux sans précédent en Égypte. Pourtant, le président égyptien, qui a récemment obtenu un deuxième mandat avec 97% des voix, est toujours considéré aux États-Unis et en Europe comme un partenaire stratégique et commercial dans la poursuite de la stabilité régionale.

"Al-Sissi, notre homme du Caire", un documentaire DOC SHOT à voir le jeudi 20 septembre à 22h10 sur la Une. Rediffusion sur la Trois le 25/09 à 22h00. 

Le film montre que l’Égypte est aujourd’hui plus en difficulté qu’avant la révolution de 2011. Après l’éviction de Moubarak, des élections libres ont eu lieu en 2012 et se sont terminées par une victoire des Frères musulmans. Un an plus tard seulement, le président élu, Mohammed Morsi, a été destitué par un coup d'état militaire et purge actuellement une peine d'emprisonnement à perpétuité. Depuis lors, Al-Sisi, un général sans expérience politique significative, mène le pays. Il suit le principe selon lequel les nouveaux soulèvements ne peuvent être évités qu'avec le recours au pouvoir et à la répression. Les chiffres sont inquiétants. Selon diverses organisations de défense des droits de l’homme, 60 000 personnes ont été arrêtées pour des motifs politiques et plus de 15 000 civils ont subi des procès militaires, dont 150 enfants. Et au moins 323 personnes sont mortes en détention depuis 2013.

A partir du meurtre d'un chercheur de Cambridge au Caire, "Notre homme du Caire" traite des relations bilatérales entre l'Egypte et l'Occident, la liberté de la presse et les violations des droits de l'homme. Nous entendrons des témoignages de première main de militants des droits de l'homme, détenus dans des prisons égyptiennes et victimes de violations des droits de l'homme et de tortures pendant leur détention. Des journalistes occidentaux et égyptiens diront à quel point il est dangereux de documenter les violations des droits de l'homme en Egypte, où 500 médias en ligne ont été fermés depuis 2013 et 33 blogueurs et journalistes sont actuellement détenus.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK