La compagnie "Les Filles du Nord" est de retour avec "Le Dernier casting" !

La compagnie "Les Filles du Nord" est de retour avec "Le Dernier casting" !
La compagnie "Les Filles du Nord" est de retour avec "Le Dernier casting" ! - © Les Filles du Nord

Après "Le Cirque des Femmes", la compagnie théâtrale bruxelloise est de retour avec un nouveau spectacle. Une pièce aux thématiques féminines et aux personnages hauts en couleur. Rencontre avec Ann Vadenplas, comédienne et auteure.

Pitch : Vendredi soir. Une journée éprouvante de casting vient de se terminer.

Louise, l’assistante de la célèbre et fantasque réalisatrice Anna Gold se prépare à quitter le bureau. Mais tout à coup, une certaine Cathy Breiard débarque et prétend avoir été contactée pour passer l’audition… Une rencontre improbable entre une réalisatrice de films à succès, son assistante et une actrice de boulevard. Trois femmes aux tempéraments très différents vont se retrouver le temps d’un casting, confrontées à leurs enjeux de vie les plus intimes. Et même si leurs blessures ont conditionné leur parcours, chacune essayera de tenir son rôle, de faire son cinéma, de ne pas montrer trop vite cette part d’humanité qui nous relie toutes et tous.

"Le Dernier Casting" est une comédie douce-amère teintée de chansons qui aborde le choc des personnalités, le masque social, la course à la célébrité, le jeu de pouvoir et la dichotomie entre l’art cinématographique et l’industrie du divertissement

Comment est née la compagnie "Les Filles du Nord" ?

Ann Vanderplats : "Avant de créer la compagnie, je faisais de la musique pop française. J’ai arrêté la musique de manière générale et enchaîné avec l’improvisation théâtrale. C’est ce qui m’a amenée au théâtre et à développer ma propre compagnie.

Avec Micheline Mordenfeld, Charlotte Devyver et Sophie Doyen, nous avons mis sur pied notre première pièce intitulée "Le Cirque des Femmes". Elle a eu un très grand succès puisque nous avons fait 75 dates, dont Avignon et une tournée en Wallonie ! J’ai pu introduire des chansons et donc réutiliser mon expérience de chanteuse et compositrice. C’est devenu la marque de fabrique de la compagnie et le public était très enthousiaste concernant les trois morceaux de la première pièce. C'est pourquoi nous avons choisi d’instaurer six chansons au deuxième spectacle.

Sophie Doyen et Charlotte Devyvyer n’ont pas participé au second projet (N.D.L.R. Le Dernier casting). La première pièce a duré trois ans et nous avons toutes appris des choses sur nous-mêmes, sur nos envies et nos inspirations. Charlotte souhaitait travailler dans l’univers jeune public et Sophie voulait prendre du temps pour voyager. Avec Micheline, nous souhaitions poursuivre rapidement l’affaire avec un second spectacle. Nous avons donc lancé ensemble l’écriture."

Dans la compagnie, vous êtes exclusivement des actrices. Pourquoi ce choix ?

Ann Vanderplats : "La formation de la compagnie s’est faite naturellement. Ce n’était pas voulu au départ d’être "entre filles". Notre metteur en scène est un homme. Alexis Van Stratum est très féministe dans l’âme et apprécie travailler avec les femmes.

Ensuite, nous avons débuté avec "Le Cirque des femmes", une première pièce avec pour thématique "les femmes". Je voulais poursuivre ce travail et je me suis rendu compte qu’il y avait encore beaucoup de choses à développer pour faire avancer la condition des femmes, et ce, à tout niveau !

De plus, cela s’est imposé à nous. Nous avons remarqué en évoluant dans le métier que rester entre nous, entre femmes, était plus facile pour porter ce message et partager notre sensibilité. Il y a beaucoup de femmes comédiennes mais peu de rôle pour elles. Il y a des types d’âge où c’est moins évident d’obtenir des rôles. Par exemple, entre 25 et 32 ans et au-delà de 55 ans, il y a beaucoup de rôles. Entre 35 et 50 ans, c’est plus difficile pour les femmes d’avoir des rôles intéressants et des premiers rôles.

On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même et avec cette compagnie, on se crée nos propres rôles !"

