Le cirque itinérant reconnu comme chef-d'œuvre du patrimoine oral et immatériel par la Fédération Wallonie-Bruxelles

Le cirque itinérant reconnu comme chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel par la Fédération Wallonie-Bruxelles
Le cirque itinérant reconnu comme chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel par la Fédération Wallonie-Bruxelles - © JONAS ROOSENS - BELGA

La ministre francophone de la Culture, Bénédicte Linard, vient de reconnaître le cirque traditionnel itinérant comme chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de la Communauté française.

Par cette décision, l’entité francophone belge entend rendre hommage à une tradition pluri-centenaire et saluer le travail et la créativité de ces artistes, mais aussi leur mode de vie nomade.

Dépourvu d’unité théâtrale, le cirque traditionnel s’appuie au contraire sur une succession de numéros indépendants où la performance physique est souvent le sujet central, que ce soit au travers de l’acrobatie, du jonglage, du mime, de l’équilibre. Sans oublier les clowns.

► A lire aussi : Le cirque s'invite par surprise dans la ville à Bruxelles

Cette reconnaissance officielle ne signifie pas que le secteur va bénéficier d’aides structurelles de la Fédération. Mais elle ouvre la possibilité pour les opérateurs de solliciter des subventions publiques.

► A lire aussi : Un cirque confiné depuis près d'un an sur un parking de Gembloux

Il reste à ce jour moins d’une dizaine de cirques traditionnels en Wallonie et à Bruxelles. Ceux-ci représentent quelque 600 emplois directs environ, ainsi que des emplois indirects (techniciens, graphisme, Horeca, etc.).

Comme beaucoup d’opérateurs culturels, le secteur a sérieusement souffert de la crise pandémique actuelle.