"Pattern" au Théâtre Océan Nord. Le mythe du père remis en question dans un premier spectacle audacieux

CRITIQUE

Vous aimez les expériences théâtrales surprenantes ? Vous êtes du genre à trépigner sur votre siège après une heure de spectacle ? Alors, "Pattern" est pour vous.

Créé en en janvier dernier à la Maison de la Culture de Tournai, ce projet est né d’une rencontre : Emilie Maréchal, issue du monde de la scène et Camille Meynard, réalisateur, ont réuni leurs talents sur un thème qui leur tenait à cœur à tous les deux, la relation au père. Les pères sont-ils encore nos héros quand on avance en âge et qu’on devient plus lucide, sont-ils forcément des modèles (pattern/pater) à suivre ? Ces questions sont posées à travers un parcours déambulatoire où se croisent toutes les formes artistiques et qui métamorphose la salle en un lieu d’exposition ou de baraques foraines avec ses niches et ses zones d’ombre (scénographie inventive de Sylvain Descazot).

Pour vous lancer dans l’aventure, choisissez une vidéo en noir et blanc, par exemple. Vous y découvrirez deux générations de boxeurs thaïs. Le jeune s’est construit à partir de la figure du père, sur sa force et son courage. Mais au moment de livrer son premier combat, il apprend que celui-ci lui a menti et que ses plus grandes victoires sont entachées d’irrégularités. Le mythe s’écroule. On voit notamment le jeune boxeur s’entraîner au saut à la corde. Un pas plus loin, vous retrouverez cet exercice comme métaphore de la ténacité dans une performance live. Des volontaires non-acteurs se relaient tandis que devant eux est projeté un texte qui décrit la déchéance physique d’un père en termes durs et froids. Ce contraste met en lumière un renversement de situation : ce n’est plus le père qui prend en charge son enfant, mais l’inverse. L’image paternelle en prend un coup … De la maladie à la mort, l’émotion va crescendo : Camille Meynard a filmé la veillée funéraire de son grand-père, le père de son père, qu’il confronte à des vidéos d’enfance captées dans la même maison familiale.

2 images
Pattern au Théâtre Océan Nord Théodore Markovic

Changement de décor et d’ambiance. Les baguettes du batteur Will Guthrie vous annoncent la dernière partie de la soirée. Des gradins vous accueillent pour deux séquences théâtrales très contrastées. Les funérailles se suivent mais ne se ressemblent pas … Celles-ci réunissent sur un mode burlesque les quatre enfants (Céline Beigbeder, Ana Mossoux, Julien Rombaux, Emilienne Tempels) d’un patron d’abattoir qui ne sortira pas grandi des révélations du fils… C’est un moment de grâce qui vous attend au final : un vieil homme (magnifique Simon André) se souvient avec émotion de son enfance paysanne, des gestes quotidiens de ce père fermier dont il n’a pas suivi les traces mais qu’il admire. Après les ruptures, les démystifications, les désillusions, vient le moment de la sérénité, quand seuls les souvenirs les plus doux affleurent la mémoire.

Avec "Pattern", Emilie Maréchal et Camille Meynard nous offrent un premier spectacle inégal mais riche en contenu et audacieux par sa forme. En partant de leur expérience personnelle, ils parviennent à susciter la réflexion de tous, à travers des propositions multiples qui convoquent musique, vidéo, performance, théâtre.

EN PRATIQUE

"Pattern"

Une création d’Emilie Maréchal et Camille Meynard

Jeu : Simon André, Céline Beigbeder, Ana Mossoux, Julien Rombaux, Emilienne Tempels (comédiens) et Will Guthrie (musicien)

A voir au Théâtre Océan Nord jusqu’au 26 octobre