Aviel Cahn, directeur d'" Opera Vlaanderen " : une ambition affichée.

Aviel Cahn et Sidi Larbi Chekaoui directeurs Opera Ballet Vlaanderen
3 images
Aviel Cahn et Sidi Larbi Chekaoui directeurs Opera Ballet Vlaanderen - © bFilip Van Roe

Aviel Cahn, directeur de l’ " Opera Vlaanderen " (auparavant " Vlaamse Opera ")  depuis 2008 a, comme on dit, les moyens de ses ambitions. Et  il le fait savoir,  notamment dans l’interview ci-dessous où il pose son institution en " challenger ", sous-payé, tout est relatif, de La Monnaie de Peter de Caluwe sur le plan international.

Il se base notamment sur les mentions favorables des " International Opera awards ", organisés par le prestigieux magazine londonien " Opera ", qui a classé 3 fois (2014/2015/2017) Opera Vlaanderen parmi les 6 meilleures maisons d’opéra du monde ! En 2015 cet honneur était partagé avec…La Monnaie. 2 maisons d’opéra belges parmi les 6 meilleures du monde, en 2015 ! Une année où la Monnaie était " lauréate " en catégorie " première mondiale " pour " Au monde " de Philippe Boesmans, mis en scène par Joël Pommerat .

En 2017, l’Opera Vlaanderen est toujours " nominé " parmi les 6 meilleurs opéras du monde en attendant le verdict en mai. Depuis 2015 La Monnaie, souffre, évidemment, de sa " mise sous tente " pour cause de travaux interminables, qui réduisent ses ambitions…provisoirement.

Futiles tous ces classements ? En réalité ces récompenses sont l’objet d’une bataille de communication au niveau international dont témoigne par exemple Peter de Caluwe couronné par la revue allemande " Opernwelt " en 2011 et qui saluait sa victoire en ces termes " : " Cette attribution est fondamentale, à la fois pour la Monnaie et pour notre pays. Ce titre, comparable à ce que représentent les Oscars dans le monde plus médiatique du cinéma, place la Monnaie au premier plan des maisons d’opéra d’Europe ". Oscars du cinéma en février, de l’opéra en mai ? Attention la revue anglaise " Opera " couvre vraiment le monde, la revue allemande " Opernwelt ",  fait surtout le tour des opéras…allemands, rarement européens, jamais " mondiaux ". Et La Monnaie est donc une notable exception avec Bâle, Zurich et Amsterdam, la Germanie en somme… Pour les amateurs de curiosités voici les liens vers les sites.

http://www.operaawards.org/archive/2017/

https://de.wikipedia.org/wiki/Kritikerumfrage_der_Opernwelt

Alors rivaux, Peter de Caluwé, et Aviel Cahn ? Ils ont au moins un point commun, outre l’ambition : ces maîtres du casting sont capables, hors des coûteuses " superstars " internationales, de construire des premières et même des 2è distributions de grande qualité, en repérant à la source les futures grandes voix et en négociant habilement avec les "vedettes":  deux grands "managers".

Peter de Caluwe, de Dendermonde, 53 ans, engagé par Mortier, dès 1986, a fait une patiente et brillante carrière aux côtés de Pierre Audi à Amsterdam de 1990 à 2007, avant de succéder à Bernard Foccroulle, nommé à Aix-en-Provence et de s’imposer par ses choix de metteurs  en scène venus du théâtre, comme Castelucci et Warlikowski. Il a acquis au plan fédéral une dimension de " sage " écouté, puissant mais rongeant son frein en attendant, depuis plus de 2 ans, une fin incertaine des travaux du bâtiment central.

