Les confidences de Joëlle Scoriels sur l’émission 69 minutes sans chichis

Elle a présenté les 7 saisons de 69 minutes sans chichis en compagnie d'invités qui se sont livrés sur leur parcours. Cet été, la Une vous proposera de revoir 8 émissions qui ont marqué le programme à partir du 09 juillet sur la Une. Pour l'occasion, Joëlle Scoriels a accepté de se confier sur ces 7 années incroyables !

Si tu ne devais garder qu’un seul moment dans 69 minutes sans chichis, ce serait lequel et pourquoi ?

Si j’essayais vraiment de répondre à cette question impossible, je devrais évidemment fournir une réponse déchirante ! Comment isoler UN moment parmi la cascade d’émotions qu’on a vécues au fil des 7 saisons… J’ai ri merveilleusement beaucoup, j’ai perdu quelques larmes - certains invités (Julie Taton, par exemple) en ont carrément versé de grosses… On a appris, au fil des saisons, à planquer la boîte de mouchoirs dans le décor, pour que je puisse la brandir en cas de coeur chaviré. Je ne parviens pas à pointer un seul moment, désolée, alors j’en jette quelques-uns dans le désordre : immanquablement, la façon dont s’est livrée Delphine Boël (pas encore de Saxe-Cobourg), à une époque où, au sujet de la reconnaissance de sa filiation, elle s’exprimait quasi dans le vide ; Maurane, la plus fragile des femmes fortes, Michel Polnareff, dont le petit garçon est monté sur le plateau presque à l’improviste, à la fin de l’émission ; Messmer, qui m’hypnotise et me transforme en planche capable de supporter le poids d’un adulte.
Si je dois vraiment isoler une seule séquence, ce sera le moment où, à la toute fin de l’émission, Slimane doit adresser un petit mot face caméra, et ce chou absolu choisit de chanter pour ma fille Estelle (qui était encore une petite chose minuscule d’environ 4 ans) le refrain de " Quand je serai grand ", parce que je lui avais dit plus tôt dans l’émission que c’était sa chanson préférée… 

As-tu une anecdote drôle qui te revient en tête ? 

Oh oui, un tas. On aurait pu devenir fournisseurs officiels de vidéo-gags. D’ailleurs, on a reçu de nombreux humoristes, avec qui l’émission était un pétillement quasi constant. Kody, Franck Dubosc, Virginie Hocq, Michel Leeb, Kev Adams, et j’en passe de toutes les formes et de toutes les couleurs… Et puis, hors humoristes, je me souviendrai toujours de Dave, la tête renversée, gobant des maatjes avec autant de dextérité que de délectation ; ou, dans un registre un peu similaire, Lara Fabian, qui nous a fait comprendre que l’élasticité de sa bouche la rendait capable d’enfourner sans trembler tout un merveilleux… Un moment étonnant auquel je pense, qui est assez symptomatique du genre de décalages qu’on essayait de créer en plateau, c’était celui où Monseigneur Léonard a entamé l’émission en faisant descendre quelques petites moules au moyen d’un verre de péket…

Qu’est-ce que l’émission t’a apporté ?

Comme je disais, j’ai bénéficié d’une pluie d’émotions très précieuses. Et ça m’a apporté aussi du métier, bien sûr. C’était un programme de prime-time en direct, ce qui nécessite une préparation extrêmement minutieuse, à mener en bonne intelligence avec l’équipe composée de l’éditeur, du binôme réalisateur-scripte, de deux journalistes, et des différents chroniqueurs. Ça tombe bien parce que moi, je suis du genre perfectionniste, je déteste l’idée d’être prise en défaut, donc j’aime bien préparer les choses abondamment. Mais pour répondre précisément à la question, ce que " 69 " m’a surtout apporté, ce sont des montagnes d’admiration. Je me suis rendu compte que c’est un peu mon hobby préféré : admirer le talent des autres - et tenter de transmettre mes sensations agréables à l’intention du public. Les succès, les parcours cabossés, la persévérance, la foi, ça m’enchante. Même quand mon invité est Michel Preudhomme - qui n’est pas " directement " un artiste, je suis fascinée par sa vision de la vie, qui se traduit notamment dans la façon dont il éduque ses enfants. 

Parmi tous les chroniqueurs, qui est celui qui t’a le plus marqué ? Es-tu toujours en contact avec eux ?

Ah mais je les ai tous chéris. Très sincèrement. Dan Gagnon a été le plus constant de mes collègues. Il participait déjà à la quotidienne " Sans chichis ", avant le prime " 69 ". C’est avec lui, et les bien-aimés Adrien Devyver et Gérald Watelet, qu’on a démarré nos directs. Dan m’a toujours énormément intéressée, il a un regard tout à fait perçant sur l’univers du talk-show, et une analyse très performante de ce qui fait qu’un entretien est réussi. Après, ils se sont enchaînés, les brillants chroniqueurs. Guillermo Guiz s’est un peu fait les dents chez nous : durant deux saisons, les invités ont subi sa loi ironique, jamais inique… Il y a eu l’excellent Julien Kaibeck, l’inénarrable Christophe Bourdon, le trouvailliste prodigieux Olivier Fraipont, le cascadeur du rythme Damien Gaillard… Je m’autorise une mention spéciale à Corentin Candi, qui a lui aussi garni l’émission de son talent pendant deux ans. Il a un humour pas normal, qui a souvent interloqué nos invités : très original, générateur d’images déroutantes, mais drôlissime - je n’en suis pas sortie indemne, parce qu’aujourd’hui, Corentin est même devenu mon amoureux…

Si tu devais résumer l’émission en une ou deux phrases, tu dirais quoi ? 

Je dirais que j’ai été extrêmement heureuse de piloter ces émissions, et d’ailleurs toujours consciente du privilège que c’était. Une soirée de rencontre, en direct, qui prend le temps, qui se pose, qui crépite un peu, qui émeut : c’était un format à nul autre pareil dans le paysage audiovisuel francophone. J’adore l’émission que j’anime à présent (" Tout le Baz’art "), parce que, dans un registre très différent, c’est toujours de rencontres qu’il s’agit, et que c’est passionnant ; et je me dis que je le ferais beaucoup moins bien si je n’avais pas dans les jambes la fabuleuse expérience des " 69 minutes sans chichis ". (Ah, zut, c’est plus qu’une ou deux phrases.)

Retrouvez 8 émissions cultes de 69 minutes sans chichis dès le vendredi 09 juillet sur la Une et sur Auvio.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK