"King Kong Théorie" : le féminisme punk et intemporel de Despentes sur les planches

"King Kong Théorie"
3 images
"King Kong Théorie" - © Sebastien Schmit

Le Théâtre de la Toison d’Or reprogramme pour quelques dates le succès de l’année dernière, l’adaptation du manifeste féministe de Virginie Despentes, qui n’a pas pris une ride.

 

"King Kong Théorie", c’est le nom d’un essai cash de Virginie Despentes publié il y a un peu plus de dix ans. Entre autobiographie et réflexions sociétales, l’auteure y décrit l’environnement patriarcal dans laquelle nous vivons, qui construit des rôles genrés prédéfinis et reproduit sans cesse les mêmes schémas inégaux. "King Kong Théorie" est un ouvrage de vulgarisation féministe punk nécessaire et intemporel, publié à une époque où le mouvement essayait de repartir après l’essoufflement des années 70. Aujourd’hui encore, alors que le féminisme fait à nouveau partie des sujets d’actualité, la lecture de l’essai s’avère particulièrement éclairante.

 

L’adaptation s’était déjà jouée l’année dernière au TTO et devant le succès, l’équipe remet le couvert pour notre plus grand plaisir. Porté sur les planches par Julie Nayet, "King Kong Théorie" version théâtre suit les pas de Virginie Despentes avec une interprétation puissante et très politique et une mise en scène brute et totalement en phase. Le spectacle suit les chapitres du livre et se découpe en six actes portant au devant de la scène des thématiques fortes tels le viol, la prostitution ou le porno. Les comédiennes Marie-Noëlle Hébrant, Maud Lefebvre et Delphine Ysaye sont tantôt drôles, tantôt touchantes mais toujours percutantes. En s’appropriant le texte et l’histoire de l’auteure de Vernon Subutex, elles font aussi de ce combat féministe le leur et ça fait du bien. Une pièce qui résonne comme un appel à la réappropriation identitaire pour les femmes comme pour les hommes.

Informations pratiques

"King Kong Théorie"

D’après Virginie Despentes, mise en scène de Julie Nayet 

Au Théâtre de la Toison d’Or (Galeries de la Toison d’Or 396-398 – 1050 Bruxelles)

Jusqu’au 12 mai 2018

Plus d’informations sur le site du TTO.