Aviel Cahn , Zurichois de 42 ans, juriste de formation, a un profil de globe trotter. A 26 ans il file à Pékin pour soigner les relations internationales de l’Orchestre symphonique de Chine, de 27 à 30, il dirige le planning et le casting de l’Opéra de Finlande avant de revenir en Suisse diriger l’Opéra de Berne puis le Vlaamse Opera à 34 ans. Les metteurs en scène d’opéra qu’il repère et promeut sont parfois pêchés au KFDA, comme le jeune Hongrois Kornel Mundruczo, dont " l’Affaire Makropoulos "  lui vaut une nomination en 2017 aux fameux " International Opera awards ". Aviel Cahn  aime introduire dans ses productions une dimension sociale et politique, parfois dérangeante,  sur l’état du monde actuel dont témoignait par exemple le " Flûte enchantée " de David Hermann en 2012, reprise cette année. Enfin il a réussi la fusion, imposée par le gouvernement flamand, en 2011, pour des raisons d’économie, du Ballet et de l’Opéra des Flandres en réussissant une belle collaboration avec Sidi Larbi Cherkaoui. Un duo gagnant dont il est fier (voir itv ci-dessous).

Sur ces divers points de sa politique, après 8 ans de direction, il s’explique avec un franc parler assumé.

Interview d'Aviel Cahn

En tant que directeur d’opéra, quels sont vos moyens par rapport à un opéra " fédéral " comme la Monnaie?

Nous sommes contraints de travailler avec une efficacité très poussée. Nous avons beaucoup moins de moyens que la Monnaie et moins de collaborateurs. Si vous additionnez l’opéra et le ballet, notre production est plus grande que La Monnaie avec deux maisons d’opéra, Anvers et Gand et moins d’argent. Nous travaillons au même niveau de professionnalisme que la Monnaie mais avec moins de moyens, ce qui est risqué. Mais nous bénéficions, comme elle,  d’une reconnaissance internationale et nous avons été élus trois fois (2014, 2015 et 2017) parmi les 6 meilleures maisons d’opéra du monde,  aux " International Opera Awards ",  du magazine londonien " Opera ".

Quelle est votre subvention et celle de la Monnaie ?

Nous tournons aux alentours de 28 millions d’euros de subvention, opéra et ballet ensemble, avec un budget global entre 33 et 34 millions. La subvention fédérale de La Monnaie  tourne autour de 34 millions et son budget complet approche des 45 millions.

Depuis 8 ans vous êtes, comme directeur d’opéra, fort concerné par l’évolution de la société et la politique au sens " citoyen " du terme.

J’aimerais bien créer une forme d’art associé à l’idée de nécessité, d’urgence. Je n’aime pas l’idée d’un opéra cliché " bon chic bon genre " ou l’opéra " d’élite ", même si je reconnais qu’il a sa raison d’être et qu’il y a dans cet art une certaine attractivité pour beaucoup de monde. Au dix-neuvième siècle, l’opéra avait une fonction très politique et sociale. C’est alors qu’il était le plus fort et le plus important aux yeux de la société. Chez Verdi et Wagner et aussi à Paris où  l’Opéra était le " Versailles de la bourgeoisie ". Les sujets que la Révolution Française a amenés ont été traités à l’opéra. Les problèmes de tolérance, les valeurs et les idées pour un Etat moderne ont été pensés à l’Opéra. Les artistes de l’époque ont ressenti l’urgence de démanteler les fondements du pouvoir mis en place. Au vingtième siècle,  l’opéra est devenu une " tour d’ivoire, un " opéra de luxe ". Il faut s’éloigner de ce type d’opéra et éduquer nos publics aux multiples formes d’art et remettre nos institutions au cœur de la population. Autrement, un jour ou l’autre, nous allons rencontrer des problèmes…

Opera Vlaanderen et Ballet Vlaanderen ont dû fusionner en 2011. Pas facile mais aujourd’hui votre collaboration avec Sidi Larbi Cherkaoui semble une réussite.

