"Je suis vous tous qui m'écoutez", Jeanne Moreau. Une vie de théâtre.

Jeanne Moreau, une vie de théâtre, à la Maison Jean Vilar
18 images
Jeanne Moreau, une vie de théâtre, à la Maison Jean Vilar - © RTBF Françoise Baré 2018

Le théâtre, ce sont les acteurs, les actrices. Ceux-là mêmes qui prennent des risques, sont mobiles, posent des choix, enchantent emportent ou insupportent. Mais que seraient les planches sans eux ?  

Dans l’histoire du théâtre, il y a la belle, la grande Jeanne Moreau. Elle est hissée au rang d’icône d’Avignon, de son festival, de ses tréteaux, du théâtre tout entier, du 7ème art. Jeanne Moreau, une voix, une indocilité déterminée, une liberté exigeante. Disparue voici presque un an au cœur de l’été, son départ a si peu été commenté.  D’elle, il nous reste sa voix, grave, inimitable. Il nous reste sa présence. Une légende. Une vie de théâtre.

Jeanne Moreau, l’amour de la liberté

La journaliste et historienne Laure Adler invite dans cette exposition à un voyage, une immersion.

Bien plus qu’un hommage, c’est une découverte de l’intimité créatrice de la comédienne. Laure Adler souhaite restituer un parcours, les engagements artistiques d’une comédienne qui en cachette de ses parents passe toute jeune les auditions à la Comédie française, pour quitter la grande maison et suivre très vite l’immense aventure culturelle de Jean Vilar et du TNP. Une vie exaltante dès 1947 mais une discipline austère.

Elle rencontre Cocteau, incarne son Sphynx. Elle joue au public et au privé, suit les pas de Peter Brook, accompagne Orson Welles. 

Jeanne Moreau joue toutes les métamorphoses et comme l’écrit Laure Adler, Jeanne Moreau ou les variations de l’âme.  Une comédienne capable d’entrer dans tous les registres, comédienne d’un temps qui a traversé les époques. Une femme sacrément culottée qui ne transige jamais, une femme libre qui dans sa vie personnelle est relativement seule, le bonheur n’est pas toujours au rendez-vous. Mais elle croit au-delà de tout à l’art comme dépassement de soi.

Jeanne Moreau, le choix du théâtre envers et contre tout

Avignon sa passion. Elle y débute et y revient pour défendre jusqu’au bout des textes et leur puissance aux côtés de Samy Frey et même d’Etienne Daho. C’est une passeuse de passion et des mots : ceux de Jean Genet, de tant et tant d’autres.

On voyage là, dans cette exposition, entouré d’une riche sélection de documents. Près de 150 photographies, des costumes, en vrai, des documents originaux – des lettres, des contrats, des commentaires griffonnés - des extraits d’interviews, de scènes, de dialogues en images et en sons.

Jeanne Moreau, une voix, une icône

Les extraits sonores choisis se mélangent comme dans un petit bal perdu. Puis, il y a toutes ces belles chansons avec la voix de Jeanne qui font frissonner de nostalgie, d’émotions. Un juke-box nous attend avec tout ce répertoire qui revient à nos souvenirs. Tout est en noir et blanc dans ce labyrinthe poétique, mis en lumière comme dans la cour d’honneur du palais des papes ou sur un plateau.

De son intimité, de ses blessures, de son histoire à sa vie publique et artistique : on procède.  Un va et vient incandescent, ardent. 

De Jeanne Moreau, nous avons dans la mémoire ces images de "Jules et Jim", de "l’Ascenseur pour l’échafaud", du "Journal d’une femme de chambre". Mais aussi ces photos d’elle avec le beau Gérard Philippe, de ses longues jupes des années 50 avec les espadrilles, de l’aventure du festival d’Avignon des débuts au cœur de l’été.

De la sensualité et de l’intelligence.

Cette exposition pensée par Laure Adler richement documentée parle d’une actrice libre, incarnant la modernité, d’une femme de notre temps. A l’écart du tumulte du festival, c’est à un tête-à- tête singulier auquel nous sommes conviés. Et pour finir : cette phrase entendue, prononcée par Jeanne Moreau dans un entretien " J’aime que la douleur débouche sur quelque chose de positif ". On ressort tout frissonnant de plaisir comme après un rendez-vous décisif qui change tout au regard et à l’entendement.  

Cette exposition fait du bien à tous les sens, c’est le théâtre, c’est la vie, c’est la beauté …   

En pratique

L’exposition : "Je suis vous qui m’écoutez. Jeanne Moreau, une vie de théâtre" se tient à la Maison Jean Vilar, Avignon jusqu’au 30 avril 2019. Commissaire Laure Adler.

L'interview de Laure Adler, par l'équipe de "Jour de Relâche"

L'interview de Laure Adler, par l'équipe de "Jour de Relâche"