Vous êtes l’une des auteures de la seconde pièce "Le Dernier casting", comment s’est déroulée l’écriture ?

Ann Vanderplats : "La pièce s’est écrite à deux. Pour "Le Dernier casting", j’ai commencé l’écriture et passé le projet à Micheline qui a retravaillé son personnage. Elle y a inscrit plus de détails et nous avons instauré un système d’aller-retour. Thibaut Neve, comédien et auteur, nous a supervisées.

Par la suite, nous avons réalisé une semaine entière de plateau où nous avons testé l’écriture. Cela a permis de fignoler la pièce. Alexis Van Stratum, notre metteur en scène, a lui aussi apporté des changements lors de la mise en scène.

Le monde du casting c’est quelque chose de très particulier ! Par exemple, pour un entretien d’embauche, on peut se préparer car il y a des questions types. Le cadre des castings, ce n’est pas du tout évident. On ne sait pas ce que le réalisateur attend de nous et le physique joue beaucoup aussi. Je trouve ça très anxiogène...

J’ai eu envie de m’amuser à imaginer un casting complètement hors code, où une actrice n’avait pas du tout de chances car elle est hyper nature. Elle dit tout ce qui lui passe par la tête et provient du théâtre populaire. Je voulais un casting hors norme avec une héroïne hors norme ! Ce type de personnage permet des retournements de situations. Le casting va prendre une forme tout à fait surprenante. Pas comme un casting classique, cela va se prolonger !

Micheline s’est beaucoup inspirée de la réalisatrice belge Chantal Akerman et d’infos tirées de castings qui se sont passés pour que ce soit vraisemblable. Il y a des petites anecdotes mais bien évidemment, tout est pure fiction."

Avec votre compagnie, vous revendiquez une certaine "belgitude". Comment cela se traduit sur scène ?

Ann Vanderplats : "Quand nous parlons de "belgitude", nous associons ça à un type d’humour qui se traduit par le côté "décalé". Maintenant, vous me direz : "mais qu’est-ce que l’humour belge ?". Je trouve que dans chaque artiste belge, que ce soit Stromae, Poelvoorde, etc., il y a des points communs. Il y a un humour décalé mais aussi une manière d’être.

La pièce utilise des archétypes de la femme. Ces trois personnages, ce sont trois femmes aux caractères bien trempés. Elles ont toutes un côté irritant mais aussi attachant d’un certain point de vue. Au départ, le spectateur voit le personnage et se dit "quelle pétasse !". Et au fur et à mesure, il y a des retournements de situations, des révélations sur leurs intimités par le biais des chansons et on comprend pourquoi elles agissent ainsi. On est face à des personnages très contrastés et ça provoque des émotions chez le spectateur.”

Quel message souhaitez-vous transmettre au public avec "Le Dernier casting" ?

Ann Vanderplats : "La pièce possède beaucoup de messages. Le plus important selon moi c’est de ne pas juger quelqu’un au premier abord. Parfois, certains aspects d’une personnalité hors du commun peut être rafraîchissants. Dans le spectacle, il y a un côté "les derniers peuvent être les premiers".

Les trois personnages sont à des étapes de leurs vies où elles ne sont pas très bien dans leurs peaux. Et c’est la rencontre de d’autres personnes qui vont les amener à réfléchir.

Dans le monde du cinéma, on pose souvent des étiquettes sur les gens. On va vite comprendre que la réalisatrice est enfermée dans une boîte, dans un chemin dédié aux films à succès alors qu’elle aime réaliser les films d’auteurs... Le personnage de Cathy va poser un regard inattendu dans sa vie et donc l’aider à sortir de ses soucis et du chemin dans lequel elle est enfermée. C’est avec ce regard frais et nouveau qu’elle va pouvoir se réinventer."

Où retrouver la compagnie "Les Filles du Nord" ?

Du 4 au 8 février 2019 à la Clarencière (Ixelles) dans le cadre du off du festival Propulse 2019

Le 9 Février 2019 au Centre culturel Jacques Frank (Saint-Gilles)

Le 14 Février 2019 au Centre Culturel d’Uccle dans le cadre du Festival "La cerise sur le gâteau"

Pour plus d’infos, rendez-vous sur leur site web

 

Cet article a été écrit initialement pour le site VivreIci.be