Varia : Macadam Circus, la pièce qui se joue côté cour

Du 19 mai au 12 juin, la pièce Macadam Circus écrite par Thomas Depryck et mise en scène par Antoine Laubin sera jouée dans la cour du petit Varia. Ce seul en scène en plein air, interprété par Axel Cornil se voudra intimiste puisque seulement 23 spectateurs pourront assister à chaque représentation.

L’auteur, Thomas Depryck qui s’était déjà fait remarquer avec sa pièce Le réserviste nous propose cette fois-ci de nous plonger dans un univers ambivalent, mystérieux, à la fois tragique et drôle. Macadam Circus c’est avant tout une histoire de transmission entre un père et un fils. Un homme qui écrit à son fils pour le mettre en garde, car leur monde qui s’écroule, qui s’effondre est noir et compliqué. Y voir une analogie avec la situation sanitaire est tentante mais serait se méprendre, quand on sait que le texte date de 2017.

lire aussi : La belle adaptation

Antoine Laubin affirme qu’on peut voir plusieurs lectures à sa proposition scénique. Le metteur en scène affirme "qu’on peut y voir le rituel musical et physique que s’impose un homme qui aurait tout perdu lors d’une grande catastrophe et qui se remémore sa vie antérieure. Mais également le voir comme un auteur au travail qui inventerait son récit devant nous, en incarnant pour lui-même toutes les voix de ses protagonistes."

 

La pièce est nourrie par l’univers de la boxe et rythmé par l’album Ghosteen de Nick Cave and the bad seeds. Album hommage du chanteur à son fils qu’il a perdu. Ce dialogue entre la musique et le jeu participe à accentuer la dimension intime de la pièce.

Comme souvent dans ses textes, Thomas Depryck utilise la personnification animale, le paresseux dans le réserviste ou encore le bousier, titre éponyme d’une de ses autres pièces. Pour Macadam Circus, c’est l’éléphant qui en est le symbole. En se promenant dans la ville, le père rencontre un petit éléphant, que seul lui et sa famille semblent voir.

Quand on questionne l’auteur sur ce choix il répond "Son animalité, d’une part, nous rappelle la nôtre, que nous avons tendance à nier, oublier ou rejeter. On ne la voit plus, elle est mise en cage. Sa symbolique, d’autre part, m’intéresse : il représente à la fois la longévité, la sagesse, la force et la puissance. Mais tout cela est menacé, comme en danger. Je la vois aussi, cette figure de l’éléphant, comme présence absence des utopies et des alternatives que l’on balaie d’une main dédaigneuse, sous prétexte de réalisme. Je n’aime pas le réalisme. Cet éléphant est, je crois, un prisme optique, un catalyseur".

Cette pièce sera également une occasion pour (re) découvrir le jeu d’Axel Cornil. D’avantage vu récemment comme metteur en scène et auteur. Il revient sur les planches pour un seul en scène qui se veut intimiste et émouvant.

 

 


A voir du 19 mai au 12 juin 2021, du mercredi au samedi à 19 heures

Dans la cour du Petit Varia – Ixelles

Entrée : 8€ (prix fixe)

Jauge limitée à 23 personnes