François Schuiten "Le dernier Pharaon". La BD comme théâtre de l'imaginaire.

"Le dernier Pharaon " François Schuiten
2 images
"Le dernier Pharaon " François Schuiten - © (C) François Schuiten

François Schuiten rend hommage à Edgar P.Jacobs  dans une nouvelle aventure de Blake et Mortimer , "Le Dernier pharaon", qui prolonge "Le mystère de la Grande Pyramide" et introduit le Palais de Justice de Bruxelles comme deuxième cellule de rêve, de mystère et de drame cosmique, relié à l’Egypte pharaonique par un cauchemar. Blake et Mortimer reviennent donc mais mûris,  vieillis dans un graphisme et une inspiration typiques  l’auteur des "Cités obscures". Alors, trop de Schuiten et pas assez de Jacobs ?

François Schuiten s’explique : En retraversant cette œuvre, j’ai aussi retraversé ce en quoi il m’a nourri et construit. Et c’est le plus beau dans cette aventure, de voir à quel point cette œuvre m’avait troublé et marqué profondément étant enfant, et s’était insinuée dans mon travail. Et si les gens disent qu’il y a du "Cités Obscures" dans "Le Dernier Pharaon",  pour moi il y a qu’il y a beaucoup de Jacobs dans "Les Cités Obscures".

Schuiten place au centre du récit pharaonique, Bruxelles qui l’a toujours inspiré et attendri, une ville qu’il trouve sous-estimée. Il associe à sa recherche un cinéaste, Jaco Van Dormael, pour ficeler le scénario, un écrivain, Thomas Gunzig qui ajouter un grain de sel humoristique à un  récit plutôt mélancolique. Enfin le graphiste Laurent Durieux accentue un clair-obscur dramatique qui relève de l’art théâtral dans la mise en scène globale. Pour François Schuiten, le point commun entre E.P Jacobs, Joseph Poelaert, François Schuiten et Laurent Durieux, c’est l’influence, avouée ou implicite, du théâtre dans leur manière de penser la BD.

Théâtre et BD : quel rapport ?

Poelaert et son Palais monumental, c’est aussi du théâtre ?

François Schuiten : Le Palais est une formidable machine de mise en scène, avec de multiples entrées qui montrent une approche scénique, avec un ensemble de signes et d’éléments décoratifs pour mettre en condition celui qui va entrer. Poelaert avait une carrière de créateur et de décorateur d’événements, de fêtes et de cérémonies. Il savait comment organiser la scène et comment la succession d’espaces créé un certain type d’émotion. Le Palais est conçu comme un lieu de scènes. Il est créé pour produire un certain type d’émotions, d’atmosphères différentes et c’est ce qui fait une architecture si particulière et si passionnante

E.P. Jacobs a aussi des racines théâtrales, visibles dans Blake et Mortimer ?

François Schuiten : Pour moi, il y a un lien extraordinaire entre Poelaert et Jacobs. La première carrière de Jacobs était liée à l’opéra : il était chanteur, figurant, il faisait les costumes et la scénographie. Cette expérience d’acteur se voit dans les déplacements très théâtraux de ses personnages la dynamique de Blake et Mortimer. Jacobs s’est mis à la BD tardivement, à 40 ans. Il faut observer la gestuelle des personnages " à la Faust ", avec des expressions, des positions de personnage très rares en bande dessinée. Comment il les met en place, comment il les cadre : c’est unique d’avoir un auteur de BD qui commence si tard, avec ce bagage-là.

Donc il y a une filiation " théâtrale " entre Poelaert, Jacobs et toi ?

François Schuiten : Pour moi, la rencontre entre ces deux figures était évidente : je réunis deux fils qui étaient déjà là si proches et si naturels, puisqu’ils ont presque été conçus dans le même esprit. Et moi, par le fait d’avoir travaillé à la Monnaie, puis sur une opérette et des tas de spectacles je me sentais relié à eux  par des fils souterrains. Ce n’est pas " dit " dans l’album, mais la filiation est implicite, les fils sont là là.

Comment avez-vous fait à quatre la mise en scène des personnages ?

François Schuiten :  Il faut avoir en tête et notre plaisir et donc celui du lecteur: quelles émotions, quels sentiments, quels troubles, quelles peurs, quelles envies de rêve, d’imaginaire on veut créer A l’étape initiale, le story-board, on essaye de tester les personnages qui se déplacent dans la planche. Jaco, Thomas et moi on cherche ensemble à rendre chaque planche intéressante à tous les niveaux, dramaturgique et narratif et graphique. Le job c’était d’essayer de faire en sorte qu’on ne s’ennuie jamais, que ça rebondisse, que Jaco, Laurent, Thomas et moi, les co-auteurs ne s’ennuient pas, Et automatiquement si on ne s’ennuie pas, le lecteur ne s’ennuie pas non plus. Si tu ne penses qu’au lecteur, tu fais ce qu’il attend, et là, tu t’ennuies terriblement.

Laurent, tu confirmes ce processus à 4 et le rôle implicite du théâtre ?

Laurent Durieux : Mon objectif dans cet album, c’était évidemment de réinterpréter le travail de François, mais aussi de lui donner un nouvel éclairage. Tout au long de l’album, j’ai éclairé les planches de François un peu comme un projectionniste d’opéra. On le voit dans certaines planches où j’éclaire les personnages en fonction de leur arrivée dans les scènes. On l’a fait inconsciemment je pense, mais maintenant en réfléchissant, on se dit qu’au fond on a éclairé cet album comme une pièce de théâtre.

François Schuiten : Laurent est un dessinateur de bande dessinée frustré ! Après quelques essais, il a préféré un travail d’affichiste, de graphiste, de dessinateur. Mais il reste quand même dans l’âme un amateur de BD, d’histoires. Une partie de lui s’exprime dans ce travail de metteur en scène, de raconteur d’histoires. Je me suis réapproprié Blake et Mortimer, mais Laurent s’est réapproprié mon propre dessin. Et c’est comme ça qu’à un moment donné, ça devient naturel, ce n’est plus un travail cadré, c’est un travail incarné.