"L'attentat" au Théâtre National Un passionnant voyage au cœur du conflit israélo-palestinien

"L’attentat" d’après le roman de Yasmina Khadra
2 images
"L’attentat" d’après le roman de Yasmina Khadra - © Hubert Amiel

CRITIQUE ***

Pour sa dernière création, Vincent Hennebicq s’inspire de "L’attentat" de Yasmina Khadra (2005). Une des œuvres de fiction les plus fortes jamais écrites sur la question israélo-palestinienne, qui part d’une problématique intime pour atteindre un questionnement politique universel.

Un attentat particulièrement odieux vient d’être commis dans un fast-food de Tel Aviv. Dix-neuf morts, principalement des enfants qui fêtaient un anniversaire. Amine est appelé aux urgences. Corps déchiquetés. Opérations à la chaîne. Ce chirurgien israélien d’origine palestinienne découvre à la morgue que la kamikaze qui s’est fait sauter est son épouse Sihem. Pourquoi cette femme passionnément aimée en est-elle arrivée à un acte aussi extrême ? Par quel aveuglement a-t-il pu vivre à ses côtés sans rien soupçonner de son combat? Comment comprendre ce geste de mort, lui qui sauve des vies ? N’avaient-ils pas projeté d’avoir un enfant ? Une dernière lettre écrite par Sihem lui donnera la clef : " aucun enfant n’est tout à fait à l’abri s’il n’a pas de patrie ".

Vincent Hennebicq met en lumière les temps forts de cette première partie du roman. Fidèle à ses choix esthétiques, il accorde une place essentielle à la musique. Le pianiste Fabian Fiorini et ses trois musiciens occupent le plateau en permanence et portent littéralement le spectacle. La belle voix de Julie Calbete ponctue parfois le récit, vibrante d’émotion. Habitué des scènes de théâtre, Fiorini compose une partition puissante entre jazz et sonorités orientales, explorant parfois la marge des instruments (cordes pincées du piano ou de la contrebasse). Mais la musique vient aussi d’ailleurs : le metteur en scène a choisi, pour incarner Amine, un acteur d’origine palestinienne, Atta Nasser. Et c’est dans sa langue maternelle que celui-ci nous fait vivre intensément le cheminement de son personnage. Vous serez touchés par la mélodie des sonorités arabes, tout en disposant de surtitres en français.

Amine décide, pour comprendre le geste de sa femme, de suivre sa trace jusqu’à Jenine, là où tout a commencé. Dans cette seconde partie, Vincent Hennebicq prend ses distances et entreprend une quête/enquête personnelle : lui-même s’est embarqué pour la Palestine, accompagné du comédien et du cinéaste Jean-François Ravagnan. Un road movie jalonné de rencontres et d’interviews avec des personnes de différentes origines et confessions : peut-on comprendre l’acte de Sihem, quel message délivrer à Amine … ? L’écran, présent tout au long du spectacle, joue ici en particulier un rôle essentiel : paysages traversés, gros plans sur les visages, à la recherche d’une vérité … La fiction cède la place au documentaire. En fin de parcours, témoignages et fiction se rejoindront pour nous mener au cœur du conflit et nous faire découvrir la triste réalité des territoires occupés : le mur, les check points, les tanks en réponse aux jets de pierre, les maisons détruites, l’humiliation … " On apprend véritablement  à haïr à partir de l’instant où l’on prend conscience de son impuissance " dira un résistant palestinien. Amine n’est-il pas un traître qui a choisi le confort d’une belle situation en oubliant les siens ? Et dans ce contexte précis, ne peut-on comprendre l’acte terroriste sans pour autant l’accepter ?

En prenant clairement parti pour la cause palestinienne, Vincent Hennebicq interroge aussi notre relation à l’engagement : peut-on vivre dans sa bulle sans se préoccuper des réalités du monde ? Ce spectacle, à la fois très beau et gorgé de sens, est la magnifique réponse d’un artiste.

En pratique :

"L’attentat" d’après le roman de Yasmina Khadra

Texte et mise en scène : Vincent Hennebicq

Avec : Atta Nasser dans le rôle d’Amine

Musiciens : Fabian Fiorini, Julie Calbete, Laurent Blondiau, Célestin Massot, Marine Horbaczewski

A voir au Théâtre National jusqu’au 17 octobre

L'interview du metteur en scène sur le site du Théâtre National