Takao Kawaguchi - About Kazuo Ohno - Qu'est-ce qui trouble plus qu'une copie ?

Takao Kawaguchi about Kazuo Ohno
4 images
Takao Kawaguchi about Kazuo Ohno - © Maria Baoli

Retours sur About Kazuo Ohno de Takao Kawaguchi, une des œuvres majeures du Kunstenfestivaldesarts édition 2016. Suivez le fil rouge.

C’est assez étrangement par la voie de la performance (aussi sienne) que l’artiste japonais Takao Kawaguchi amène le spectateur vers l’œuvre du danseur et chorégraphe Japonais Kazuo Ōno - un des maîtres du butō, la danse du corps obscur. Doué d’une énergie intense, Takao Kawaguchi se livre à une multitude d’actions dans le hall du Palais Dynastie. Le ici et maintenant est grand ouvert, le danseur cherche partout des articulations corps-objet-musique avant de conduire le spectateur surpris au sanctuaire et que quelque chose bascule.

Pourquoi la pièce About Kazuo Ohno plus qu’une autre, nous rend-t-elle transis ? Dans un univers volontiers spectral, au cœur des extraits iconiques de l’œuvre de Kazuo Ōno, The Portrait of Mr O, film réalisé par Chiaki Nagano (1969) ; La Argentina Sho - Admiring La Argentina (1977, Tokyo) ; My Mother (1981, Tokyo) et The Dead Sea : Viennese Waltz and the Ghosts (1985, Geneva), se tient le corps, celui de Takao Kawaguchi.

About Kazuo Ohno est un effet évanescent, un cataclysme émotionnel, une forme onirique qui détache Takao Kawaguchi de son corps propre sous l’effet d’une métamorphose. Le performeur trouble les frontières, difficile de savoir où s’arrête la copie et où commence la création originale. Et c’est sans doute là que réside la grandeur de la pièce About Kazuo Ohno, c’est précisément de ne pas convoquer la copie comme un simple cachet mais au contraire comme une présence dotée de nouvelles vibrations qui irradie le corps.

Ici, le corps de Takao Kawaguchi est monstrueux, c’est la mise en jeu d’un corps plein, de ferveur et de fictions. C’est presqu’une chimère. Il déjoue les limites spatio-temporelles, dévisage le corps de Kazuo Ōno, capable d’inventer des formes d’une lancinante radicalité. Il recrée les mouvements précis de la danse du corps obscur visionnés en boucle, de la tension au relâchement, de la lumière à la noirceur et du féminin au masculin. Autant de différentiels qui transfigurent le corps et rendent cotonneux ce qui l’entoure.

C’est souvent au détour d’un geste, dans la saisie d’un détail, entre ce qui point et ce qui s’éteint à la fois, que nous percevons les échappées irradiantes, propres à Takao Kawaguchi,. Est-ce à son insu ? Est-ce une sublimation ? C’est presque un mystère. L’émotion nous remue, trace sa voie, signe que quelque chose se passe. Elle attise notre curiosité de voir, immensément forte. About Kazuo Ohno nous hante longtemps, Takao Kawaguchi, aussi.

 

About Kazuo Ohno de Takao Kawaguchi, du 14 au 19 mai 2016 au Bâtiment Dynastie au Kunstenfestivaldesarts à Bruxelles ; le 21 mai 2016 au Alhóndiga Bilbao en Espagne ; les 1 et 2 juin 2016 au Festival Alkantara au Portugal.