Prix Maeterlinck de la Critique 2019. Myriam Saduis meilleur spectacle et meilleure actrice.

Myriam Saduis, meilleur spectacle et meilleure comédienne
8 images
Myriam Saduis, meilleur spectacle et meilleure comédienne - © Jean-Michel Clajot

La cérémonie des "Prix de la Critique" 2018/ 2019, rebaptisés "Prix Maeterlinck de la Critique" a eu lieu hier soir au Théâtre National en présence de Mme Bénédicte Linard , la nouvelle Ministre de la Culture,  de l’Administrateur Général de la RTBF Jean-Paul Philippot et du Secrétaire Général de la FWB, Frédéric Delcor .

Un hommage a été rendu à Maurice Maeterlinck par le directeur de la Monnaie, Peter de Caluwe, en présence de Nicolas Maeterlinck, secrétaire de la "Stichting Maeterlinck" et de Frédéric Van Goitsenhoven-Maeterlinck l’ ayant droit de l’écrivain.

Une déclaration d’intentions de Mme Linard, Ministre de la Culture

Lors de son dialogue avec la présentatrice, Cécile Djunga, Bénédicte Linard a notamment affirmé entre autres:

Un travail est à mener avec les médias publics ou régionaux pour assurer la présence des créations de la Fédération Wallonie Bruxelles. La diffusion sur Auvio de ce soir est une belle avancée. Est-ce que cela mènera à une diffusion de cette soirée sur les chaînes de la RTBF ? ce serait une belle vitrine. Pour la Ministre permettre aux œuvres de tourner, c’est permettre aux artistes de mieux vivre de leur création et que leur travail soit connu et reconnu.

Sur le thème de la condition de la femme elle a relevé des "déséquilibres interpellants sont constatés notamment par le Collectif F(S) auxquels il faut répondre. Et elle fait le constat que les femmes sont majoritaires dans les études artistiques mais pas dans les fonctions de direction et que pas assez de place accordée aux créatrices au sein des programmations. Il est évidemment trop tôt pour dire les mesures concrètes qui définissent une politique. Sans aller jusqu’aux quotas des mesures coercitives sont à l’étude. Quant aux 16 prix distribués ils ont été émaillés, comme toujours, d’appels précis à la Ministre pour rendre justice à un secteur fragile.

Un palmarès équilibré féminin/masculin.

Sur 12 prix "non genrés" 5 reviennent à des femmes, presque l’équilibre en ajoutant la présentatrice, Cécile Djunga, un rôle en or, meneuse de jeu, comédienne elle-même ! Dans quel "prix" connu, en France ou en Belgique une femme (noire ou pas) mène-t-elle seule le jeu ? Nous, c’est la troisième année consécutive. Bwanga Pili Pili et Valérie Bauchau (2017), Magali Pinglaut (2018) et Cécile Djunga (2019). Avec aussi un équilibre des couleurs de peau : pas un hasard, un acte politique.

Au palmarès 2019 outre le double prix de Myriam Saduis (meilleur spectacle, meilleure comédienne) pour son remarquable "Final Cut", Nicole Mossoux chorégraphe de The Great He-Goat, Edoxi Gnoula, meilleur seul(e) en scène pour "LEGS", Héloïse Jadoul, meilleure découverte pour "Partage de Midi" : Angèle Baux-Godard, meilleure autrice " pour "L’Empreinte du vertige". Enfin Isabelle Pousseur pour le Prix Abraté (déjà une femme en 2002) récompensant l’ensemble d’une carrière de metteuse en scène et de directrice de théâtre.

Le palmarès complet de la cérémonie 

 

Spectacle : Final Cut, de Myriam Saduis.

Mise en scène : L.U.C.A. – Last Universal Common Ancestor, d’Hervé Guerrisi, Grégory Carnoli et Quantin Meert.

Spectacle de danse : The Great He-Goat, de Nicole Mossoux, en collaboration avec Patrick Bonté.

Spectacle de cirque : La Vrille du chat, de la compagnie Back Pocket.

Comédie/Meilleur spectacle d’humour : Desperado, des collectifs Tristero et Enervé.

Spectacle jeune public : #VU, de Mattias De Paep et Andreas Christou (Cie Les Arts nomades)

Seul en scène : LEGS "suite", de et avec Edoxi Gnoula.

Découverte : Partage de Midi, mise en scène d’Héloïse Jadoul.

Interprétation féminine : Myriam Saduis, dans Final Cut.

Interprétation masculine : Hervé Piron, dans Desperado et Crâne, d’Antoine Laubin.

Espoir féminin : Sarah Grin, dans Partage de Midi.

Espoir masculin : Pierre Gervais, dans Ce qui arrive, de Coline Struyf.

Autrice : Angèle Baux-Godard, pour L’Empreinte du vertige.

Scénographie : Arié Van Egmond.pour Ce qui arrive, de Coline Struyf.

Réalisation artistique et technique : Sylvia, de Fabrice Murgia

Prix Bernadette Abraté : Isabelle Pousseur, metteuse en scène et directrice-fondatrice du Théâtre Océan Nord.

La cérémonie présentée par Cécile Djunga est disponible sur la plateforme Auvio RTBF.