Rencontrer tous les possibles

Hyperlaxe
4 images
Hyperlaxe - © Alice Khol

Le cirque adore le mélange des genres. Malgré cet amour du mixte, trop rares sont les créations qui se frottent à cette différence qu’on nomme handicap mental. Ceux qui s’y sont aventurés en sont pourtant revenus grandis. Rencontres autour d’"Hyperlaxe" et de "Complicités".

 

La différence, Catherine Magis y a plongé corps et âme pendant plus de sept ans avec le spectacle Complicités. Et rien que d’en évoquer le souvenir, ses yeux brillent. La genèse de ce projet ? En 2007, le Creahm-Bruxelles sollicite Catherine pour créer un spectacle dans le prolongement d’un atelier d’initiation au cirque donne à des personnes handicapées. " J’ai toujours défendu un cirque de création inventif et diversifié, ouvert sur de multiples disciplines, créateur de passerelles interculturelles, interdisciplinaire et intergénérationnelles ", raconte Catherine Magis. " Mais le handicap mental, je ne connaissais pas encore. Je savais cependant que je ne voulais pas faire un spectacle ‘animatoire’, pétri de bons sentiments, aux attentes revues à la baisse. Je voulais éviter la complaisance. " Défendre ce futur spectacle comme une création artistique, et pas comme une activité d’art thérapie : le défi est énorme, donc tentant. Les premiers contacts avec les artistes handicapés se font directement en salle. " Il s’agissait d’identifier les gens motivés, intéressés par l’idée de se lancer dans une telle aventure. Les personnes handicapées sont tellement ‘protégées’ qu’elles ont finalement peu l’habitude de s’exprimer pour et par elles-mêmes. La première étape était de leur donner la parole, d’explorer leurs rêves de vie comme de scène et construire ensemble le voyage pour les réaliser. " Au fur et à mesure, des étincelles se produisent, des talents et des sensibilités se révèlent. Ceux qu’on appellera bientôt "La Bande de Z’OuFs" achèvent de convaincre de la nécessité de partager cette énergie quasi magique avec le monde.

Une épopée spatio-temporelle

Rapidement, une bande de complices circassiens s’assemble autour de "La Bande de Z’OuFs". Des duos, des trios se forment au rythme des personnalités et des inspirations des artistes handicapes. " Il s’agissait de rencontrer, mélanger, dépasser les limites, dans la simplicité, en vivant l’instant présent ", explique Catherine. Des thèmes finalement inhérents au cirque et à la rencontre humaine. D’ou le sous-titre du spectacle : "Aujourd’hui, je suis content d’être ensemble!".

" Tous les artistes étaient là pour s’exprimer, à parts égales. Personne n’a servi de faire-valoir à l’autre. " Et chacun en retire un enseignement inattendu. Le circassien professionnel, capable des figures les plus folles, se retrouve à s’interroger sur l’utilité de la technique pour servir l’émotion, à réaliser qu’on peut parfois toucher plus avec un mouvement simple et pur. " L’artiste handicapé et le circassien ont ceci en commun qu’ils ne sont pas des grands parleurs ! Chez eux, l’expression emprunte d’autres voies, celle du corps, du cœur. " Qui dit spectacle professionnel dit aussi rigueur et respect des engagements. " Sur le plan émotionnel, tout est plus simple et plus fort avec les artistes handicapés, car ‘sans filtre’. Mais sur le plan pratique, tout est aussi plus compliqué ", admet Catherine. " Le rapport au temps et à l’espace est particulier. L’organisation de la vie de groupe, les répétitions, la logistique, tout cela a nécessité un boulot de dingue et énormément de temps. Ça nous a pris trois ans pour créer le spectacle, puis trois ans de tournées, de nombreuses escapades et rencontres en marge du spectacle… Une kyrielle de souvenirs, d’incroyables aventures artistiques et humaines qui continuent… "

 

La suite du dossier dans le magazine C !RQ en CAPITALE

 

Hyperlaxe d’Axel Stainier, Nicolas Arnould et Sophie Leso, par la Compagnie Te Koop, à voir les 1, 2 et 3/12 au Théâtre Varia, à Bruxelles.

C!RQ en CAPITALE est le magazine de la vie circassienne à Bruxelles. Edité par l'Espace Catastrophe, il rend compte de l'actualité du cirque contemporain et plonge au cœur d’un ‘boom’ qui touche tous les secteurs : spectacles, stages, formations, projets sociaux...

Le n°9 vient de sortir, il est disponible gratuitement dans différents lieux à Bruxelles, et en ligne ici.