" Les Particules élémentaires "(M.Houellebecq), adaptées par Julien Gosselin. Un triomphe d'Avignon 2014 enfin au National.****

"Les particules élémentaires" de M.Houellebecq m e s de Julien Gosselin
"Les particules élémentaires" de M.Houellebecq m e s de Julien Gosselin - © Simon Gosselin

Mon commentaire après la première en Avignon 2013.

 

" Gosselin et son collectif (26 ans en moyenne) maîtrisent, sans forcer et sans tape à l’œil les techniques modernes. La vidéo et la musique " live ", l’insert de petits films clin d’œil, la présence collective du groupe sur scène prenant en douce les relais de parole, comme des sportifs. le passage du narrateur en off à de l’action parfois dure, toutes ces techniques ont servi à transposer avec un naturel confondant l’œuvre complexe de Michel Houellebecq, Les Particules élémentaires.

Rendre clair et évident ce roman qui raconte à la fois la relation de deux frères, l’un littéraire et obsédé sexuel, l’autre scientifique, quasi impuissant et génial précurseur de la génétique contemporaine et de son travail de clonage des " particules élémentaires ". Ajoutez la caricature de l’époque soixante-huitarde et ses excès sexuels, traités ici avec humour et la caricature du capitalisme : ordonner tout ça en gardant la saveur de la langue du roman,  " traduite " en un langage moderne. Et coup de pouce final rendre optimiste la conclusion mélancolique de Houellebecq : beau travail de distanciation et d’amour pour le texte défendu. La standing ovation finale d’un public aux anges n’était pas volée. Ce Gosselin doit tourner en Belgique : il a un public déjà formé à son esthétique, notamment au National et dans quelques grandes institutions où il pourrait tourner. "

De fait, Julien Gosselin est  un gars du Nord, à la tête d’un collectif qui s’est formé à la rude école de Stuart Seide, à Lille. Et qui nous rappelle la manière belge de travailler comme le Raoul collectif, par exemple. Son collectif " Si vous pouvez lécher mon cœur ",  orienté résolument vers des textes contemporains, parlant d’aujourd’hui  a déjà produit Gênes 01, un récit choral de Fausto Paravidino et Tristesse, animal noir d’Anja Hilling. A Avignon, en 2014, il faisait le buzz avec ses ‘Particules élémentaires’, adaptées du roman de Michel Houellebecq puis en 2016 avec un  ‘roman fleuve’, un ‘théâtre feuilleton’ génial  2066’ de Roberto Bolano. Il nous confiait :

" Je viens du Nord de la France, entre Calais et Dunkerque donc je me sens plus belge que français. Je suis déçu que mon spectacle n’ait pas percé en Belgique. Le nombre de références belges que j’ai est délirant, à commencer par Jan Lauwers. Mes premières grandes expériences de spectateur, c’est en Belgique que je les ai vécues ".

Eh bien voilà l’erreur réparée. Un vœu enfin exaucé.

Ne ratez pas cette semaine au National à Bruxelles ces " Particules élémentaires " ?

 

"Les particules élémentaires", de Michel Houellebecq, m.e.s Julien Gosselin, au Théâtre National du 5 au 9 décembre.

Christian Jade (RTBF.be)