Les rencontres du théâtre Jeune Public à Huy

Bilan et coups de cœur

Trente-sept spectacles et une centaine de séances à l’affiche : pour la 33e année déjà, les compagnies Jeune Public, les programmateurs culturels et la presse spécialisée se sont retrouvés en bord de Meuse pour les Rencontres de Théâtre Jeune public.

Remisés jusqu’à l’année prochaine, gradins et banquettes. Bientôt les salles de gym vont renouer avec leurs fonctions premières, et les cours de récré retentir à nouveau de cris d’enfants et non plus de discussions passionnées d’après-spectacle (car paradoxalement, à l’exception de quelques jeunes en stage d’été, les séances sont vues principalement par des adultes). Après avoir vibré pendant une semaine au rythme des Rencontres, la ville de Huy a retrouvé son calme estival et ses touristes d’un jour.

Sous le regard d’Alda Greoli, ministre de la culture, venue soutenir, comme l’an dernier, le théâtre jeune public, les jurys (celui des Rencontres et celui de la Presse) ont décerné leurs prix. Pour les lauréats, une belle saison en principe s’annonce, mais il faudra convaincre les programmateurs, parfois un peu frileux, car c’est eux qui accueillent les classes au fil de l’année scolaire. Or une fois de plus, c’est l’originalité de la démarche, la pertinence du propos et les qualités artistiques qui ont été récompensées. Ce qui se joue à Huy chaque année ? La possibilité, pour tous les enfants, d’avoir accès à un théâtre de qualité, à la fois questionnement sur le monde, ouverture à l’imaginaire et à l’art, … et plaisir ! Et quel magnifique outil pédagogique !

3 images
"La Guerre des Buissons" © Ger Spendel

Faire comprendre à un enfant la question de la migration, mission impossible ? Pas pour le Théâtre des 4 mains qui propose dans "La guerre des buissons", de suivre les pas de Toda, une petite fille de 7 ans obligée de fuir son pays en guerre et de franchir la frontière qui la sépare d’une parente prête à l’accueillir. Un spectacle qui pose les bonnes questions, mais à hauteur d’enfant, à travers un subtil jeu de marionnettes et une belle scénographie inventive qui réenchante le traditionnel castelet.

On a pu le constater à Huy, cette année encore : les marionnettes n’ont rien perdu de leur pouvoir de séduction et ouvrent même, entre les mains habiles de la compagnie Alula, de passionnantes perspectives. Point de départ de ce "Bon débarras !" : un placard sous un escalier, qui a vu des générations d’enfants se succéder depuis le début du siècle dernier. Au fil d’une chronologie bousculée, nous voilà entraînés dans un passionnant voyage où l’on ressent à la fois le passage du temps et la permanence. Les modes de vie évoluent, mais les jeux, les émotions et les rêves se ressemblent.

Le théâtre d’objets continue aussi à creuser son chemin à Huy. C’est notamment une spécialité de la compagnie Arts et Couleurs qui débarquait cette année avec "Josette", une petite fille rêveuse, toujours perdue dans les nuages et moquée par tous jusqu’au jour où on lui découvre un problème d’audition. Une émouvante histoire d’exclusion et de résilience racontée avec des bouts de papier ou de carton, des pierres, quelques craies, et l’immense talent de Martine Godard.

3 images
"Chacun son rythme", Le Projet Cryotopsie © A.D.

Les ados n’étaient pas en reste et on leur avait concocté cette année des émotions fortes et des sujets sérieux… mais traités parfois avec humour comme cette " onférence" hilarante qui vous dit tout sur l’utilisation de l’AEJDG ou Appareil d’Echange Jouïstique et de Développement Génotype. Une création du Projet Cryotopsie qui pourrait remplacer à bon escient un cours traditionnel d’éducation sexuelle… Dans "Chacun son rythme", tout est passé en revue, mais sous forme métaphorique : les différentes positions, l’homosexualité, le respect de l’autre… Un regard décalé et tendre sur les relations amoureuses. Moment fort des Rencontres, "Frisko et Crème glacée", première création très remarquée de la compagnie Iceberg, sous-titrée Teenager Tragedy, aborde le thème du harcèlement et du viol. Une plongée intense dans le quotidien de cinq adolescents dont le destin va basculer, un soir de fête scolaire.

Bref, une édition riche et variée, tant par les formes que par les contenus. Les grandes thématiques d’aujourd’hui et de toujours étaient au rendez-vous, à travers marionnettes, danse, ombre, musique, objet… Une édition que n’a pu suivre Catherine Simon, grande dame du théâtre jeune public récemment décédée, mais qui correspondait à coup sûr à ses critères : "proximité, convivialité, émotion, urgence, sens".

 

Palmarès :

  • "Cartoon" d'Anton Lachky : prix de la Ministre de la Culture Alda Greoli (2500€).
  • "Cache-cache" du Théâtre de la Guimbarde : prix de la Ministre de l’Enfance Alda Greoli (2500 €).
  • "Frisko et Crème glacée, teenager tragedy" de la Cie Iceberg : prix de la Ministre de la Jeunesse Isabelle Simonis (2500 €) et coup de foudre de la presse.
  • "Bon débarras" de la Cie Alula : prix de la Ministre de l’Enseignement fondamental Marie-Martine Schyns (2500 €) et prix Kiwanis (1250 €).
  • "La course" du collectif La Tribu : prix de la Province de Liège (2000 €).
  • "Chacun son rythme" du Projet Cryotopsie : prix de la Ministre de l’Enseignement secondaire Marie-Martine Schyns (2500 €) et coup de coeur de la presse.
  • "Josette" d'Arts et Couleurs : prix de la Ville de Huy (1000 €) et coup de coeur de la presse.

Mentions : "Truelle Destin" d'Enchantier(s), "Echapperons-nous?" du Théâtre de Galafronie, "Jean Jean" de l’asbl Trou de ver et "La guerre des buissons" du Théâtre des 4 mains, également coup de cœur de la presse.