THEATRE. Biennale de Venise 2015. C. Marthaler Lion d'Or. Fabrice Murgia et Jan Lauwers, Lion d'Or et Argent 2014, invités.

Christophe Marthaler Lion d'Or 2015
Christophe Marthaler Lion d'Or 2015 - © Andrea Avezzu Biennale teatro Venecia DR

La «Biennale de théâtre», plus discrète, que la Mostra ou la fête des arts plastiques, a récompensé cette année le Suisse Christoph Marthaler (Lion d’Or) et de jeunes Espagnols. Quant aux lauréats 2014, les Belges Jan Lauwers et Fabrice Murgia ils sont invités d’honneur.

La "Biennale de Venise" c’est d’abord la grande expo d’art contemporain.de mai jusqu’au 22 novembre. Les "Lion dOr" et d’Argent font penser à la Mostra…annuelle de cinéma…en septembre. Entre les deux il y a une discrète mais très utile Biennale de théâtre.

Un Lion d’Or Musicien et humoriste

C’est une tout grand Monsieur du théâtre contemporain, le Suisse Christoph Marthaler, qui reçoit le Lion d’Or, cette année, pour l’ensemble de son œuvre. Découvert, en Belgique, par Frye Leysen pour son premier KFDA (Kunstenfestival des ARTS) en 1994 avec son célèbre Murx den Europäer, pamphlet rageur, musical…et drôle contre l’Europe de l’Ouest. il n’a cessé de faire des apparitions au KFDA avec notamment une inoubliable Schöne Mühlerin de Schubert en 2003. Ou encore à Avignon sous la direction de Vincent Baudriller… qui l’a au moins programmé trois fois. Et qui depuis qu’il dirige le théâtre Vidy-Lausanne a coproduit Das Weisse vom Ei (Une île flottante), d’après Eugène Labiche, présenté ici à Venise et basé sur le rapport de forces entre 2 familles de petite ou moyenne bourgeoisie. Marthaler transforme le vaudeville en pièce totalement burlesque, d’un comique grinçant où la musique et la chorégraphie des corps ont au moins autant d’importance que le texte. Avec des comédiens français métamorphosés, jouant avec leur corps et plus leur sacro-sainte élocution parfaite. Sans compter la scéno belle et décadente d’Anna Viebrock, qui "colle" littéralement à la personnalité de chaque personnage. "Délicieux! Un beau Lion pour le génial Marthaler !

Un Lion d’argent espagnol, collectif, expérimental, accueilli à la Fabrique de théâtre de la Bouverie !

Je ne connais pas le groupe espagnol émergeant qui a remporté le Lion d’Argent, et leur spectacle n’est visible ici que le samedi 8, en clôture. Mais la ville de Barcelone produit apparemment de petits génies. J’avais fort apprécié au KFDA ce printemps la troupe "Conde de Montefiel". Le collectif "Agrupacion Señor Serrano" est spécialisé dans la vidéo de création, comme F. Murgia. Dans A house in Asia ils mettent en scène l’assassinat de Ben Laden de trois points de vue différents dans sa fameuse maison pakistanaise.

Et dire que ce spectacle était visible en Belgique pendant 8 jours en mars puisqu’un des coproducteurs est une de nos institutions historiques la Fabrique du Théâtre de La Bouverie en Hainaut. Birdie le prochain spectacle de la Agrupacion Señor Serrano sera en résidence à la Fabrique de théâtre en 2016. Merci de prévenir la presse …et le public de ce genre d’événements !

Un Lion d’agent 2014 toujours présent : Fabrice Murgia

Nous reviendrons, dans un article séparé, sur Fabrice Murgia, distingué en 2014 comme Lion d’argent de l’émergence alors que Jan Lauwers obtenait l’Or pour l’ensemble de sa carrière. Les deux Belges sont invités à présenter leur dernière œuvre, Lauwers The blind poet, présenté cette année au KFDA à Bruxelles. Et Murgia Notre peur de n’être, créé l’an dernier à Avignon et repris cette saison au National. Un extrait de cet interview qui parle aussi des ambitions de Fabrice comme cinéaste et directeur du National.

" Ce Lion d’Argent consacré à l’"émergence" renforce et stabilise mon projet. Il lui donne une grande visibilité sur le plan international et pour ma compagnie Artara, c’est une "pierre blanche" sur notre parcours, toujours bonne pour le moral ! Ce "label" me place en position de force par rapport aux programmateurs internationaux qui sont nombreux ici ce qui me permet de diffuser mes spectacles dans le monde entier, plus qu’à Avignon, consacré à la sphère francophone."

Le charme discret de la Biennale Théâtre

eL’actuel directeur artistique de la Biennale l’Espagnol Alex Rigola qui raffole de la jeune création et de l’usage innovant de la vidéo au théâtre a réussi une jolie opération : unir le festival biennal avec une sorte d’"école des maîtres" annuelle pour jeunes acteurs : ils sont plus de 350, triés sur le volet…européen et mondial à bénéficier pendant 10 jours des conseils de maîtres, le top du top européen, Marthaler, Ostermeier, Lluis Pasqual, Korsunovas, Castellucci, Falk Richter, Milo Rau, Jan Lauwers, et des jeunes émergents Lion d’argent, ,Murgia et Señor Serrano. Sans compter qu’ils peuvent assister chaque soir à un des meilleurs spectacles de ces maîtres. En 10 jours pouvoir savourer Une île flottante de Marthaler, le Mariage de Maria Braun, m.e.s d’Ostermeier ou le Hamlet du Lithuanien Korsunovas, entre autres, quel bonheur ! La perspective n’est pas du tout avignonnaise : une seule représentation essentiellement pour les jeunes acteurs et pas le grand public et des chefs d’œuvres confirmés, pas des premières. Il n’empêche: concentrer en quelques jours des maîtres confirmés et de futurs maîtres, on ne va pas bouder son plaisir !

Christian Jade (RTBF.be)