Chris Dercon, le directeur belge contesté de la Volksbühne de Berlin, jette l'éponge

Chris Dercon, le directeur belge contesté de la Volksbühne de Berlin, jette l'éponge
Chris Dercon, le directeur belge contesté de la Volksbühne de Berlin, jette l'éponge - © JENS KALAENE - AFP

Le directeur contesté de la Volksbühne, le Belge Chris Dercon, quitte "avec effet immédiat" la mythique scène de théâtre de Berlin, après moins d'un an à sa tête, a annoncé la Ville vendredi.

Les autorités culturelles berlinoises, qui subventionnent ce théâtre connu dans le monde entier, et le Flamand venu des arts plastiques estiment que "le projet de Chris Dercon n'a pas eu la réception espérée". "La Volksbühne a besoin d'un nouveau départ immédiatement", selon le communiqué. Klaus Dörr, l'un des responsables de la Voksbühne, va devenir intendant du théâtre en attendant qu'un successeur soit trouvé.

Dès l'annonce de sa nomination au printemps 2015, Chris Dercon, ancien directeur du musée londonien Tate Modern, avait été la cible de vives critiques notamment parce qu'il n'était pas metteur en scène. Venu du monde de l'art, Chris Dercon avait ensuite succédé à l'été 2017 dans la douleur à Frank Castorf, resté 25 années à la tête de la Volksbühne, et qui, avec son style avant-gardiste, a marqué cette scène de l'ancien Berlin-Est de tout son poids.

Chargé des questions culturelles au Sénat de Berlin, Klaus Lederer a jugé "inacceptables les attaques personnelles et les outrages" proférés à l'encontre de M. Dercon. En septembre, la Volksbühne avait été occupée pendant plusieurs jours par des protestataires qui dénonçaient le risque de dérive commerciale du théâtre sous sa nouvelle direction. Les protestataires avaient été évacués au bout de quelques jours par la police.

Avec ses mises en scène originales, M. Castorf avait reconstruit cette scène théâtrale après la chute du Mur de Berlin avant de lui donner une renommée internationale. Frank Castorf, considéré comme "l'enfant terrible" du théâtre européen, a notamment adapté les grands auteurs russes comme Tolstoï ou Dostoïevski en revisitant leurs écrits. La Volksbühne fut dès les années 20 considérée comme un lieu d'expérimentation. Le bâtiment d'architecture stalinienne fut reconstruit après-guerre en récupérant notamment des marbres de la chancellerie d'Adolf Hitler.