"Crimes parfaits" revient avec des épisodes inédits toujours plus déroutants

La collection de polars “Crimes parfaits” est de retour sur La Une pour deux nouvelles enquêtes. 

Construite de manière originale, la série "Crimes parfaits" dévoile le coupable dès le début de l’épisode. Reste à savoir comment et s’il va être retrouvé ! 

En début de soirée découvrez l’épisode 3 : "Master du crime" 

C’est une enquête particulièrement complexe qui attend le commandant Claire Moreno et son adjoint Hubert de Montalembert. Dans la bibliothèque de l’Université de Nice, ils découvrent le corps d’un étudiant gisant au milieu d’une fausse scène de crime, mise en place par le professeur Lise Lenoir pour illustrer son cours de criminologie. La multitude d’indices rend les policiers quelque peu perplexes : difficile en effet d’y démêler les vrais des faux, laissés volontairement par Lise... Malgré tout il ne faut pas longtemps à Claire pour soupçonner l’enseignante, son amie de longue date, au grand dam d’Hubert qui ne peut croire en la culpabilité de son ancien mentor. D’autant plus que Lise Lenoir a un alibi imparable : elle jouait au poker avec Claire à l’heure du crime. 

Alors pourquoi Claire persiste-t-elle à soupçonner son amie ? Et pourquoi cette femme, dont la réputation a dépassé les murs de l'université, aurait-elle décidé d'éliminer son meilleur étudiant ? 

Entre ces deux spécialistes du crime, la partie ne fait que commencer... 

3 images
© Jean-Louis Paris

Partez ensuite sur les chemins d'un coeur sombre

Claire Moreno et son adjoint Hubert de Montalembert sont appelés pour constater le décès d’un agent d’entretien du Nice Aquarium. Simple infarctus inévitable ou crime parfait ? La question ne reste pas longtemps en suspens grâce à l’instinct et l’esprit de déduction de Claire Moreno. Lorsque l’autopsie confirme le piratage du simulateur cardiaque de la victime commence alors une enquête singulière. Au sein du Nice Aquarium, les prédateurs ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Rapidement, les soupçons de nos deux enquêteurs s’orientent sur la vétérinaire du lieu. Brillante et sympathique, Marie Michalik mère d’une enfant autiste n’a pourtant rien d’une coupable idéale. 

Mais quelles raisons auraient pu pousser cette femme altruiste à commettre un tel acte ? Quel lien pouvait-il exister entre elle et cet agent d’entretien ? Et de quelle manière a-t-elle pu concevoir un piratage informatique aussi complexe ? 

Le duel entre Claire et cette femme prend une tournure aux frontières de l’intime. Claire le sait bien, lorsqu’on est une mère on peut tout faire par amour, même mentir… Jusqu’à commettre l’irréparable. 

 

3 images
© Jean-Louis Paris
  • Rendez-vous ce jeudi 15 octobre à 20h30 sur La Une dans "Crimes parfaits".