Les Meilleurs de l'année 2018 : les nommés dans la catégorie "Musique classique"

Les Meilleurs de l'année 2018 : Catégorie Musique Classique
5 images
Les Meilleurs de l'année 2018 : Catégorie Musique Classique - © D.R.

En ce début d’année 2019, "C’est du Belge", en partenariat avec la rédaction de Paris-Match, lance la quatrième édition du prix «Les Meilleurs de l’année 2018». Depuis sa création, il y a 14 ans, "C'est du Belge" soutient nos talents, confirmés ou débutants. Ce prix récompense des talents qui se sont distingués durant l’année écoulée et qui sont les coups de coeur des deux rédactions. 7 domaines différents ont été retenus, avec 4 nominés validés par un parrain pour chaque catégorie.

Pour la catégorie "Musique classique", c'est Eve-Marie Vaes, directrice RTBF de "Musiq'3", qui en est la marraine.

Pour voter cliquez ici

Découvrez les 6 autres catégories :

Gastronomie, Cinéma & Fiction, Scène, Mode, Joaillerie, Déco & Design

Marianne Croux

Marianne Croux est franco-belge, ou belgo-française. Initiée au violon et au piano dès l’âge de 4 ans -c’est plus rigolo que les poupées, non ?-, Marianne se met à la pratique du chant lors de son 15e anniversaire. Pas de temps à perdre : à18 ans, elle remporte le premier prix au concours Dexia Classics. De quoi lui permettre de chanter à la Monnaie de Bruxelles avec l’orchestre de chambre de Wallonie. Pas mal ! Et puis tout s’enchaîne pourelle: en 2011, elle est admise dans la classe de Chantal Mathias au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. En 2015, elle profite d’un semestre d’échange avec la Manhattan School of Music de New-York, et étudie avec la mezzo-soprano Mignon Dunn. En 2016, elle est diplômée de Master en chant avec la mention Très bien à l’unanimité, avec en prime les félicitations du jury. La totale ! En Janvier 2017, elle participe à l’Opéra studio de Lyon et pour la Saison 2017/2018 et elle entre dans l’Académie de l’Opéra national de Paris. Margaret Singer, Anne le Bozec, Susan Manoff ou encore Kenneth Weiss l’aident à se perfectionner. Sous la direction de Cornelius Meister à la Philharmonie de Paris, avec l’orchestre et le chœur d’enfants de Paris, elle chante le premier Elfe du Midsummer’s Night Dream de Mendelssohn. Elle est également invitée, en 2017, à la 35ème édition du Festival de Musique de Chambre d’Entrecasteaux. Quand s’arrêtera-t-elle ? C’est une mauvaise question : jamais !

Pour plus d'infos, cliquez ici

Nicolas Achten

Né à Bruxelles en 1985, ce jeune baryton, claveciniste, luthiste, harpiste ou encore chef d’ensemble excusez du peu…) s’est fait une place de choix dans le monde de la musique ancienne dès son plus jeune âge : lauréat du VIIème Concours International de Chant baroque en 2006, il est élu artiste classique de l’année 2009 aux Octaves de la Musique et Prix du jeune musicien de l’année 2009 décerné par l’Union de la presse musicale belge. Il a étudié le chant, le luth, le clavecin et la harpe à l’ancienne aux Conservatoires royaux de Bruxelles et la Haye ; il a complété sa formation à l’Académie baroque d’Ambronay et au Centre de la Voix de Royaumont. Il est invité depuis 2004 par de prestigieux ensembles de musique ancienne, parmi lesquels La Fenice, La Petite Bande, Ausonia ou encore Akadêmia et sous la direction de chefs tels Jean Tubéry ou encore Marc Minkowski.  Il est aujourd’hui l’un des rares chanteurs classiques à s’auto-accompagner, renouant avec la pratique historique. Désireux d’approfondir cette démarche et de mettre en pratique ses recherches sur la musique ancienne, il fonde l’ensemble Scherzi Musicali, dont les concerts à travers l’Europe suscitent l’enthousiasme unanime du public et de la presse. Actuellement, il enseigne le chant, le luth et la théorie appliquée de musique ancienne au Conservatoire royal de Bruxelles. Parfois fatigué ? Pas sûr…

