Cadiot royal: déception majeure.B.Charmatz: "Flip Book":délicieux

2 images
- © rtbf

La critique française semble soulagée après plusieurs spectacles partiellement réussis ( Marthaler et son Papperlapapp, Guy Cassiers et son "Homme sans qualités"). Pas vraiment du"théâtre à la française", ces deux-là. Avec "Un nid pour quoi faire d' Olivier Cadiot, on a  un roman qui fait plus "théâtre à l'ancienne" que nature.

Au départ un romancier, Olivier Cadiot, artiste associé....parce que romancier et pas homme de théâtre. A l'arrivée on a une fable à la française, sur un roi exilé dans un chalet avec des courtisans inconsistants, qui n'ont strictement rien à dire, ombres falotes légèrement (ô si discrètement)," partouzeuses" :pas de quoi effrayer le bon public...qui du coup reste, ça oui. On n'a pas eu la curiosité de lire ce roman mais l'adaptation de Ludovic Lagarde, dans un décor banalement Ikea le transforme en un monologue racoleur et surjoué par un acteur qu'on nous dit génial, Laurent Poitrenaux, et qui l'est peut-être. Mais  ici, on l'encourage  à cabotiner: pourquoi s'en priverait-il? Admettons que la France aime le grand acteur cabotin, le "calmer le Figaro, pourquoi pas. Mais dans le genre divertissement, je préfère Labiche ou un vrai boulevard bien assumé.

N.B: le public aime ça et ne quitte pas la salle. Donc ce spectacle répond à l'attente d'un certain public. Dont acte.monstre sacré", qui fait vendre, de Frédérik Lemaître à  Alain Delon en passant par Depardieu ou Lucchini. (encore que Lucchini ne vend pas n'importe quoi). Personnellement ce culte du héros  me laisse de marbre. D'accord ici le "héros" est ridicule,  caricatural, ok , pris dans le délire de sa propre inconsistance, ok , dans un roman photo transposé au théâtre, ok. Mais cette opérette pour principauté de Monaco transposée à Zermatt ou Chamonix a-t-elle sa place dans un festival ambitieux? Je n'engage que moi mais nombre de spectacles du "off"avec moins de moyens ont une autre allure.

Et s'il s'agit de romans  français à adapter au théâtre , j'ai un souvenir ému de Cris de Laurent Gaudé, dont la langue magistrale et le non moins magistrale adaptation de Stanislas Nordey font date dans l'histoire de mes émotions.

Alors du "vaudeville musical" dans le in d'Avignon? Si ça peut

Un nid pour quoi faire d'Olivier Cadiot, à Avignon,  puis au théâtre de la Ville à Paris, du 19 au 23 octobre.

NB: pas encore d'importateur belge annoncé.

Christian Jade (RTBF.be)

Flip Book de Boris Charmatz: hommage  à Merce Cunningham: délicieux!

Merce Cunningham est mort l'an dernier, maître de  plusieurs  générations de danseurs et chorégraphes dont Boris Charmatz, l'artiste associé de l'an prochain. Charmatz a une telle dévotion pour Cunningham et pour la danse en général qu'il a ouvert un"Musée de la danse" au Centre chorégraphique de Rennes,qu'il dirige. Excellente  idée pour un  art aussi éphémère, dont on a besoin de se remémorer l'histoire.

Certains chorégraphes, Béjart, Pina Bausch, Anne-Teresa De Keersmaeker, la compagnie Mossoux-Bonté (entre autres) ont de très belles archives et nous proposent régulièrement des reprises de leurs œuvres majeures.

Le propos de Charmatz dans Flip Book est de nous donner en 50 mn un concentré de l' œuvre de Cunningham à partir d'un livre de  Merce Cunningham, un demi-siècle de danse , illustré de nombreuses photos de ses chorégraphies. Charmatz, dans un numéro mi-respectueux, mi-humoristique fait sortir les images de l'album et les illustre et les réinvente "à la manière de" Cunningham. Un peu à la manière des pastiches dont Proust était friand. ou des "thèmes et variations" de grands musiciens partant d'un œuvre aimée pour "l'arranger " à leur manière.C'est charmant, bien réalisé et rythmé avec des danseurs gracieux et rieurs qui nous font littéralement entrer dans la danse. Léger, sans prétention: un divertissement de qualité.

Christian Jade (RTBF.be)