Deux créations mondiales à "La Monnaie" à Bruxelles

Pour la rentrée de sa saison 2019-2020, « La Monnaie » propose deux créations mondiales : les opéras « Le Silence des ombres », de Benjamin Attahir et « Macbeth Underworld », de Pascal Dusapin.
Pour la rentrée de sa saison 2019-2020, « La Monnaie » propose deux créations mondiales : les opéras « Le Silence des ombres », de Benjamin Attahir et « Macbeth Underworld », de Pascal Dusapin. - © BRUNO FAHY - BELGA

Pour la rentrée de sa saison 2019-2020, « La Monnaie », à Bruxelles, propose deux créations mondiales, les opéras « Le Silence des ombres » et « Macbeth Underworld », qui sont l'œuvre de deux compositeurs français : respectivement Benjamin Attahir et Pascal Dusapin.

"Le Silence des ombres", une adaptation de Maeterlinck

« Le Silence des ombres » de Benjamin Attahir est, en fait, une adaptation pour l'opéra des « Trois petits drames pour marionnettes », publiés en 1894 par Maurice Maeterlinck, le seul auteur belge à avoir obtenu le Prix Nobel de Littérature (1911), qui est aussi une grande figure du Symbolisme en Belgique.

Les représentations, qui auront lieu au KVS (Koninklijke Vlaamse Schouwburg) à 20h les 25 et 27 septembre et les 2 et 4 octobre, ou à 15h les 29 septembre et 6 octobre, permettront notamment à de jeunes chanteurs soutenus par le Réseau européen des Académies d'Opéra (REAO), ainsi qu'à une équipe de créateurs débutants de l'École nationale des Arts visuels de « La Cambre » à Bruxelles, d'exprimer leur talent.

L'Orchestre de Chambre de La Monnaie sera placée sous la direction musicale du compositeur, tandis que la mise en scène a été confiée à Olivier Lexa, le directeur artistique (français) du Centre Vénitien pour la Musique Baroque, qui dispose également d'une solide formation musicale.

Écrits en 1894, immédiatement après « Pelléas et Mélisande » (1892), considéré comme son chef-d'œuvre, et dont le livret avait amené Claude Debussy à créer son opéra éponyme en cinq actes, les trois petits drames - « La mort de Tintagiles », « Intérieur », et « Alladine et Palomides » sont de la même veine. Leur message concentré convient tout particulièrement à l'opéra.

"Macbeth Underworld", un opéra gothique

Par ailleurs, à « La Monnaie » même, est programmé « Macbeth Underworld » de Pascal Dusapin qui, avec la complicité de son librettiste Frédéric Boyer, plonge les spectateurs dans les régions les plus sombres de l'âme humaine, par le biais du couple maudit « Macbeth » et d'un opéra gothique, qui contraint ce même couple à revivre ses tragédies et ses lugubres souvenirs.

La mise en scène a été confiée à Thomas Jolly, spécialiste français du répertoire shakespearien, et la direction de l'Orchestre symphonique et du Chœur des Femmes de « La Monnaie », à Alain Altinoglu, un chef d'orchestre français d'origine arménienne.

Les représentations auront lieu les 20, 24 et 26 septembre, ainsi que les 1er, 3 et 5 octobre à 20h et les 22 et 29 septembre à 15h.

« La Monnaie » est située au cœur de Bruxelles, non loin de la Grand-Place ; le KVS, au quai aux Pierres de Tailles, 7, à Bruxelles également.

Pour plus d'informations, consultez le site de La Monnaie et celui du KVS.