Huy, c'est fini …

Rencontres du Théâtre Jeune Public 2018 : bilan et coups de cœur.

La cité mosane vient d’abriter pendant une semaine les traditionnelles rencontres Théâtre Jeune public de la Communauté Française, destinées principalement aux programmateurs et aux enseignants venus "faire leur marché" pour les saisons à venir.

Cette 34e édition ne présentait pas moins de 42 spectacles, un record ! Et si le théâtre jeune public se porte bien chez nous, il s’exporte aussi chez nos voisins français venus en nombre à Huy, séduits par le talent de nos artistes. Si tous les spectacles n’ont pas tenu leurs promesses, la récolte est, cette année encore, riches en créations originales, fortes et parfois gorgées d’humour. Pour tous les âges, tous les goûts et toutes les sensibilités. Autre preuve de bonne santé : plusieurs nouvelles compagnies apparaissent pour la première fois aux Rencontres, et ce ne sont pas les moins remarquées.

Ce qui se joue à Huy chaque année ? La possibilité, pour tous les enfants, d’avoir accès à un théâtre de qualité, à la fois questionnement sur le monde, ouverture à l’imaginaire et à l’art, … et plaisir ! Le théâtre : un magnifique outil pédagogique, mais aussi un fertile terrain de rencontre entre adultes et enfants.

Un spectacle coup de poing a réuni à la fois les suffrages du jury des Rencontres et ceux de la presse : "#Vu" de la compagnie Arts Nomades. A travers l’histoire d’une adolescente, une plongée dans la boue des réseaux sociaux et des intimités volées. Lisa "est pas vraiment belle", "personne ne la regarde". Et puis un beau jour, elle tombe amoureuse et, confiante, envoie un sexto à son petit ami. Mais très vite, la photo fait le tour de l’école, du quartier … La comédienne Julie Carroll scande, crie, chuchote le beau texte d'Andreas Christou (la version néerlandophone étant signée par l’auteur flamand Mattias Depaepe), mélange de poésie narrative et de slam, avec une force impressionnante. A ses côtés l’excellent  musicien Vincent Cuignet se partage entre batterie et marimba pour accompagner subtilement les pulsations du récit. Child Focus ne s’est pas trompé en parrainant ce percutant spectacle d’utilité publique.Autre fléau des écoles d’aujourd’hui : les tueries qui fauchent d’un seul coup des vies en devenir. "2h14", c’est le titre du spectacle de la compagnie La P’tite Canaille, présente pour la première fois à Huy. Quatre jeunes racontent leurs malaises, leurs frustrations, leurs rêves, jusqu’au moment dramatique …Un regard aigu et ému sur l’adolescence, avec en même temps une distance pince-sans-rire due notamment à l’utilisation de marionnettes à taille humaine, façonnées et manipulées avec art.

Bien loin des cours de récré, c’est en Syrie que nous emmène Philippe Léonard (Foule Théâtre) pour une odyssée intime qui parle de guerre et de résistance : "Daraya". Point de départ : "Les passeurs de livres de Daraya", un ouvrage de Delphine Minoui. De 2012 à 2016, la banlieue rebelle de Daraya subit les bombardements acharnés de Bachar al-Assad. Face à cette violence, une quarantaine de jeunes syriens fait le pari insolite d’exhumer des milliers d’ouvrages ensevelis sous les ruines pour les rassembler dans une bibliothèque clandestine. A ce récit véridique dont il nous lit quelques passages, le comédien mêle les souvenirs personnels d’un voyage en Syrie, sac à dos, quand le pays était en paix et ses habitants des hôtes accueillants. Une belle ode, toute en sobriété, à la liberté, à la tolérance et au pouvoir de la littérature.

La littérature était bien présente à Huy, notamment sous la forme de deux classiques inscrits au programme scolaire, et revisités à Huy avec une délicieuse fantaisie et une inventivité sans limites. Les plus jeunes dégusteront "L’Odyssée" à la sauce punk mitonnée par la compagnie Dérivation qui avait déjà détourné, pour notre plus grand plaisir, "La princesse au petit pois" d’Andersen. Plus de princes ni de rois ici, mais des cyclopes et des sirènes … qui dit mieux ? Jonglant avec les métamorphoses, le trio explosif d’acteurs insuffle au récit d’Homère un humour acide, et on est prêt à parier qu’Ulysse ira rejoindre Spiderman au  club des héros chers à nos chères têtes blondes.

L’aventure est parfois au coin de la rue … il suffit d’aller à Paris ! C’est ce que nous conte la compagnie Debout sur la Chaise avec "Zazie" (de 12 à 18 ans), adapté du roman de Raymond Queneau. Zazie, petite provinciale de 12 ans, va découvrir la capitale en compagnie de son tonton Gabriel, le temps d’un week-end. Elle rêve de prendre le métro, mais la grève l’obligera à voyager autrement, à découvrir d’autres visages : Marceline la travestie, Gabriel "l’hormosessuel", ou encore Trouscaillon aux multiples facettes… La metteuse en scène Shérine Seyad et ses comédiens traduisent brillamment sur le plateau le désordre et la fantaisie du roman : chaussures à roulettes, chorégraphies pop, métamorphoses fulgurantes, jeux de langage … La modernité de Queneau apparaît aussi dans ce questionnement permanent sur l’identité et la sexualité (les personnages et les genres se modifient sans cesse). Un voyage initiatique très réussi et qui parlera aux ados.

Pour les petits (dès 5 ans), l’aventure c’est notamment la découverte des mots, des phrases, et des sons qui vont avec. Dans "Il est où le A du zébu ?", la compagnie Fast asbl nous mène à travers les surprises et les drôleries de la langue. Un spectacle ludique et plein d’humour qui n’aurait pas déplu à Raymond Queneau. Et à la fin de ce festival marathon, on avait presque envie de conclure comme Zazie : " J’ai vieilli "

PALMARES :

"#Vu " de la compagnie Arts Nomades : prix de la Ville de Huy (1000 €) et coup de foudre de la presse.

" Blizzard " de Une Tribu Collectif : prix de la Ministre de la Culture Alda Greoli (2500€).

"Slap’S Tic " de la compagnie Skat : prix de la Ministre de l’Enfance Alda Greoli (2500 €).

"2h14 " de la compagnie La P’tite Canaille: prix de la Ministre de la Jeunesse Isabelle Simonis (2500 €) et Prix Kiwanis.

"Grou !" de la compagnie Renards : prix de la Ministre de l’Enseignement fondamental Marie-Martine Schyns (2500 €).

"Zazie " de la compagnie Debout sur la chaise : prix de la Province de Liège (2000 €).

"La femme à barbe " du Théâtre des chardons : prix de la Ministre de l’Enseignement secondaire Marie-Martine Schyns (2500 €).

Mentions: " 10.10 " de la compagnie Nyash et " Humanimal " de la compagnie 3637

Prix de la presse :

Coup de foudre : " #Vu " de la compagnie Arts Nomades

Coups de cœur : " L’Odyssée " de la compagnie Dérivations, " Daraya " de Foule Théâtre et " La question du devoir " du Théâtre des Zygomars.