Pour plus d'infos, cliquez ici

Liesbeth Baelus

Loué par The Strad pour son “phrasé et sa fluidité expressive” (Septembre 2017) à l’occasion de la sortie de son premier disque “British legends”, Liesbeth  s’établit rapidement sur la scène des concerts internationaux. Elle commence le violon à l’âge de 4 ans et quand elle entre au Conservatoire Royal d’Anvers à l’âge de 11 ans, elle decide de dédier sa vie à la musique. Durant ses années de formation, elle est guidée et formée par son professeur Jerrold Rubinstein, lui même élève des légendaires Ivan Galamian, Louis Persinger et Arthur Grumiaux, donnant Liesbeth un base solide à partir de laquelle elle évolue depuis. Elle continue ses études au Conservatoire de Bruxelles avec Prof. Yuzuko Horigome et elle suit le Cycle de Specialisation au Conservatoire Superieur Musikene, avec Prof. Tatiana Samouil. En 2009, elle est sélectionnée comme étudiante à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth où elle bénéficie des conseils du Quatuor Artemis. De plus elle travaille avec des professeurs comme Boris Kushnir, Zakhar Bron, Mihaela Martin, Pierre Amoyal, Philippe Graffin, Anner Bijlsma, Ferenc Rados. Gagnante du Deuxième Prix de l’EuroAsia Violin Competition 2016 en Espagne et récompensée par le SuperNova Award 2016 comme “The  Future Sound of Classical Music”,  Liesbeth Baelus se produit, comme soliste et chambriste, dans la plupart des pays d’Europe ainsi qu’en Moyen Orient, en Afrique, en Asie et aux États-Unis. On la retrouve régulièrement à l’affiche  des festivals tels que ISA (Vienne), International Mozart Festival Augsburg, IMS Prussia Cove,  Encuentro Musica de Santander, International Chamber Music Festival Schiermonnikoog, Weikersheim,… , où elle partage la scène avec des artistes réputés comme Philippe Graffin, Wolfram Christ, Roel Dieltiens, Martha Argerich, Thomas Riebl. Liesbeth est premier violon du St. George Quintet, et rejoint le Quatuor Taurus en 2015. Cette saison est marquée par des performances dans des salles de concert comme la Philharmonie de Berlin, Festspielhaus Baden Baden, BOZAR, Wiener Konzerthaus, deSingel… , ainsi que la sortie du double album de son quatuor Taurus avec Etcetera Records, “L’Horizon Funèbre”, incluant les derniers quatuors de Schubert et de Janacek. En fevrier 2019 le St. George Quintet sortira mondialement son deuxième album, “ Bohemia Express “. Liesbeth joue actuellement sur un violon Cassini de 1924.

Pour plus d'infos, cliquez ici

Sébastien Walnier

Sébastien Walnier a commencé très tôt le violoncelle auprès de Laurent Chantraine. Très vite aussi, il obtient son premier prix au Conservatoire Royal de Liège. Il a alors à peine 13 ans.  Sébastien est actuellement violoncelliste solo à l’orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, à Bruxelles. En combinaison avec cette vie d’orchestre, sa grande passion est la musique de chambre, mais il adore également le jazz et les musiques actuelles. L’un n’empêche pas l’autre. En 2011, Sébastien crée l’octuor de violoncelles O-Celli, réunissant des musiciens de haut vol et il réalise de nombreux arrangements pour cet ensemble. Le groupe enregistre trois albums, dont le dernier sortira chez Cyprès au printemps 2019. Sa rencontre avec Roland Pidoux au CNSM -conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris- est une étape décisive dans son évolution, il en sort diplômé à l’âge de 20 ans. Il reçoit encore le prix de Musicien de l’année 2012 décerné par l’Union de la Presse Musicale Belge. Privilège suprême, Sébastien Walnier joue sur un violoncelle de Giovanni Grancino datant de… 1699, généreusement prêté par un mécène privé. En mai 2019, il créera une pièce pour violoncelle et orchestre de Bernard Foccroulle, en soliste avec l’Orchestre Symphonique de la Monnaie, sous la direction d’Alain Altinoglu. A voir. Evidemment !

Pour plus d'infos, cliquez ici

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK