Le directeur des Tanneurs, David Strosberg, 'mis à l'écart' par son CA. Communiqué officiel et analyse.

David Strosberg, directeur "mis à l'écart" des Tanneurs.
David Strosberg, directeur "mis à l'écart" des Tanneurs. - © DR les Tanneurs.

Communiqué de Presse

du Conseil d’Administration et de l’Assemblée Générale

du Théâtre Les Tanneurs

4 décembre 2017

 

Le Théâtre Les Tanneurs est une institution soucieuse de son public et du bien-être de son personnel. Son Conseil d’Administration a pris des décisions nécessaires et difficiles, afin de préserver au mieux ses intérêts et son avenir.

 

Suite à l’article du journal Le Soir paru le 18 novembre 2017 et à la pénible situation traversée par le Théâtre, deux réunions du Conseil d’Administration et de l’Assemblée Générale ont eu lieu. Après avoir entendu les parties, à savoir Monsieur David Strosberg et son conseil, ainsi qu’une délégation du personnel, les décisions suivantes ont été prises à l’unanimité :

 

1/ Décision de se séparer de Monsieur David Strosberg en sa qualité de directeur artistique et général du Théâtre Les Tanneurs, invoquant la rupture de confiance et l’impossibilité de faire fonctionner le théâtre dans ces conditions.

 

2/ Le C.A. et l’ A.G. ont chargé un avocat de préserver les intérêts du théâtre et ont désigné Monsieur Grégory Bueken, directeur administratif et financier pour assurer la direction générale ad interim.

 

3/ Le C.A. et l’A.G se réuniront au plus tôt pour prendre les décisions relatives à l’avenir du Théâtre Les Tanneurs.

 

Ces informations ont été communiquées à Madame Alda Greoli, Ministre de la Culture.

 

Ces décisions doivent permettre aux équipes artistiques, administratives et techniques de poursuivre leur travail afin de présenter les spectacles de qualité qui répondent à l’attente de notre public. Ce mardi 5 décembre à 20h30 a lieu la première du spectacle Eddy Merckx a marché sur la lune de Jean-Marie Piemme mis en scène par Armel Roussel.

 

Analyse :

1) Le CA des Tanneurs ‘se sépare’ de M.Strosberg en invoquant la ‘rupture de confiance’ et  ‘l’impossibilité de faire fonctionner le théâtre dans ces conditions ". Des termes évidemment vagues puisque M.Strosberg conteste la décision en justice et que le CA est condamné à la prudence : il  ne peut donc  donner aucune prise à la défense de M.Strosberg pour contester sa décision en justice.

2) ‘Se sépare de : une ‘rupture administrative’, pas une ‘démission’ ni une ‘révocation’.  Le CA a fait comparaître séparément (et donc de manière " loyale ") chaque protagoniste : le personnel unanime, en délégation, a estimé que la cohabitation avec le directeur n’était plus possible. Et le directeur, assisté d’un avocat, voulait poursuivre sa tâche : le CA a tranché en faveur du personnel  et décidé de prendre un avocat pour défendre ses intérêts face à M.Strosberg. Une situation inverse de celle de juin 2014 où le CA avait donné un avocat au directeur contre 2 des ses employées révoquées dans des circonstances contestées comme le révélait Le Soir.

3) l’intérim est assuré par le directeur administratif et financier,M. Bueken, en attendant l’ouverture de candidatures à la succession de M. Strosberg.

4) la motivation politique de cette décision est clairement explicitée : c’est la publication de l’article du Soir, le 18 novembre, qui a déclenché l’enquête en interne démontrant une certaine  continuité des actions de M.Strosberg par rapport aux faits évoqués dans Le Soir pour la période 2009-2014. Le personnel unanime a en effet demandé de ne plus travailler avec son directeur.

5) la rapidité de la décision est également ‘politique’ puisque le CA la communique en hâte à Mme Greoli, qui avait suspendu le contrat programme des Tanneurs (950.000 euros, une augmentation de 65.000 euros).

6) a contrario on peut déduire que si un événement mondial (l’affaire Weinstein) n’avait pas entraîné une enquête journalistique et une menace de suspension de subsides par la Ministre de tutelle, le CA des Tanneurs n’aurait pris aucune initiative pour s’inquiéter du " bien-être "  de son personnel et du " souci " de son image auprès du public.

Christian Jade (RTBF.be)