Mon identité est-elle à la base de mon existence ? Le festival Origin' Aléas tente des réponses

Installé au coeur de la capitale, l'Espace Magh - dédié aux cultures du  Sud et de la méditerranée - se penche sur la question de l'identité (qui ne le fait pas !) en posant les bonnes questions : nos identités ont-elles une importance parce qu’elles sont niées par les autres ? quelles sont ces appartenances multiples qui ont parfois du mal à cohabiter à l’intérieur de nous ? pourquoi accepter les identités de genre qu’on nous assigne et qui nous empêche peut-être d’être quelqu’un.e d’autre ? 

7 images
Le rappeur et comédien Pitcho sera sur scène le 20 octobre avec l'Ensemble Musiques Nouvelles © Lara Herbinia

En 6 spectacles étalés du 08 au 31 octobre à l'Espace Magh, le festival Origin' Aléas  nous donnera à voir de la danse urbaine et contemporaine, des seuls en scène, un ciné-concert, du théâtre musical et une conférence-théâtre ! Un festival multidisciplinaire pour parler des identités multiples, c'était bien la moindre des choses. Depuis le mois de février 2020, l'Espace Magh a une nouvelle directrice en la personne de Caroline Safarian qui sait de quoi elle parle puisqu'elle est  belgo-iranienne avec un père arménien. Ce démarrage de la saison 2020-2021 était l'occasion d'une rencontre pour évoquer le festival et l'état d'esprit de la nouvelle directrice.   

-Quel est votre projet pour l'Espace Magh ? 

Le projet reste fondamentalement de mettre en valeur les artistes issus du Maghreb, de la méditerranée, du Sud et des minorités en général. Avec ce constat qu'il y a encore une scission, une sorte de fracture entre une culture à laquelle on devrait accéder et une autre culture... Je trouve que la culture maghrébine n'est pas mise à sa juste valeur en Belgique, parfois même au contraire. Je préfère qu'on me parle de Naziha Mestaoui (architecte et artiste numérique), du jeune Amine Hamidou (acteur pour les Dardenne) ou de Rachid Benbouchta (comédien et metteur en scène) plutôt que des 3 jeunes qui jettent du sable à Blankenberghe. (...) Quand va-t-on pouvoir considérer que c'est une richesse et que ça vaut le coup de s'enrichir les uns les autres et d'accepter de se laisser transformer les uns par les autres. Ca va dans tous les sens cette transformation. (...) Et c'est cela ce festival, c'est mettre en avant toutes nos identités avec ce qu'elles comportent de richesses mais aussi tout ce qu'elles cristalisent en nous, tout ce qu'elles figent, ce qu'elles ferment. Parce que parfois nos identités nous ferment aussi aux autres. Les identités n'ont-elles pas une [telle] importance, finalement, parce qu'elles seraient niées par l'autre dans le regard ? J'ai invité des artistes qui justement assument leur "étrangeté", leur singularité.

7 images
Image de travail de Répercussion - ID qui ouvre le festival . Du 08 au 10 octobre. © Espace Magh
© Tous droits réservés
7 images
© Tous droits réservés

Répercussion - ID ou renouer le lien avec le vivant

Un spectacle hybride pour 4 danseurs hip-hop et contemporains, 3 musiciens de jazz et une comédienne-danseuse. L'identité est abordée au sens le plus large, celui de notre appartenance au vivant - végétal, animal et humain. Avec de la poésie, de la philo et de la politique ! Un projet du musicien et compositeur de jazz Michel Debrulle et du chorégraphe David Hernandez de PARTS. 

Pitcho est dans la place  avec L'expérience PI

Un spectacle chant et théâtre qui questionne les identités en mouvement avec des textes du comédien, rappeur et poète belgo-congolais Pitcho accompagné de l'ensemble Musiques Nouvelles de Jean-Paul Dessy.  

7 images
"La Ville Sans Juifs" réalisé par Hans Karl Breslauer en 1924 dénonce l'antisémitisme © Tous droits réservés

Evoquer l'antisémitisme à travers un film muet de 1924 

La ville sans Juifs, un film muet de Hans Karl Breslauer qui dénonce la montée de l'antisémitisme en Allemagne sera mis en musique en direct lors d'un ciné-concert le 21 octobre. L'occasion de se requestionner sur les circonstances qui permettent l'émergence de la haine raciale. 

Incontournable, Sam Touzani évoquera son histoire familiale dans Cerise sur le ghetto : dialogue intérieur, entre sa culture d’origine et sa culture d’adoption.

En fin de festival, Origin' Aléas nous convie à un exercice périlleux: des étudiants du Conservatoire royal de Liège seront seuls en scène pour Carte d'identité où il est question de relier son histoire personnelle à une vision “ici et maintenant” de l’influence de la Grande Histoire sur sa propre vie. L'exercice initié par Philippe Laurent, professeur au Conservatoire, a débouché sur plusieurs seuls en scène diffusés dans de nombreuses salles de théâtre, en Belgique et ailleurs.  

7 images
La Nature Contre-nature (Tout Contre) les 28 et 29 octobre 2020 © Camille Pier

Le genre mis en questionnement à travers La nature contre-nature (tout contre)

Une conférence théatrale née de la rencontre entre Leonor Palmeira, biologiste, et Camille Pier, artiste de cabaret. Un one-human-show mêlant science, humour et chanson sur la diversité des genres et des sexualités animales... Une réalité méconnue que les auteurs veulent sortir du ghetto LGBTQI+

Caroline Safarian nous en dit plus sur les spectacles : 

 

En pratique : 

Festival Origin' Aléas

du jeudi 08 au samedi 31 octobre 2020

Attention, l'Espace Magh ferme temporairement ses portes pour cause de covid-19, plus d'infos sur le site de Vivre ici

Espace Magh  

Rue du Poinçon, 17 - 1000 Bruxelles