Itinéraire d'une famille pas si Model…Terminus ?

Mercredi 23 mai 2018, Tribunal correctionnel de Charleroi... Procès de la société immobilière Model !
Mercredi 23 mai 2018, Tribunal correctionnel de Charleroi... Procès de la société immobilière Model ! - © Tous droits réservés

Le procès de la société immobilière Model s’est tenu ce matin devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Cinq ans d’enquête, plus de 25 préjudiciés pour un montant détourné évalué à un million d’euros. Les accusés : un couple et leur fils.

Le banc devant la salle 240 du Palais de Justice de Charleroi est étonnement vide ce matin. Et pourtant, à l’intérieur, l’énorme dossier à charge de la Société immobilière Model trône devant la Procureur du roi, Emmanuelle Guisset.  C’est un couple et leur fils qui sont poursuivis pour escroquerie.  La somme détournée s’élèverait à un million d’euros.

Derrière ce mot et ces chiffres, c’est le sort de familles ruinées qui se jouait ce matin.

Leurs histoires se ressemblent :  toutes ont eu un jour, la malchance de faire " affaire " avec cette société basée à Charleroi.   Les avocats de ces parties civiles vont rappeler devant le tribunal comment les acomptes ont été empochés par le couple sans qu’aucune vente ne soit pour autant réalisée, ou comment de l’argent soi-disant placé était en fait, versé directement sur les comptes des gérants…

L’intention du couple était claire :  obtenir des liquidités, du cash à tout prix, détaille la Procureur, pour mener à bien ses projets et investir dans le sud de la France ". Elle démontrera ensuite que cette société immobilière agissait en toute illégalité, que ni madame, ni son fils n’étaient les agents immobiliers qu’ils prétendaient être…

Le dossier est énorme et complexe. Les victimes , elles, sont épuisées, la plupart n’ont même pas fait le déplacement pour ce procès qu’elles attendent pourtant depuis si longtemps….

Les prévenus, eux, n’ont pas daigné quitter le soleil d’Argelès pour s’expliquer devant leur juge. Seul le fils était représenté par son avocat qui plaidera la cause d’un jeune homme " manipulé par une mère autoritaire : " la mère dictait, le fils obéissait " dira Me Schreder.

Le couple entendu pendant l’enquête est en aveux complets, ils ne sont donc pas venus se défendre ce matin… Le ministère public a requis trois ans d’emprisonnement à l’égard du couple, sans traitement de faveur  et des confiscations à hauteur des détournements, soit autour du million d’euros.  Pour leur fils, la peine est laissée à l’appréciation du juge.

Le jugement a été fixé le 27 juin.

Malika Attar

 

Retrouvez tous les détails de notre enquête dans l’émission de ce mercredi 30 mai 2018 à 20H20

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK