"Rire contre le racisme", la diversité s'éclate au Palais 12!

Alex Vizorek
4 images
Alex Vizorek - © JOEL SAGET - AFP

Vizorek, Kody, Guiz, Deano, Bibot… La crème du stand-up belge et quelques invités épicés ont célébré la diversité des origines et des formes d’humour devant plus de 3.000 spectateurs bouillants au Palais 12. Chouette soirée !

Portée conjointement par l’excellent "Kings of Comedy Club" qui a vu naître les carrières de nombre des vedettes du jour,  la commune d’Ixelles et la Ville de Bruxelles, l’idée est aussi évidente qu’excellente: réunir ce que la Belgique francophone fait de mieux en matière d’humour pour affirmer haut et fort la valeur première de la diversité. Diversité des origines, des apparences, des trajectoires d’un public "black-blanc-beur", 20 ans tout juste après la victoire française en Coupe du Monde, qui popularisa cette expression.

Diversité aussi, bien sûr, des sensibilités artistiques devant un public qui n’a jamais été aussi friand d’humour et de stand-up. Il n’y a qu’à jeter un œil aux insolents chiffres d’audience d’une émission comme "Le Grand Cactus", qui réunit tous les quinze jours sur La Deux (1) certains invités du soir. En rentrant à la maison après avoir bien rigolé, on se disait à quel point le panel est maintenant à la fois large et qualitatif.

Victime de son succès et des impératifs de captation télé (une diffusion de la soirée est prévue prochainement sur nos antennes), le spectacle démarra avec pas mal de retard. Mais cela n’a pas refroidi le public! Dans une salle chauffée à blanc par Daddy K (cela ne nous rajeunit pas!) et par Walid en maitre de cérémonie, les premiers enthousiasmes seront pour Kody, autoproclamé "La poutre de Bamako", se plaignant d’être le seul "Noir" de la bande. Celui qui révèle de vrais talents d’acteur dans "Le Grand Cactus" nous fait vraiment rire.

Tout comme Guillermo Guiz, qui raconte ses déboires alcooliques et ses rencontres nocturnes avec la police de Bruxelles avec un mix de cruauté et de détachement que l’on adore!

Place ensuite à Zidani en prof de néerlandais excédée qui tente d’expliquer à ses élèves pourquoi l’apprentissage de la langue de Vondel est capitale pour leur avenir.

L’explication biologique de James Deano, nous rappelant qu’avant de sortir du ventre maternel, nous sortons d’abord du testicule paternel, étape première et trop souvent ignorée de la gestation, fait également son effet. Le "fils du Commissaire" excelle quand il raconte à quel point ses origines le prédestinaient à tout saut à faire du rap et du stand-up.

Laurence Bibot, Alex Vizorek, avec une hilarante revue de presse sur les religions, et bien d’autres se succèderont pour rendre la soirée encore plus folle.

Les organisateurs ont également ouvert la scène à Rachid Badouri et Wallas, immigrés au Canada et en Côte d’Ivoire, se demandant, entre autres, pourquoi leurs parents ont eu la drôle d’idée de ne pas viser l’Europe, comme les autres immigrants.

Vu l’heure tardive, on a dû quitter l’arène avant la fin, laissant entre autres Pablo Andres et Walter amuser les spectateurs.

Certains sketches nous ont vraiment fait rigoler, d’autres moins, c’est évidemment la loi du genre. Mais ce rassemblement des talents comiques de chez nous était une excellente idée et nous donne vraiment envie d’aller plus souvent les applaudir dans leurs spectacles respectifs.

Et nous prouve, une fois encore avec force, que les différences nous rassemblent...!

 

François Colinet