Au début c’était une fusion rationnelle et politique, pas du tout artistique, décidée en 2011 et réalisée en 2013. Le Ballet des Flandres avait de gros problèmes d’organisation et de finances. Ni le Ballet ni l’Opéra ne voulaient de cette fusion mais  le gouvernement flamand nous y a forcés et a nommé à la tête du ballet des gens sans expérience artistique. Donc cette fusion ne parlait à personne et il fallait trouver de quoi motiver les gens (le personnel et le public) avec un artiste important. Dans ce cas Sidi Larbi Cherkaoui s’est imposé puisqu’en plus de sa compagnie, il avait travaillé aussi avec des ballets à Paris, Stuttgart, etc. Le Ballet des Flandres avait un répertoire très " classique " même s’il avait travaillé avec Forsythe mais Cherkaoui pratique le classique " revisité " de notre siècle et pas du XIX è. Depuis deux saisons on  travaille ensemble avec un langage commun, on a un dialogue artistique, visible dans le thème (" Borderline ", cette saison) et le fil rouge. Un exemple parmi d’autres : Cherkaoui a fait un ballet de Rimsky-Korsakov, " Schéhérazade " et nous son opéra " Sadko ", du même, en fin de saison.

Donc vous avez enfin un interlocuteur artistique ?

Oui, mais ça entraîne aussi une diversification de notre public. Nos amateurs d’opéra sont intéressés par cette nouvelle force du Ballet des Flandres et les abonnements " mixtes " fonctionnent très bien. Depuis mon arrivée, j’avais déjà rajeuni le public d’opéra avec un âge moyen passé en 8 ans de 63 à 49 ans, une belle progression.

En avril, on produit de nouveau " Opéra XXI ", un festival d’opéra et de théâtre musical contemporain avec une création de Chaya Czernowin, " Infinite now ", sur un livret et une mise en scène de Luk Perceval, inspiré de " A l’Ouest, rien de nouveau " de E.M Remarque. Un mois auparavant Sidi Larbi Cherkaoui aura créé un ballet sur le " Requiem " de Fauré, avec une nouvelle orchestration " orientalisante " du compositeur flamand contemporain Wim Hendericks et avec le chœur de notre opéra. Sidi Larbi Cherkaoui et moi avons donc un chemin parallèle et mixte qui permet au public de découvrir la danse et l’opéra sous des formes contemporaines.

Une programmation actuelle.

CJ : " Borderline ", thème de votre saison 2016/17, a accueilli notamment un jeune metteur en scène allemand David Hermann. Avec une reprise "iconoclaste " de la  " Flûte enchantée " de Mozart et dès ce dimanche une mise en scène de " Simon Boccanegra " de Verdi.

AC : David Hermann n’est pas le metteur en scène le plus accueilli en 8 ans. Il n’a fait que " Zauberflöte " et " Simon Boccanegra "  et a aussi travaillé à l’Opéra de Wallonie, à Francfort, à Zurich. Il s’adapte chaque fois à une œuvre mais ne met pas en scène " lui-même " et ses obsessions, comme certains grands metteurs en scène contemporains. Ainsi de " La Flûte enchantée "  il  a fait une mise en scène actuelle et " critique ". Avec " Simon Bocccanegra ", ce sera très différent. Bien sûr il nous parle de notre époque mais d’une manière forte proche de l’œuvre. Le public aura moins de problèmes sur le sens et puis " Boccanegra ",  d’abord ce n’est pas une " vache sacrée comme la " Flûte "( !).  Et puis c’est une œuvre beaucoup moins " symboliste " et " problématique " du point de vue du livret que la Flûte. Certaines spectateurs, choqués il y a quatre ans, sont revenus me voir après avoir revu cette Flûte et m’ont dit " Cette année on a compris beaucoup de choses et trouvé ça plus intéressant, moins " choquant " qu’en 2012 ".Pour moi il y a 1000 façons d'interpréter un opéra pour notre époque et cette variété de points de vue en fait la richesse et la beauté.

Christian Jade(RTBF.be)