Usul : du jeu vidéo à la politique

Usul
Usul - © YouTube

Electron libre du web, de ses débuts sur Jeuxvideo.com à ses chroniques pour Mediapart, le mot d’ordre d’Usul a toujours été l’indépendance.

 

Avant de devenir un chroniqueur vedette sur le site français Jeuxvideo.com, Usul publiait déjà des vidéos sur l’univers vidéoludique. Repéré très vite, il lancera le 3615 Usul, son émission hebdomadaire chez JVcom. Il y développait par épisode de 10 minutes une fine analyse d’un aspect technique, d’un rouage, d’un terme, liés aux jeux vidéo : au hasard il traita de la presse jeux vidéo, du crowdfunding, de l’addiction...

Durant les deux ans qu’ont duré l’émission, le succès sera au rendez-vous et aujourd’hui certaines vidéos atteignent plus de 500.000 vues sur YouTube. La mise en scène et la création d’un personnage décalé par rapport au cliché du joueur de jeu vidéo plurent et suscitèrent beaucoup de réactions dans le milieu.

 

Usul2000

Si le ton est analytique, ses chroniques tendent de plus en plus vers le politique. En 2014, Usul arrête son partenariat JVcom et se tourne vers la vidéo politique assumée. Usul se lance dans les portraits de personnalités ou de concepts politiques et sociaux en vidéos, Mes chers contemporains naît en 2014. Il y dresse le portrait au vitriol de journalistes, philosophes, hommes politiques. Si l’on connaissait son approche déjà très marquée, il se pose alors en figure de gauche sur le web et de l’alternative de pensée (le socialisme actuel n’est pas vraiment sa tasse de thé).

 

Celui qui officie désormais sous le pseudo Usul2000 écrit aussi des chroniques pour Mediapart depuis novembre. Et il est régulièrement l’invité de conférences universitaires, pour parler jeux vidéo et politique. Il était même à l’ULB le mois dernier. Un personnage à part à aller écouter à son prochain passage bruxellois.