Avignon Off:Un duel entre un policier et un candidat au djihad

Avignon Off:Un duel entre un policier et un candidat au djihad
Avignon Off:Un duel entre un policier et un candidat au djihad - © DR

 "La Route du Levant", un huis clos saisissant, oppressant et interpellant. Approcher la radicalisation religieuse violente.Une pièce mise en scène par Jean-Michel Van den Eeyden (directeur aussi du théâtre de l'Ancre). Un texte de Dominique Ziegler. Une interprétation juste et déroutante de Jean-Pierre Baudson et Grégory Carnoli. A l'Eldoradôme à Avignon.

Deux hommes dans un commissariat, l'un est policier, roublard, habile, expérimenté et usé. L'autre est jeune, soupçonné de vouloir rejoindre un groupe terroriste, convaincu. L'un défend une vision d'une société où il a pu trouver sa place, pétri de certitudes. L'autre enrage contre ce monde de désillusions. Il se sent abandonné. Il arrive aussi qu'il joue, qu'il mente sans vergogne. Il argumente au métronome, sa mauvaise foi intellectuelle est criante, ses arguments empruntés aux pires théories complotistes. Faut-il que ce jeune homme-là oublie l'idéologie de haine, de violence, de croyance de Daesh, pour asséner des vérités alambiquées? Comment peut-il y croire?  Comment aussi ne pas être touché par son errance?

Ces deux êtres se confrontent, s'affrontent, se déchirent sur fond de conceptions opposées, inconciliables. Ils hurlent leurs oppositions, ils sont inaudibles l'un pour l'autre. Tous ces débats dont nous avons l'habitude maintenant, sont là, devant nous , en théâtre.  Nous voilà alors plongés dans une lutte intérieure, nos idées ancrées se bousculent, nos certitudes se fissurent. Fuir à tout prix les lieux communs du sécuritaire.

Nos convictions sont ébranlées, grignotées petit à petit

La pièce nous plonge au cœur d'un face à face, comme si nous étions intégrés dans cette salle de commissariat. On entend le souffle avant les répliques, on ressent la tension monter. Au bout, nous voilà avec toutes nos questions. Le théâtre donne à voir ici des pourquoi, des comment mais ne livre pas de réponses. Le texte de Dominique Ziegler et la mise en scène de Jean-Michel Van den Eeyde nous font avancer par le questionnement sans jamais donner clé sur porte un prêt à penser. Les nuances viennent par les longues minutes d'intrusion dans ce huis-clos. Tantôt on comprend le jeune Lombardo, tantôt le discours républicain du policier nous rassure, son "tout à la sanction" nous effraye aussi. On passe de l'adhésion au rejet, de la compréhension à l'étonnement, de l'attachement aux doutes profonds. La "Route du Levant" n'a pas encore été jouée en France, c'est une première. Nous voilà happés pour une heure trente dans le commissariat d'une banlieue . Ce théâtre du réel nous oblige presque ,à l'issue, à assister au débat pour rassembler toutes les pièces éparses d'un puzzle, celui aussi d'une société , la nôtre, fragmentée, atomisée.

L'interview de Jean-Michel Van den Eeyde

La route du Levant. Texte: Dominique Ziegler. Mise en scène Jean-Michel Van den Eeyde. Avec Jean-Pierre Baudson et Grégory Carnoli. A voir au Théâtre National en janvier 2018.