Avignon 2012 : un goût de cirque au théâtre belge des Doms

L'entrée du théâtre des Doms à Avignon
2 images
L'entrée du théâtre des Doms à Avignon - © photo Lucas Racasse

Trois spectacles de cirque, dans trois lieux différents, c’est le cadeau des Doms au public pour son 10è anniversaire.

Fondé en 2002 par la volonté du Ministre-Président de la Communauté française l’époque, Hervé Hasquin et de son ministre de la culture… Rudy Demotte, les Doms, sous l’impulsion de Philippe Grombeer assisté par Isabelle Jans, sont rapidement devenus un lieu d’excellence. Non seulement une " vitrine " du théâtre francophone belge  mais un rendez-vous des programmateurs qui aident certains spectacles à  " tourner " après Avignon (par spectacle de 40 à plus de 220 représentations supplémentaires en France, en Belgique, au  Luxembourg voire en Europe du Nord). 

L’actuel Ministre Président de la Fédération Wallonie –Bruxelles, Rudy Demotte, présent pour ce dixième anniversaire, s’est réjoui de cette " success story " des Doms et a précisé qu’il soutenait concrètement la mobilité des spectacles (pas seulement à Avignon) : les quatre dernières années, malgré la crise, les "subsides à la mobilité ", donc à l’exportation des arts de la scène sont passés de 400.000 à 600.000 euros, une  moyenne de  +33%, avec +77%  pour les compagnies de danse et +25% pour les compagnies théâtrales (beaucoup plus nombreuses).

La nouvelle direction, bicéphale, Isabelle Jans (10 ans de Doms) et Hervé d’Otreppe (20 ans de diffusion théâtrale) construit sa programmation pas seulement sur des coups de cœur mais sur des séjours réguliers en Belgique pour voir si possible tous deux un maximum de spectacles. En outre, plus encore que par le passé, la volonté commune est  d’aider davantage les compagnies à s’exporter et à préparer certains projets par des résidences en Avignon.

Le résultat, cette année : trois spectacles de cirque, dont un solo de Kenzo, découvert il y a deux ans dans sa jeune compagnie Carré Curieux, un "mono cycliste" qui dépasse la pure acrobatie pour jouer avec humour de son androgynie. Ou encore Claudio Stellato, qui entre danse et contorsion, s’appuie sur deux meubles dans un univers magique. Ou encore Rosa Matthis qui dans Wasteland explore la ville et ses terrains vagues pour rêver la réalité. Les trois spectacles participent à un Festival de nouveau cirque, Temps de cirque en France.

Les Doms, c’est aussi une occasion de voir (ou revoir) des spectacles marquants de l’année écoulée. C’est le cas de la Nostalgie de l’avenir, d’après La Mouette de Tchékhov, de Myriam Saduis. Un des 10 spectacles " off " présélectionnés par Le Monde (qui conseille la comparaison avec La mouette de Nauzychiel, en Cour d’Honneur !).  Le Monde recommande aussi Le signal du promeneur, de la Compagnie Raoul Collectif (dans l’autre lieu " belge ", la Manufacture) et Laurence Vielle dans  Sainte dans l’incendie, au Théâtre des Halles ! Trois belges déjà  remarqués ! J’ai revu avec plaisir Une société de services de Françoise Bloch, encore resserré par rapport à la 1ère aux Tanneurs. Un peu moins convaincu par It’s so nice où deux comédiennes (Lula Béry et Barbara Sylvain) empoignent avec humour l’histoire des reines rivales Marie Stuart et Elisabeth Tudor mais le récit s’effiloche en petites rivalités personnelles qui évaporent l’intérêt. Enfin, grand bonheur de voir bientôt Childéric d’Eric Durnez interprété par Thierry Hélin (présent dans trois lieux) et revoir, en danse,  Karine Ponties dans son cycle  d’épouvantails et un nouveau spectacle Lamali Lokta.

Les Doms du 8 au 28 juillet, 1 bis rue des Escaliers Ste Anne.Avignon.

 

Christian Jade