Le Théâtre Océan Nord à Schaerbeek manque de subsides pour maintenir sa programmation

Le Théâtre Océan Nord à Schaerbeek manque de subsides pour maintenir sa programmation
Le Théâtre Océan Nord à Schaerbeek manque de subsides pour maintenir sa programmation - © http://www.oceannord.org/

Le Théâtre Océan Nord situé à Schaerbeek a présenté lundi en fin de matinée les grandes lignes de son dossier de demande de renouvellement de contrat-programme. Sans aide surnuméraire de l'ordre de 300.000 euros, la programmation de spectacles sera arrêtée. Le théâtre continuera cependant à produire les spectacles de sa directrice Isabelle Pousseur, à organiser des résidences, ateliers et laboratoires artistiques ainsi qu'à réaliser un travail de médiation avec le quartier.

Différents artistes ont exprimé leur soutien, notamment le metteur en scène Jean-Baptiste Delcourt, qui a adapté la pièce actuellement programmée "Par les villages", et Adeline Rosenstein, qui a écrit il y a quelques années au Théâtre Océan Nord un spectacle sur l'histoire de la Palestine. Sa création pourrait être reprise la saison prochaine en fonction du financement. Une riveraine a également mis en avant l'impact positif sur le quartier.

Depuis 2008, date à laquelle l'indexation des aides a été arrêtée, le Théâtre Océan Nord a perdu sa marge de création artistique. En 2015, la décision de la ministre de la Culture de maintenir l'aide à 490.000 euros par an sans augmentation a poussé le théâtre à faire des choix dans ses activités. Une pétition avait alors contesté cette décision. Isabelle Pousseur a renoncé pendant deux ans à produire de nouvelles créations propres afin de continuer à programmer celles de jeunes artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Une nouvelle de ses productions est attendue la saison prochaine.

Le Théâtre Océan Nord demande quelques dizaines de milliers d'euros pour la nouvelle production de sa directrice, le maintien des résidences et le travail artistique avec les habitants du quartier ou environ 300.000 euros de plus pour continuer à programmer des spectacles. A noter que la subvention accordée au départ, il y a 20 ans, était celle d'une compagnie théâtrale. C'est Isabelle Pousseur qui a décidé d'ouvrir un lieu pour aller à la rencontre des habitants du quartier. "En comparaison à des théâtres de notre niveau comme la Balsamine ou les Tanneurs, on est à la moitié de leurs subventions", avance Isabelle Pousseur. "On arrive à un noeud critique financièrement, où on ne peut plus faire les deux: assumer mes productions propres et accueillir celles des jeunes artistes."

Le cabinet de la ministre de la Culture Alda Greoli a reçu l'été dernier la directrice. Les dossiers de renouvellement des contrats-programmes sont actuellement en train d'être examinés par les instances d'avis.


Belga