Avignon Off 2018. L'heure des bilans. Doms, EpiScène, Manufacture.

Les Doms
3 images
Les Doms - © Jérôme Van Belle

Les lieux belges (ou " proches ") du Festival d’Avignon publient leur bilan après une longue série du 6 au 24, voire au 29 juillet. Voici leurs conclusions en commençant par les Doms, vitrine officielle subventionnée de la FWB depuis 2002. Depuis 3 ans son directeur est Alain Cofino Gomez.

Bilan positif du Théâtre des Doms (16 ans d’existence)

- 9 spectacles : 6 (théâtre) aux Doms | 1(danse) aux Hivernales | 2 à "L'Occitanie fait son cirque" en Avignon- Près de 16.670 spectateurs pour 146 représentations.

- Les professionnels : 2700 professionnels sont venus voir les spectacles, une moyenne (dans nos murs) de plus de 350 programmateurs par spectacle.

- Le public : 86% des places occupées, +5% par rapport à 2017 et +15% depuis 2016

- L’action humanitaire : 1600€ récoltés dans notre public pour l’action de l’association "2,5 €" qui vient en aide aux migrants sur Bruxelles.

 

EPISCENE : bilan de première saison.

Le lieu a été acheté en juillet 2017. Il s'appelait alors Théâtre Ninon et le programmateur était Stéphane Marteel. Patrick Donnay, son directeur artistique actuel insiste dans son bilan sur le rôle de Jeannine Horrion qui a énormément investi pour que cette aventure soit possible. C’est grâce à cette passion que ce projet, ce rêve est devenu possible. L’an prochain, dit-il, nous améliorerons encore le théâtre par quelques travaux.Donc :

- Au total  près de 7500 spectateurs mais 35% de programmateurs en moins qu'en 2017. Certains spectacles ont affiché quelquefois complet.

- Malgré tout, dans cette "jungle" avignonnaise EpiScène est parvenu, dit Patrick Donnay  à faire sa place. Tout le monde a reconnu la qualité de la programmation. Le fait d’avoir fait une nouvelle vitrine belge a entraîné une belle solidarité entre les différentes compagnies présentes à EpiScène.

- À cette heure, conclut-il, nous avons déjà plusieurs demandes de compagnies pour être présentes à EpiScène en 2019.

La MANUFACTURE (17 ans d’existence) : plus internationale et moins belge. Bilan positif.

- Nous avons consacré un article à son "tournant international ".

 

Le bilan officiel de Pacal Keiser :

- 2018 fut marquée par une programmation internationale forte regroupant 10 pays et 3 continents, accessible aux publics non francophones et francophones grâce au surtitrage. 
- Avec une augmentation de 50% de la fréquentation de nos salles par rapport à 2017 et près de 10.000 entrées professionnelles, 2018 est une année record mais d'autres chiffres sont pour nous aussi importants

- Notre projet "Oxygène" a permis l'engagement de 5 jeunes du quartier de Saint Chamand en CDD dans nos équipes et leur professionnalisation, 300 habitants du quartier ont pu assister gratuitement à des représentations au Château et dans les autres salles de La Manufacture, accompagnés par le Centre social et la Mairie de quartier

NB :  un spectacle isolé, " Bab Marrakech ", au Collège de la Salle, prix de la Critique " jeune espoir " 2017 pour son interprète Ismaïl Akhlal. Le bilan du metteur en scène Jean-François Jacobs

"Une moyenne d'un peu plus de 30 personnes par représentation. 15 représentations. Salle comble pour la dernière. 5 promesses fermes d'achat du spectacle (France et Belgique). On était dans le programme en ligne, mais pas dans le bouquin imprimé, ce qui était un énorme désavantage. Nous sommes globalement très satisfaits de cette terrible expérience !"


Christian Jade (RTBF.be)