"Celle que vous croyez" au Rideau de Bruxelles : Valérie Bauchau au sommet dans une habile adaptation du roman de Camille Laurens

CRITIQUE ***

Autrice majeure, Camille Laurens a publié une dizaine de romans et quelques essais. Passionnée par la langue, elle est aussi professeur de lettres et chroniqueuse (au journal Le Monde). Son dernier roman, "Celle que vous croyez", paru chez Gallimard en 2016, s’inscrit dans ce registre de l’autofiction qu’elle pratique en virtuose.

pour lire un extrait du roman de Camille Laurens

Les comédiens occupent déjà le plateau. Ils discutent vivement, affairés autour d’une table. Valérie Bauchau relit nerveusement, comme pour le fixer dans sa mémoire, un texte qui évoque le sort peu enviable des femmes dans le monde, et en particulier l’invisibilité qui guette les quinquagénaires, périmées aux yeux de la société. Tout indique que nous allons assister à la répétition d’un spectacle et que Jessica Gazon, la metteuse en scène, y interprétera donc son propre rôle. Ce jeu en abyme ajoute une nouvelle complexité au roman de Camille Laurens … qui n’en manque pas ! Jugez plutôt …

Claire Millecam, maître de conférences, divorcée, au seuil de la cinquantaine, doute de son pouvoir de séduction et de la fidélité de son amant. Pour pouvoir surveiller celui-ci, elle se crée un faux profil Facebook : Claire Antunés, jolie brune célibataire de 24 ans. Mais rien ne se passe comme prévu … Ce subterfuge l’amènera à séduire virtuellement Chris, jeune homme qui a la moitié de son âge. Le marivaudage des débuts se transforme, au fil des messages et des coups de téléphone, en histoire d’amour passionnée. Mais Claire Millecam est-elle encore elle-même dans ce jeu de double, de manipulation réciproque ? Ne faudra-t-il pas un jour faire tomber les masques? Et comment réagira Chris ? C’est en clinique psychiatrique qu’elle se retrouvera finalement, perdue entre réel et imaginaire. Nous entendrons aussi son médecin : il a découvert un bref roman rédigé par sa patiente au cours d’un atelier d’écriture - mais peut-être écrit  par deux mains différentes - . Plus loin, Camille Laurens, l’autrice elle-même, confie à son éditeur, dans un brouillon de lettre, que l’aventure de Claire est la sienne…

2 images
"Celle que vous croyez" au Rideau de Bruxelles © Alice Piemme / AML

Jessica Gazon a choisi d’adapter fidèlement le vertigineux thriller romanesque de Camille Laurens : à chaque étape de ce brillant travail de déconstruction, un nouveau point de vue, un nouvel éclairage vient troubler le lecteur et remettre en cause ses certitudes. A son tour, elle réussit à nous entraîner à travers ce labyrinthe, ce palais des glaces où se mêlent le réel et le virtuel, le vrai et le faux, même si quelques longueurs auraient pu être évitées. Au procédé du théâtre dans le théâtre (en écho au roman dans le roman de l’original), elle ajoute une autre couche à ce mille-feuille narratif : le cinéma. Un court-métrage d’une vingtaine de minutes donne corps aux fantasmes de Claire, quand elle imagine, dans son roman, ce qu’aurait pu être sa relation avec Chris si elle avait osé révéler son vrai visage. Nous voilà soudain projetés dans une autre dimension, voyeurs de la vie commune et des ébats amoureux du couple virtuel. L’idée est intéressante, même si les images, parfois trop convenues, ne coïncident pas toujours avec la subtile écriture de Camille Laurens.

L’atout majeur du spectacle est Valérie Bauchau, magnifique de bout en bout dans ce personnage de femme caméléon si touchante dans sa peur de ne plus être désirée, d’être abandonnée. Et si ambiguë par sa relation au réel, sa décision de mentir et de manipuler un inconnu, tout en sachant que le piège risque de se refermer sur elle. D’un geste brusque, elle défait son chignon. Sans maquillage, regard vide, tics incontrôlés … la comédienne est la Claire bouleversante de la clinique psychiatrique. Plus loin la voilà transformée, elle est redevenue la pimpante quinqua, prête à tout pour satisfaire son désir. En même temps qu’elle émeut ou séduit, Valérie Bauchau parvient aussi à garder, en intelligence avec l’univers de Camille Laurens, une parfaite maîtrise de ses différentes métamorphoses et cette distance, souvent proche de l’humour, qui caractérise ses héroïnes.

A travers elle et ses talentueux comparses, tous les thèmes de l’œuvre originale sont mis en lumière : l’amour et le désir au féminin, et donc aussi l’angoisse de vieillir dans une société patriarcale au jeunisme triomphant, la vérité et le mensonge, les réseaux sociaux comme "machines à fiction"… Addictifs, ils sont à la fois "le radeau et le naufrage" … Mais aux yeux de Claire/Camille Laurens, la plus forte addiction n’est-elle pas l’écriture, celle qui sauve et ose tous les mensonges ?  

La seule façon de se sortir d’une histoire personnelle, c’est de l’écrire 

(Marguerite Duras)

En pratique

Celle que vous croyez " d’après le roman de Camille Laurens

Mise en scène, adaptation et coréalisation vidéo : Jessica Gazon

Avec : Valérie Bauchau, Gaëtan D’Agostino, Jessica Gazon, Quentin Marteau et Benjamin Ramon

A voir au Rideau de Bruxelles jusqu’au 1er février