Le portrait de la semaine: Jean-Marc, jeune architecte qui conçoit des maisons en bambou

Le portrait de la semaine: Jean-Marc, jeune architecte qui conçois des maisons en bambou
Le portrait de la semaine: Jean-Marc, jeune architecte qui conçois des maisons en bambou - © Tous droits réservés

Il aide des familles défavorisées en Equateur.

Plante convoitée pour ses vertus écologiques, le bambou présente de nombreux attraits pour le secteur de la construction. Solide, résistant et peu couteux, ce matériau naturel sert à la réalisation d’objets, de meubles, de planchers … et de maisons.

Jean-Marc Pitet est architecte du patrimoine. En 2011, ce jeune Français s’engage dans un projet humanitaire et rejoint Hogar de Cristo, une ONG équatorienne qui apporte des solutions d’urgence aux populations pauvres. Dès son arrivée à Guayaquil, première ville d’Equateur, Jean-Marc met ses compétences d’architecte à profit des habitants en participant à l’élaboration de maisons en bambou.

Des habitats économiques et écologiques

Une journée. C’est le temps nécessaire pour bâtir une habitation en bambou de A à Z et offrir un toit à une famille sud-américaine. L’usine de production locale de Hogar de Cristo fabrique et met à disposition des citoyens équatoriens les panneaux en bambou qui forment la structure du logement. Les habitants qui décident d’emménager dans ces maisonnettes à très bas coût (aux alentours de 900 euros) peuvent participer à la construction de leur maison et la monter eux-mêmes comme s’ils assemblaient un meuble en kit. A la différence que l’impact écologique de ces logements est nettement inférieur à celui du fameux géant suédois du meuble low-cost.

Le bambou est un matériau très renouvelable qui présente un avantage majeur sur le bois : il possède un cycle de récolte court et flexible. Entre l’instant où les graines sont semées et le moment où la plante peut être récoltée s’écoule une période de six ans à peine (contre une vingtaine voire une trentaine d’années pour le bois). La rapidité à laquelle la plante se reproduit permet d’avoir une matière première abondante et produite localement. Et si l’empreinte écologique de la fabrication d’habitats en bambou est minime, l’impact sur la population équatorienne est, lui, immense.

Construire intelligent

A son retour d’Equateur, Jean-Marc s’associe avec deux architectes. Ensemble, ils montent abdpa, leur propre agence d’architecture. Abdpa étudie et conçoit des projets architecturaux articulés autour du patrimoine. Jean-Marc et ses collègues, Antoine Brochard et Jérémy Debois, rénovent, aménagent et transforment des bâtiments existants en tenant compte de l’histoire et des ressources propres au site sur lesquels l’édifice se situe. " A abdpa, nous sommes très attachés à travailler et construire avec économie (au sens écologique du terme). Nous voulons " faire avec " ce qui existe déjà, plutôt que de construire sans cesse du neuf. L’idée est de limiter un maximum l’énergie grise. Nous optons aussi pour des solutions low-tech, utilisons des matériaux traditionnels revisités et faisons appel à notre bon sens pour dépenser le moins d’énergie possible ".

Le métier d’architecte qu’il mène, aujourd’hui, est fondamentalement différent du travail qu’il exerçait avec Hogar de Cristo en Equateur. " Être architecte dans nos sociétés occidentales revient à exercer un métier extrêmement règlementé. Ici, on réfléchit beaucoup, mais on construit peu. " Pour le moment, Jean-Marc travaille sur une série de projets dont la rénovation d’une ferme rurale en Île-de-France, la restauration d’un château protégé et la transformation d’un appartement parisien.

Depuis qu’il est rentré en Europe, le Français a songé à reconduire un projet similaire à celui de l’élaboration de maisons en bambou dans d’autres pays en voie de développement. " Il m’arrive de mettre mes compétences au service d’associations qui ont besoin d’un appui technique sur des projets de construction ou d’architecture. Je reste très ouvert aux propositions qui peuvent se présenter."

Quant à Hogar de Cristo, l’ONG continue l’installation de maisons en bambou. Jean-Marc est resté en contact avec l’organisation et a même accueilli, à plusieurs reprises, la visite d’Equatoriens en France.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK