Road 96, un road trip procédural qui tient ses promesses

Road 96, un road trip procedural qui tient ses promesses
4 images
Road 96, un road trip procedural qui tient ses promesses - © Tous droits réservés

Apparu  lors des Game Awards 2020, Road 96 a laissé son empreinte sur la cérémonie. Avec la diffusion d’un teaser d’un peu plus d’une minute, le jeu a réussi à faire naître l’intérêt autour de ce Road Trip procédural.

Bien sur, l’inquiétude était aussi de mise lorsqu’on entend le mot procédural puisqu’il nous renvoie tout de suite à l’annonce en grandes pompes il y a quelques années du jeu No Man’s Sky et qui fut, à son lancement, un énorme échec puisqu’il ne répondait absolument pas aux promesses émises par le studio  Hello Games. Même si le jeu est actuellement très bon et a d’ailleurs reçu le prix de Meilleur jeu "ongoing" (ndlr : Jeu qui continue à fédérer de nouveaux joueurs sur la durée), le côté procédural fait plus peur que rêver.

►►► lire aussi : No Man's Sky tient-il ses promesses - la critique de 2016

C’est justement pour répondre à toutes ces interrogations que nous avons interviewé Yoan Fanise, directeur créatif de DigixArt, le studio à la base de ce jeu.

Interview

Vous annoncez un jeu "procédural", ce terme fait assez peur depuis No Man’s Sky, qu’en est-il vraiment ?

Yoan Fanise : Notre jeu ne fonctionnera pas comme " No Man’s Sky " (il rit). Il faut plutôt voir ce jeu comme un énorme deck de cartes qui seront abattues de façon aléatoire tout au long du road trip du joueur. Il ne s’agit pas d’un "Branching" classique (ndlr : le branching est une arborescence définie dans un jeu qui fait suivre des événements prédéfinis selon les choix du joueur). Chaque choix que fera le joueur lui permettra d’avancer dans l’histoire et de déclencher une autre séquence mais deux choix identiques peuvent amener une séquence différente. Il y a vraiment un côté aléatoire qui fait que 2 joueurs ne pourront pas avoir la même histoire même en essayant de suivre le même chemin. Il y a aussi une ligne du temps représentée par le road trip pour atteindre la frontière. Plus on approche de la frontière, plus on arrive dans les montagnes. On a donc fait en sorte que chaque séquence puisse apparaître à n’importe quel moment lors de ce road trip mais c’est très compliqué à mettre en place puisque, selon le moment où la séquence se lance, le décor peut-être différent, le climat aussi, certains protagonistes n’ont pas encore été rencontrés ou d’autres sont peut-être même déjà morts ! Ce qui fait que l’équipe qui s’occupe des dialogues doit faire un travail considérable pour que toutes les séquences gardent leur sens quel que soit le moment de leur apparition.

Est-ce qu’il s’agit ici d’un jeu auquel on peut rejouer ? Y a-t-il un côté rogue-like ?

Non, ce n’est pas un rogue-like ! On ne débloque pas de nouvelles choses à chaque partie. Par contre, oui, on peut vraiment y rejouer. Il y a forcément une multitude de fins à découvrir, vous pouvez aussi avoir des Game Over parce que oui, vous pouvez "perdre" pendant ce road trip ! Nous n’aimions -pas vraiment le côté infini des rogue-like, nous avons ici prévu un grand Final lorsque le joueur est arrivé 6 fois à la frontière. Il sera toujours possible de continuer à jouer et découvrir les différentes séquences qu’on n’a pas encore activées mais le gros du jeu sera bel et bien terminé.

C’est un projet qui demande énormément de réflexion donc ! Depuis combien de temps êtes-vous dessus ?

Cela fait près de 2 ans que nous travaillons sur ce jeu. Il nous a fallu beaucoup de temps pour trouver et consolider la structure. Une fois que cela a été fait, on a pu commencer à construire autour. Réflexion faite, c’était peut-être une erreur.

Pourquoi ?

Au niveau du financement. Quand on a eu besoin de fonds et qu’on a voulu trouver des partenaires et investisseurs, ce que nous avions à proposer n’était qu’un squelette décharné. Ce n’était pas très vendeur. Heureusement, la région Occitanie puis le CNC nous ont aidés dans un premier temps. Nous avons quand même failli mettre la clé sous la porte par 2 fois et c’est Google et Omen, la branche gaming d’HP, qui nous ont permis de continuer l’aventure. Ils nous ont donné les financements nécessaires tout en nous laissant une liberté absolue, ce qui est une aubaine pour une petite entreprise indépendante comme la nôtre.

Il  y a aussi une dimension politique dans ce jeu. Sur la minute du teaser, on peut voir l’état d’un pays cédant à la panique, gérée par un Dictateur, il faut "rejoindre la frontière en sécurité",… Vous visiez un pays en particulier, ça faisait partie d’un message que vous vouliez faire passer ?

L’idée de base était de faire ce jeu dans un mélange du pire des années 90. Entre le capitalisme à outrance et le Communisme autoritaire. On est dans ce que pourrait être les Etats-Unis dystopiques qui n’arriveraient plus à vendre leur pétrole un peu à l’instar du Venezuela actuellement et qui aurait donc eu toutes les dérives possibles jusqu’à obliger sa propre population à fuir le pays. On est donc dans un pays qui s’est écroulé économiquement, ce qui peut faire ressortir le pire de l’être humain mais aussi les héros modernes. On est vraiment dans une critique de ces systèmes politiques poussés à l’extrême. Ce qui est, par contre, très intéressant pour nous puisque ça nous laisse une liberté folle tout en exploitant un filon du jeu vidéo qui n’est presque jamais utilisé, le Road Trip dans un univers pseudo réel.

Et donc, quelles sont vos prochaines échéances pour le jeu ?

On aimerait pouvoir proposer une démo avec du gameplay aux Summer Steam Festival et on planche toujours sur une sortie en 2021, d’abord du PC / Stadia, puis, si possible, sur consoles. Le support de la Switch serait parfait pour ce type de jeu par exemple.


Si le jeu vous intéresse, vous pouvez le wishlist sur Steam