Une vingtaine de spectacles, dont trois créations, au 58e Festival Théâtre de Spa

Une vingtaine de spectacles, dont trois créations au 58e Festival Théâtre de Spa
Une vingtaine de spectacles, dont trois créations au 58e Festival Théâtre de Spa - © www.festivaldespa.be/

La 58e édition du Festival Théâtre de Spa propose du 11 au 21 août, dans huit lieux différents parmi lesquels le chapiteau des Baladins du Miroir, 26 spectacles pour un total de 55 représentations. Parmi ces 26 spectacles, 17 ont été écrits par des auteurs belges et trois sont des créations.

Axel De Booserée, co-directeur du Festival, qui prendra seul les rênes de l'événement en octobre prochain, a apporté à cette programmation une touche singulière avec des spectacles plus visuels et d'autres où la langue n'est pas au centre de la représentation. "Il y aura un mélange de théâtre / musique ou de théâtre / vidéo mais également du théâtre objet ou avec bruitage", précise-t-il.

Le nouveau directeur restera sensible aux classiques traités avec une vision plus contemporaine, plus dynamique, telle que celle proposée cette année par le Théâtre de la Chute, qui reprend "On ne badine pas avec l'amour" de Musset. "Bouvard et Péruchet" de Gustave Flaubert et "L'affaire de la rue Lourcine" d'Eugène Labiche, tous deux programmés dans le cadre de l'accueil français, offriront au public spadois cette touche classique tant appréciée.

Les spectateurs pourront également découvrir "Jours Radieux" (11, 12 et 13 août), "Caméléon" (11 et 12) ainsi que "La Solitude du Mammouth" (20 et 21), les trois créations du festival. Plusieurs pièces aborderont la montée des extrêmes, un thème qui a imprégné les artistes. La solitude, l'euthanasie, la vie en maison de repos ou encore la mort sont autant de thèmes évoqués lors de cette 58e édition, qui fera aussi preuve de légèreté avec "Baetle Juice" (18 et 19 août), le "Chachacha du chef de gare" (16 et 17) ou encore "Ripaille" (15 et 16).

Les Baladins du Miroir, qui posent leur chapiteau au centre de Spa, proposera trois représentations du "Roi nu", inspiré de quatre contes d'Andersen et mis en scène de façon très contemporaine et décalée.